Nouvelles de l'Ordre

L'Ordre du Saint-Sépulcre renouvelle son engagement en Terre Sainte aux côtés du Patriarcat latin

Les responsables de l'Ordre du Saint-Sépulcre du monde entier - 150 personnes venues d'une quarantaine de pays - se sont réunis cette semaine à Rome pour la Consulta, l'Assemblée générale qui se tient tous les quatre ans au sein de notre Institution pontificale autour du Grand Maître, le cardinal Fernando Filoni, sous le commandement du Gouverneur Général, l'Ambassadeur Leonardo Visconti di Modrone. Outre les Lieutenants et les Délégués Magistraux, laïcs chargés du gouvernement local de l'Ordre, les Grands Prieurs, les ecclésiastiques et les guides spirituels des Chevaliers et Dames dans les différents pays où nous sommes présents sur les cinq continents, étaient également présents pour la première fois. Le Patriarche latin de Jérusalem et Grand Prieur de l'Ordre, le cardinal Pierbattista Pizzaballa, n'a pas pu être présent en raison de la situation tragique en Terre Sainte. Il s'est toutefois joint à nous en se connectant en ligne. Sa description des événements et, en particulier, de la souffrance de la population locale nous a profondément touchés, et nous avons voulu être plus proches en envoyant une lettre signée de la main de chacun d'entre nous. Nous souhaitons donc exprimer notre proximité et notre soutien total à l'Église Mère de Jérusalem: telle a toujours été notre tâche et notre mission. Aujourd'hui plus que jamais. Nous avons été reçus en audience par le Pape François, et nous lui sommes reconnaissants pour ses paroles : «  Le tombeau vide, dont vous vous êtes engagés depuis des siècles par vocation à être des gardiens particuliers, est en ce sens surtout un signe de l'amour sans limites du Crucifié, qui ne garde rien pour lui et qui ne peut donc pas être retenu par les pièges de la mort ; c'est un signe de la victoire du Ressuscité, en qui nous trouvons nous aussi la vie.  » Le thème de la formation des membres de l'Ordre, qui a été au centre de nos travaux durant ces journées, nous a ramenés au cœur de notre vocation : rendre vivant aujourd'hui le mystère de la mort et de la résurrection du Christ par notre témoignage d'espérance et de solidarité concrète. Nous nous engageons aux côtés du Patriarcat latin de Jérusalem dans cette tâche ardue au nom de l'Église universelle. «  Je m’unis spirituellement à vous - a déclaré aujourd'hui le Pape François - vous qui vivez certainement cette rencontre de la Consulta en partageant la grande douleur de l'Église Mère de Jérusalem et en implorant le don de la paix.  » En tant qu'hommes et femmes de foi, nous sommes proches de la souffrance de toutes les victimes innocentes du conflit et, unis au Saint-Père, nous continuons à prier pour qu'une solution juste soit trouvée et que la paix, un don qui vient d'en haut, mais qui n'a jamais semblé aussi lointaine, puisse irriguer cette Terre Sainte. Source: Site Web Grand Magistère – l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem Photo : © Grand Magistère © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
La Consulta 2023

Introduction   Du 06 au 10 novembre 2023 se sont réunis à Rome sous la présidence du Cardinal Fernando Filoni,Grand Maître, toutes les plus hautes fonctions de l'Ordre du Saint-Sépulcre: le Grand Magistère, les Lieutenants et Délégués Magistraux, un représentant de la Secrétairerie d'État et un de la Congrégation pour les Églises Orientales. C'est la Consulta. Cette réunion a lieu tous les quatre ans. L'objectif ? Discuter et réfléchir sur un thème commun relatif à la vie de l'Ordre dans toutes ses structures périphériques (c.à.d. les pays où l'Ordre est présent). La Consulta est, dans l’esprit synodal, le principal organe consultatif du Grand Maître. Selon les Statuts en effet, ce « n’est pas un organe délibératif, mais ses propositions s’insèrent dans le processus décisionnel relatif aux questions les plus importantes concernant l’Ordre » (Art. 17.1). Une nouveauté Pour la 1ère fois cette année et exceptionnellement, les Grands Prieurs de l'Ordre étaient présents sur invitation directe du Cardinal Fernando Filoni, Grand Maître. Outre que ceci est un signal fort de la collaboration entre responsables laïcs et ecclésiastiques, les deux composantes de notre organisation, cela a été ´in fine'l'occasion pour nos Grands Prieurs de mieux s'imprégner de la belle mission que les papes ont confié à notre Ordre. Un invité de dernière minute Les débats ne pouvaient occulter la situation humanitaire catastrophique en Terre Sainte. La guerre et ses conséquences horribles sur les populations à Gaza, mais aussi en Cisjordanie et en Israël ont été décrites par visioconférence par le Patriarche empêché de rejoindre Rome en raison des circonstances. Il fit part non seulement de ses préoccupations en raison des conséquences de la guerre en cours mais aussi de celles auxquelles s'attendre dans l'après-guerre: l'insécurité, le chômage, la destruction des habitations, l'annulation des permis de travail, la haine qui s'installe dans les différentes composantes de la population. Il est fort probable que plus rien ne sera comme avant. Cependant les nombreux messages de solidarité adressés au Patriarche venant du monde entier des différentes Églises ont permis de ressentir que Jérusalem est et reste bien l'Eglise mère. La formation Le thème traité lors de cette session a été la formation. Pas seulement la formation (permanente) des membres mais aussi celle des candidats, celle du clergé et celle des membres qui ont accepté une responsabilité au sein des organes officiels de l'Ordre. Vaste sujet me direz-vous ! Comment l'aborder ? Instrumentum Laboris Un document de travail préparatoire très complet avait été adressé aux participants sur base des informations demandées l'année passée auprès des Lieutenants ( le Conseil de notre Lieutenance avait adressé au Cardinal Grand Maître une fiche explicative de 6 pages décrivant en détail nos formations). Les deux premiers jours ont été consacrés aux échanges, les participants ayant été rassemblés par groupes linguistiques. Au sein de chaque groupe cela donnait une grande diversité: des Lieutenances avec plus de 1000 membres côtoyaient ainsi des Délégations magistrales de 40 membres, pas nécessairement des mêmes continents ! Cela permit des débats animés mais aussi d'échanger des ´bonnes pratiques' très utiles. Le troisième jour les 4 vice-gouverneurs généraux présentèrent en séance plénière, selon la structure du document et dans les grandes lignes, les propositions d'amélioration. Quelques premières impressions .., Toute Consulta présente plusieurs aspects : outre le travail à accomplir dans les différents groupes, c'est une opportunité pour chacun de nouer de nouveaux liens avec des Lieutenances parfois lointaines, d'approfondir les relations entamées lors d'investitures précédentes, d'échanger des idées, de renforcer la cohésion de notre groupe linguistique, d'obtenir de la documentation etc. Ensuite les entretiens lors de la Consulta ont montré clairement: • la dimension internationale de notre Ordre tout en tenant compte des particularités locales; • l'aspect universel de notre vocation à la sainteté : la sainteté n'est pas limitée à quelques privilégiés chanceux, cela a été rappelé par Vatican II. • la dimension théologique de notre identité de Chevaliers et Dames; cette dimension s'enracine dans le mystère de la mort du Christ ET de sa résurrection, les deux intimement liés. La mort du Christ est un acte de réconciliation et de salut pour tous et nous sommes appelés à le vivre et à en témoigner. • notre Ordre laïc est chevaleresque dans sa dimension la plus élevée. Être Chevalier ou Dame nous donne un idéal, un engagement personnel qui est de participer à la vie de l'Eglise mais en fonction de la vocation particulière de notre Ordre. Celle-ci nous a été donnée par les Papes: nous occuper de la TS , la Terre de Jésus (cfr le Préambule à nos Statuts). • la nature ecclésiale de cette vocation particulière : c.à.d. qu'elle relève de l'Eglise. C'est au nom de l'Eglise (locale, universelle) que nous, Chevaliers et Dames sommes appelés à assumer ce devoir de soutenir l'Eglise Mère de Jérusalem. Nous participons ainsi directement à la sollicitude du Pape envers toute l'Eglise, en particulier pour ce qui nous concerne : les lieux saints et les institutions catholiques en Terre Sainte. Et maintenant ? L'objectif est de parvenir à un document final de référence pour l'Ordre, destiné à indiquer, dans les différentes étapes du cheminement du (futur) Chevalier et de la (future) Dame, les outils disponibles pour leur formation permanente. De même pour le clergé. Il s'agit de tracer un parcours, une ligne (adaptable par chaque Lieutenance selon ses particularités) et en constante amélioration. Ce document viendra s'ajouter au Corpus d'autres documents tels les nouveaux Statuts et Rituels. Il appartiendra au Conseil de la Lieutenance de s'approprier ensuite le document et d'examiner, dans les différentes facettes de notre formation, les points pouvant être améliorés ou ajoutés. Source: Site Web Grand Magistère – l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem Photo : © Grand Magistère © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Discours de S.S. le Pape François aux membres de la Consulte

Cardinaux, chers frères dans l'épiscopat, membres du Grand Magistère et lieutenants, frères et sœurs ! Je vous souhaite à tous, Chevaliers, Dames et Ecclésiastiques représentant l'Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem. J'adresse un salut particulier au Cardinal Fernando Filoni, Grand Maître de l'Ordre, en exprimant mes sentiments de gratitude et de respect à tous les membres de l'Ordre dans le monde entier. Vous êtes réunis à Rome pour la Consulta, qui comprend la rencontre des Lieutenants, des Délégués Magistraux et, cette année aussi, des Grands Prieurs des Evêques, pour discuter du thème de la formation. Une formation nécessaire pour les candidats aspirant à entrer dans l'Ordre ; une formation permanente pour ceux qui participent déjà à sa vie et à sa mission ; et, en outre, la formation de ceux qui sont appelés à assumer des rôles de responsabilité, avec deux éléments : le spirituel, dans la conscience du haut engagement moral assumé devant l'autel ; et celle relative à l'organisation des activités et à la gestion des ressources, afin de répondre aux besoins de la Terre Sainte de manière continue et adéquate. Formation initiale et permanente, pratique et spirituelle : ce sont quatre orientations que nous pouvons voir représentées dans le signe de la Croix, qui se détache clairement sur vos manteaux et inspire votre spiritualité. Avec son bras horizontal, il vous rappelle votre engagement à faire en sorte que votre dévouement au Christ crucifié et ressuscité embrasse toute votre vie et, dans la charité, vous rapproche de chaque frère et sœur ; tandis que son bras vertical, solidement planté sur le sol et pointant vers le ciel, vous rappelle l'inaliénable complémentarité, dans votre cheminement, entre une vie de prière et de service à vos frères, attentifs, qualifiés et bien enracinés dans les réalités dans lesquelles vous opérez, visant au bien total de la personne (cf. Ep 3, 17-19 ; Saint Thomas d'Aquin, Commentaire de l'épître de saint Paul aux Éphésiens, III, lect. 5). À cet égard, les Statuts que j'ai approuvés constituent la grande route à parcourir en tant qu'Ordre laïc, avec un objectif déjà bien prévu par le bienheureux Pie IX et confirmé par ses successeurs : associer des hommes et des femmes engagés à une participation plus complète à la vie de l'Église, à partir de cette Église « mère » de Jérusalem, selon l'enseignement de l'apôtre Paul (cf. 1 Co 16, 3), et en s'ouvrant au monde entier. Avec cette perspective universelle, vous êtes appelés à être un Ordre qui, fort de sa propre identité, participe au mystère de la charité de la manière la plus belle, ouverte et disponible, prête à assumer les services que le Seigneur exige à travers les besoins de nos frères et sœurs : de l'éducation des enfants à l'école à la solidarité concrète avec les catégories les plus fragiles, comme les personnes âgées, les malades et les réfugiés. Souvenons-nous toujours ici, je dirais le « refrain » que le Seigneur fait dire à tous les prophètes de l'Ancien Testament : la veuve, l'orphelin et l'étranger. Ce soin, nous devons l'avoir. Le Sépulcre vide, dont vous vous êtes engagés par vocation à être le gardien spécial depuis des siècles, est en ce sens avant tout un signe de l'amour infini du Crucifié, qui ne garde rien pour lui-même et qui ne peut donc pas être retenu par les pièges de la mort ; c'est le signe de la victoire du Ressuscité, en qui nous aussi nous trouvons la vie (cf. Rm 6, 8-9) et de la puissance du mystère de son Corps et de son Sang qui nous unit tous comme ses membres (cf. 1 Co 10, 17). Former et être formé, au début du chemin d'investiture et tout au long de la vie. La formation dure toute la vie. La formation est une œuvre de charité universelle et inclusive. Étudier l'histoire de votre Ordre de ce point de vue et, dans un contexte d'écoute et de prière, vous appliquer à acquérir les compétences nécessaires pour répondre aux besoins du prochain : c'est un grand service que vous pouvez offrir à l'Église et au monde d'aujourd'hui. À toutes les époques, même dans la nôtre, marquée par le paradigme technocratique, il y a un grand besoin de personnes qui pratiquent la charité avec intelligence et imagination. Je vous exhorte donc à poursuivre votre travail dans ce style et à le transmettre fidèlement dans les différentes phases de la formation. Avant de conclure, je voudrais m'unir à vous pour penser à la Terre Sainte. Nous sommes tristement témoins d'une tragédie qui se déroule là même où le Seigneur a vécu, où il nous a enseigné par son humanité à aimer, à pardonner et à faire du bien à tous. Et au lieu de cela, nous les voyons déchirés par de terribles souffrances qui touchent avant tout tant d'innocents, tant de morts innocents. C'est pourquoi je suis spirituellement uni à vous, qui vivez certainement cette rencontre de la Consulta en partageant la grande douleur de l'Église Mère de Jérusalem et en implorant le don de la paix. Chers frères et sœurs, que la Vierge Marie, invoquée par vous avec le titre de Reine de Palestine, vous assiste toujours dans votre mission. Je vous bénis tous de tout cœur, je bénis tous les membres de l'Ordre et leurs familles. Et s'il vous plaît, n'oubliez pas de prier pour moi. Merci. Holy See Press Office Bulletin, 9 November 2023 Copyright © Dicastero per la Comunicazione - Libreria Editrice Vatican Source: Site Web Grand Magistère – l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem Photo : © Grand Magistère © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Le cardinal Pierbattista Pizzaballa félicité par les membres de l’Ordre

« Vous, nouveaux Cardinaux, vous êtes venus de différentes parties du monde, et le même Esprit qui féconda l’évangélisation de vos peuples renouvelle maintenant en vous votre vocation et votre mission dans l’Église et pour l’Église », a dit le Pape François, méditant sur le récit de la Pentecôte, « baptême de l’Église », lors de l’homélie de la célébration du récent Consistoire, le 30 septembre, au cours duquel il a notamment créé cardinal le Patriarche de Jérusalem et Grand Prieur de l’Ordre du Saint-Sépulcre, Sa Béatitude Pierbattista Pizzaballa. « Nous sommes en effet des évangélisateurs dans la mesure où nous gardons dans notre cœur l’émerveillement et la gratitude d’avoir été évangélisés; ou plutôt d’être évangélisés, parce qu’en réalité il s’agit d’un don toujours actuel qui demande à être continuellement renouvelé dans la mémoire et dans la foi. Des évangélisateurs évangélisés, pas de fonctionnaires », ajouta le Saint-Père, exprimant ensuite par une image ce à quoi est appelé à ressembler le Collège Cardinalice : « un orchestre symphonique représentant la symphonie et la synodalité de l’Église ». « La diversité est nécessaire, elle est indispensable. Mais chaque son doit concourir au dessein commun », précisa-t-il, invitant à la consolante confiance dans l’Esprit Saint : « C’est Lui le protagoniste, le maître intérieur de chacun et le maître du cheminement commun. Il crée la variété et l’unité, il est l’harmonie même ». Partie en procession depuis le Palazzo della Rovere, une importante délégation de l'Ordre – constituée d’une centaine de Chevaliers et de Dames - participait à ce Consistoire sur la place Saint-Pierre, entourant de sa prière le Patriarche de Jérusalem qui reçut des mains du successeur de Pierre la barrette et l'anneau cardinalices et se vit attribuer Saint-Onuphre-du-Janicule, (Sant'Onofrio al Gianicolo en italien) comme église titulaire. Outre le Cardinal Grand Maître et le Gouverneur Général, une représentation de membres du Grand Magistère et de nombreux Lieutenants étaient présents au nom de l'Ordre : les Vice-Gouverneurs Généraux Jean-Pierre de Glutz et Enric Mas, les membres du Grand Magistère, Flavio Rondinini, Helene Lund et Vincenzo Buonomo, les Lieutenants de Suisse-Liechtenstein, Donata Krethlow-Benziger, de l'Angleterre et du Pays de Galles Michael Byrne, du Portugal, Bartolomeu da Costa Cabral, de l'Italie centrale, Anna Maria Munzi Iacoboni, de l’Italie Centrale des Apennins, Giuseppe Marrani, de l'Italie tyrrhénienne méridionale, Giovanni Battista Rossi, de la Sardaigne, Marco Cantori, les Délégués Magistraux de Lettonie, Janis Smelters, et de Norvège, Hyan Nguyen. Ils ont pu féliciter personnellement le Patriarche de Jérusalem pendant les visites de courtoisie organisées ce même jour, saluant particulièrement quatre autres membres de l'Ordre du Saint-Sépulcre parmi les nouveaux cardinaux : le cardinal Stephen Brislin, archevêque de Cape Town et Grand Prieur pour l'Afrique du Sud, le cardinal Luis José Rueda Aparicio, archevêque de Bogota et Grand Prieur pour la Colombie, le cardinal Américo Manuel Alves Aguiar, évêque de Setúbal et le cardinal Agostino Marchetto, nonce apostolique et archevêque d'Astigi. Le lendemain, dimanche 1er octobre, dans la basilique Sainte-Marie-Majeure, une messe d'action de grâce rassembla autour du cardinal Pizzaballa des autorités et des fidèles venus de Terre Sainte, dans une ambiance chaleureuse et festive. L'Ordre du Saint-Sépulcre était représenté par le Gouverneur général, l'Ambassadeur Leonardo Visconti di Modrone, le Chancelier, l'Ambassadeur Alfredo Bastianelli, le Trésorier, le Dr. Saverio Petrillo, ainsi que par les membres du Grand Magistère, les Lieutenants et les Délégués Magistraux et de nombreux membres de l’Ordre. Le Gouverneur général a offert à la fin de la célébration une Croix pectorale de l'Ordre au cardinal Pizzaballa, au nom des 30 000 Chevaliers et Dames du monde entier. François Vayne Source: Latin Patriarchate of Jerusalem / lpj.org Photo : © Grand Magistère © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Se préparer à la Consulta 2023

Sous la présidence du Cardinal Grand Maître, toutes les plus hautes fonctions de l'Ordre du Saint-Sépulcre (le Grand Magistère, les Lieutenants et les Délégués Magistraux), ainsi qu'un représentant de la Secrétairerie d'État et un de la Congrégation pour les Églises Orientales, se réunissent tous les quatre ans pour discuter et réfléchir sur des thèmes communs sur la vie de l'Ordre dans toutes ses structures périphériques. La Consulta 2023 aura lieu à Rome du 6 au 10 novembre 2023. En raison du COVID, cinq années se sont écoulées depuis la dernière Consulta en 2018 qui portait sur « Le rôle du Lieutenant dans la mission de l’Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem ». Le thème de cette année – qui, exceptionnellement, réunira aussi les Grands Prieurs de l'Ordre sur invitation directe du Cardinal Fernando Filoni, Grand Maître - sera la formation. Un Instrumentum Laboris a été adressé aux participants pour leur permettre d’entrer dans le thème, en impliquant aussi plus largement les Chevaliers et les Dames qui pourront contribuer à la réflexion. La Consulta est le principal organe consultatif du Grand Maître dans l’esprit synodal et, comme nous pouvons le lire dans les Statuts, ce «  n’est pas un organe délibératif, mais ses propositions s’insèrent dans le processus décisionnel relatif aux questions les plus importantes concernant l’Ordre » (Art. 17.1). À l'issue de cette rencontre et de ces échanges, le Grand Maître rédigera un document final qui définira les lignes directrices pour les années à venir. La collaboration entre les composantes laïques et ecclésiastiques de notre Institution pontificale est clairement perceptible dans l'organisation et la gestion de ces journées auxquelles assisteront pour la première fois les responsables laïcs (Lieutenants et Délégués Magistraux) et ecclésiastiques (Grands Prieurs) de la soixantaine de structures périphériques de l'Ordre. De plus, comme le précisent les Statuts, rappelons que si c'est le Cardinal Grand Maître qui convoque la Consulta, en approuve l’ordre du jour proposé par la Présidence du Grand Magistère et préside les réunions plénières, c'est le Gouverneur Général qui modère les réunions (Art. 17.4) dans un esprit de communion. Le Grand Maître, le Cardinal Fernando Filoni, et le Gouverneur Général, l'Ambassadeur Leonardo Visconti di Modrone, rencontreront et s'entretiendront personnellement avec les différents Lieutenants et groupes de travail par langue pour permettre aux responsables locaux de l'Ordre de régions géographiquement et linguistiquement proches, de discuter et de travailler sur le thème proposé. Il est clair que la Consulta est vécue en profonde union de prière avec l'Église Mère de Terre Sainte qui est au centre de notre engagement et de notre attention en tant que Chevaliers et Dames du Saint-Sépulcre. Et ce sera une joie d’accueillir Sa Béatitude le Cardinal Pierbattista Pizzaballa, Patriarche de Jérusalem et notre Grand Prieur qui, quelques semaines auparavant, le 30 septembre, aura reçu la barrette cardinalice des mains du Pape François. Source: Site Web Grand Magistère – l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem Photo : © Grand Magistère © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Cinq membres de l’Ordre sont créés cardinaux, dont le le Patriarche de Jérusalem

Le Pape François a annoncé, après la prière de l’Angélus du 9 juillet dernier, la création de 21 nouveaux cardinaux dont « la provenance exprime l’universalité de l’Église qui continue à annoncer l’amour miséricordieux de Dieu à tous les hommes de la Terre  ». Plusieurs d’entre eux sont membres de l’Ordre du Saint-Sépulcre, au premier rang desquels le Grand Prieur, Sa Béatitude Pierbattista Pizaballa, Patriarche de Jérusalem, dont la juridiction et la sollicitude pastorale s’étendent sur les catholiques de rite latin vivant en Israël, en Palestine, en Jordanie et à Chypre. Il est également Président de la Conférence des Evêques Latins des Régions Arabes (CELRA). Avec lui seront également créés cardinaux – lors du consistoire du 30 septembre prochain – plusieurs autres évêques et archevêques engagés dans l’Ordre sur divers continents : Mgr Stephen Brislin, Archevêque du Cap (Afrique du Sud), Mgr Luis José Rueda Aparicio, Archevêque de Bogotá, Mgr Américo Manuel Alves Aguiar, Evêque Auxiliaire de Lisbonne (Portugal), et Mgr Agostino Marchetto, âgé de 82 ans, qui fut notamment Nonce Apostolique en Biélorussie. Le Cardinal Filoni, Grand Maître, l’Ambassadeur Leonardo Visconti di Modrone, Gouverneur Général, les Membres du Grand Magistère, les Lieutenants et les 30 000 Chevaliers et Dames dans le monde entier, présentent leurs meilleurs voeux au Grand Prieur de l’Ordre ainsi qu’à chacun des nouveaux Membres du Sacré Collège des Cardinaux, confiant dans la prière leur ministère à l’intercession NotreDame de Palestine, Patronne de l’Ordre. Source: Site Web Grand Magistère Photo : © Grand Magistère

Lire plus
La Bienheureuse Vierge Marie Reine de Palestine

Dans toutes les Lieutenances de l’Ordre Equestre du Saint-Sépulcre, la fête de Notre-Dame, Reine de Palestine est célébrée dans la joie à l’approche du 25 octobre – date exacte de la fête selon le calendrier liturgique. Ce fut le Patriarche Luigi Barlassina (1920- 1947), à l’occasion de son entrée solennelle dans la Basilique Cathédrale du Saint-Sépulcre, le 15 juillet 1920, et de la consécration du Diocèse à Marie, qui l’invoqua pour la première fois avec le titre de «  Reine de Palestine ». Le lien tout particulier de Notre-Dame, Reine de Palestine avec l’Ordre Equestre du Saint-Sépulcre remonte au pontificat de Saint Jean-Paul II. En 1983, 50 ans après l’institution de la fête, Saint Jean-Paul II – s’adressant aux Chevaliers et aux Dames des Lieutenances de l’Italie septentrionale et centrale – les exhorta à être témoins du Christ dans la vie quotidienne et à continuer l’oeuvre de l’Ordre en Terre Sainte sous la protection de Notre-Dame. Dix ans après, en 1993, le Grand Maître de l’Ordre, le Cardinal Giuseppe Caprio, demanda à Saint Jean-Paul II l’élection de Notre-Dame, Reine de Palestine, comme Patronne de l’Ordre. Le Saint-Père répondit le 21 janvier 1994 par un décret qui accordait ce qui avait été demandé. ------------------------- PRIONS MARIE POUR LA PAIX EN TERRE SAINTE   Notre-Dame, Reine de Palestine, étends ta main sur la Terre Sainte et sur tous ceux qui y vivent : juifs, musulmans, druzes et chrétiens, Palestiniens, Israéliens, travailleurs immigrés et réfugiés. Notre-Dame, intercède pour nous tous et spécialement pour l’Eglise, le Corps de ton Fils, Jésus Christ Notre Seigneur. Nous avons été envoyés pour prêcher à tous la Bonne Nouvelle sur cette terre qui est la tienne et la Sienne, la terre des patriarches, des rois, des prophètes, des apôtres et de la première communauté formée pour marcher sur les pas de ton Fils, la Mère Eglise de Jérusalem. Cette mission nécessite le courage et la persévérance, la sagesse et la foi qui furent les tiens, prie pour nous. Sur tes genoux, Il a, Lui qui était Seigneur et Maître, appris à parler et à prier, à agir et à obéir. Nous te demandons de nous enseigner à parler et à prier, à agir et à obéir aujourd’hui, sur la terre appelée à être sainte. Au milieu de la guerre et de la haine, des murs, de l’occupation et de la discrimination, de la peur et du rejet, apprends-nous à être des instruments de justice et de paix, de pardon et de réconciliation. Nous affirmons avec toi qu’Il est notre paix. Montre-nous la façon d’incarner dans notre vie, en tant qu’Eglise, aussi bien la fidélité à ton Fils qu’un amour qui englobe tout le monde sur cette terre, spécialement pour les plus pauvres et les plus exclus, les sansabri, les réfugiés, les prisonniers, ceux qui sont maltraités, opprimés et victimes d’injustice. Notre-Dame, Reine de Palestine, tu es notre mère, qui nous est donnée par ton Fils sur la Croix. Avec toi, nous sommes appelés à être les témoins de la Résurrection qui annonce déjà Son Royaume. En nous façonnant sur ton modèle, nous Lui demandons de nous oindre en tant qu’annonciateurs de la Bonne Nouvelle emplis de l’Esprit, et proclamer qu’il a vaincu la mort par Sa mort sur la Croix, et qu’il a donné la vie à ceux qui se trouvent dans les tombeaux. Puissions-nous, en tant que membres de Son Corps l’Eglise, être les signes vivants qui indiquent le Royaume qui est déjà parmi nous. Amen. Marie, Mère, Reine de Palestine, prie pour nous. Père David Neuhaus, sj Source: Site Web Grand Magistère Photo :  © Grand Magistère

Lire plus
Comment l’Ordre du Saint-Sépulcre a-t-il évolué dans l’histoire?

Les origines historiques de l’Ordre demeurent encore obscures, même si une tradition qui n’a pas de fondement documenté les situent à la première croisade. En fait les premiers documents  évoquant une investiture de Chevaliers dénommés du Saint-Sépulcre sont datés de 1336 . Depuis que l’existence de l’Ordre est ainsi attestée, c’est-à-dire depuis le XIVe siècle, les papes ont progressivement et régulièrement manifesté leur volonté de  rattacher juridiquement son organisation au Saint-Siège . L’Ordre Equestre du Saint Sépulcre de Jérusalem a en effet toujours bénéficié de la protection des souverains pontifes qui, au long des siècles, l’ont réorganisé, amplifiant et enrichissant ses privilèges. Clément VI  confia aux religieux franciscains le soin de desservir le Saint-Sépulcre en 1342, mais c’était à l’époque encore les Chevaliers qui seuls pouvaient adouber d’autres membres de l’Ordre. Alexandre VI se déclara modérateur suprême de l’Ordre en 1496, et délégua aux franciscains le pouvoir de conférer la chevalerie aux nobles et aux gentilshommes en pèlerinage en Terre Sainte (pouvoir d’adoubement). La confirmation verbale ou par bulle de ce privilège franciscain fut renouvelée de Léon X , en 1516, à Benoît XIV en 1746, jusqu’au rétablissement du Patriarcat latin de Jérusalem par  Pie IX en 1847. La délégation pontificale fut alors transférée au Patriarche, puis en 1868 Pie IX fit largement connaître la refondation de l’Ordre par des lettres apostoliques. La chevalerie s’ouvrit avec la création des Dames du Saint-Sépulcre grâce à Léon XIII, en 1888. Pie X décida en 1907 que le titre de Grand Maître de l’Ordre serait porté par  le Pape lui-même . En 1932 Pie XI approuva les nouveaux statuts et permit aux Chevaliers et Dames d’être investis dans leurs lieux d’appartenance, donc plus seulement à Jérusalem.  Pie XII nomma un cardinal  comme Protecteur de l’Ordre, en 1940, puis centralisa l’organisation à Rome, dans le cadre du Grand Magistère, transférant le titre de Grand Maître au cardinal Canali. Jean XXIII approuva les nouveaux statuts présentés par le cardinal Tisserant en 1962. Avec le renouveau conciliaire de nouveaux statuts ont été publiés par Paul VI en 1977, puis Jean-Paul II concéda à l’Ordre la  personnalité juridique vaticane . Aujourd’hui l’Ordre souhaite favoriser davantage l’engagement de ses membres dans les Eglises locales en vue de leur sanctification, c’est la raison essentielle et profonde qui a motivé le réexamen des statuts lors de la « Consulta » de 2013. Source: Site Web Grand Magistère Photo : © Grand Magistère

Lire plus
Plus de nouvelles

Nouvelles de la Terre Sainte

Au milieu des ténèbres, Bethléem en attente de la fête de la paix et de la joie

En raison des conditions difficiles causées par la guerre en cours à Gaza et l'absence de pèlerins, qui constituent l'élément vital de l'économie en Terre sainte, les célébrations de Noël se limiteront cette année à des rituels religieux. Fr. GEORGE HADDAD, ofm Directeur du collège Terra Sancta de Bethléem «  Cette année, Noël est différent, tout comme la naissance de Jésus Christ l’a été en son temps. Elle s’est en effet produit dans des circonstances exceptionnelles. Mais malgré ça, le Prince de la Paix est né. Cette année, Noël a lieu sans décorations, sans sapin, sans crèches ni lumières, et même les pèlerins qui remplissaient Bethléem à cette période de l’année seront absents.  » P. ISSA THALJIEH Curé de l’église grecque orthodoxe de Bethléem «  En temps normal, Bethléem serait remplie de visiteurs venant du monde entier, désireux de célébrer Noël dans l’église de la Nativité… Mais cette année… même la majorité des chrétiens locaux ne peuvent pas atteindre l’église et prier avec nous.  » MIKE SAFAR Bethléem «  Nous sommes sortis de la pandémie avec l’espoir de temps meilleurs, mais malheureusement la guerre a éclaté et aujourd’hui nous souffrons énormément. Bethléem, une ville dépendante du tourisme, a été durement touchée. Je travaille dans le tourisme et mes affaires ont été gravement affectées. Les rues devraient être remplies de pèlerins, mais aujourd’hui elles sont vides et la plupart des magasins sont fermés. Alors nous espérons qu’avec l’arrivée de Noël, la paix reviendra dans les cœurs des gens et que le soleil brillera à nouveau sur la ville de Bethléem.  » ATALLAH HANDAL Vendeur ambulant «  Normalement, à cette période de l’année à Bethléem, le taux de réservation dans les hôtels est de 100%. Il n’y a pas une seule chambre qui n’est pas réservée. Alors nous avons été surpris quand – du jour au lendemain – tout s’est arrêté. Je travaille ici depuis quarante ans et je n’ai jamais vu des conditions et des circonstances aussi terribles de toute ma vie. » Malgré la douleur et le climat de tristesse qui règne dans les rues de la Ville de Noël, l’espoir demeure pour une paix juste et universelle. P. ISSA THALJIEH Curé de l’église orthodoxe grecque de Bethléem «  Noël est une période très importante pour nous. Elle nous permet de nous rapprocher de Dieu, de nous unir dans la prière et l’adoration, et d’élever nos prières vers Dieu – le Très-Haut et Tout-Puissant – afin qu’Il éloigné de nous cette obscurité que sont la guerre et la destruction qui frappe Gaza. » Source: Site Web Christian Media Center Photo : © archives photographiques personnelles lds Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
La lumière brille dans les ténèbres – Noël 2023

Message de Noël du Fr. Francesco Patton, Custode de Terre Sainte Chers frères et sœurs, Cette année, la grotte de la Nativité est vide, tout comme les rues de Bethléem. Lorsque Marie et Joseph sont venus se faire recenser, il n'y avait aucune chambre pour eux. Aujourd'hui, toutes les chambres de Bethléem sont disponibles. La ville attend que la guerre se termine, que les pèlerins reviennent, que les illuminations et les voix des enfants en fête égayent à nouveau ses rues. Dernièrement, beaucoup ont demandé si nous avions annulé Noël. Non, nous n'avons pas annulé Noël. Car Noël est quelque chose qui a déjà eu lieu et que – Dieu merci – personne ne peut annuler. Noël est la célébration du fait que le Fils de Dieu est entré dans notre histoire à jamais, qu'Il est devenu l'un de nous, qu'Il nous a été donné, qu'Il a donné un sens à notre vie et qu'Il nous a ainsi sauvés. Même au milieu des situations les plus graves et les plus difficiles, même au milieu des ténèbres de l'histoire, même au milieu de la guerre et la haine, la lumière continue de briller. Car même si les ténèbres n'accueillent pas la lumière, celle-ci continue à vivre et ne peut être étouffée. Plus nous sommes plongés dans ces ténèbres à la fois personnels et collectifs, plus nous avons besoin que cette lumière brille. Nous avons besoin, à partir de la grotte de la Nativité, que la lumière se répande partout, afin de maintenir vivante l'espérance d'un monde nouveau, sauvé grâce à la naissance de cet enfant qu’est Jésus, l'Emmanuel, le Dieu avec nous. En ce Noël étouffé par les ténèbres de la haine et de la guerre, nous nous agenouillons devant la crèche vide dans laquelle Marie a déposé l'enfant Jésus après l'avoir mis au monde et l'avoir emmailloté, et nous faisons nôtre la prière de saint Jean-Paul II : «  Enfant Jésus, sèche les larmes des enfants ! / Réconforte tendrement les malades et les vieillards ! / Pousse les hommes à déposer les armes / et à s’étreindre dans un baiser de paix universel ! / Jésus miséricordieux, appelle les peuples à faire tomber les murs édifiés / par la misère et le chômage, / par l’ignorance et l’indifférence, / par la discrimination et l’intolérance ! / Enfant divin de Bethléem, / c’est toi qui nous sauves / en nous libérant du péché. / Tu es le véritable et unique Sauveur, / que l’humanité cherche souvent à tâtons. / Dieu de la paix, / don de paix pour toute l’humanité, / viens vivre dans le cœur de tout homme et de toute famille ! / Sois notre paix et notre joie ! Amen !  » Joyeux Noël depuis Bethléem ! Source: Site Web Christian Media Center Photo : © Custodia Terrae Sanctae Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Une communauté qui proclame le Royaume du Christ

À l’approche de la fin de l'année liturgique, l'Église célèbre solennellement la royauté du Christ, Roi de l'Univers. Il est le Seigneur de l'histoire et de l'humanité et, malgré les contradictions que connait le monde d'aujourd'hui, nous continuons de croire et d’attendre avec impatience Sa manifestation finale. La communauté Regnum Christi est située à Jérusalem. Le mouvement est né au Mexique en 1941 et a pour mission de proclamer au monde le Royaume du Christ. P. FERNANDO MORALES Prêtre de la congrégation des Légionnaires du Christ «  Regnum Christi accomplit sa mission de manière très variée, au sein des familles, parmi les laïcs, mais surtout en s'engageant à former des éducateurs au sein de l’Église. Nous travaillons dans des écoles, des universités, des centres d'évangélisation, des œuvres d'apostolat et d’autres œuvres sociales très variées, ainsi qu’à travers les médias. Si les réalités que nous rencontrons sont très diverses, nous sommes très présents dans les centres éducatifs. » Le père Fernando raconte comment, en 2004, la communauté s'est vu confier l'administration et le service du Notre Dame Center à Jérusalem, mandaté par le pape Paul VI, et l’un des instituts du Saint-Siège en Terre Sainte. Le lieu sert de grande maison d'hôtes, et accueille des pèlerins du monde entier. À l'intérieur se trouve une chapelle où la liturgie est célébrée chaque jour, et où l'on peut participer à l'adoration eucharistique, recevoir le sacrement de la réconciliation, ou encore bénéficier d'un accompagnement spirituel. Depuis 2006, une exposition permanente d'une reproduction du Saint Suaire est entreposée au Notre Dame Center. Bianca Mattos, une Brésilienne membre du mouvement depuis 27 ans, en est responsable. Une occasion pour elle d'aborder la rencontre avec la passion, la mort et la résurrection du Christ. BIANCA DE MATTOS Femme consacrée de Regnum Christi «  Il est très agréable de constater que plusieurs guides suggèrent de venir ici pour voir le Saint Suaire avant de visiter le Saint Sépulcre. C'est un moyen pour les gens d'en savoir plus sur l'histoire de la chrétienté et les passages de l'Évangile qui racontent la passion du Christ, à travers cette exposition sur le linceul.  » «  Le mystère du Christ au milieu du monde », déclare Bianca, « n'est pas éthéré, mais réel, et c'est ce qui donne un sens à Sa vocation. » BIANCA DE MATTOS Femme consacrée de Regnum Christi «  La rencontre personnelle avec le Christ a été très importante pour ma vocation. J'ai rencontré un lieu, une famille dans laquelle j'ai pu faire l'expérience du Christ vivant. La communauté de Regnum Christi est très active dans l'apostolat et donne à contempler, à travers son propre visage, le visage du Christ Apôtre. » P. FERNANDO MORALES, lc Prêtre de la congrégation des Légionnaires du Christ «  La fête du Christ-Roi signifie célébrer et se souvenir que le Seigneur Christ est le Roi de l'univers, le Roi du monde, même si, bien souvent, nous pouvons avoir l’impression que Son royaume est très loin de nos réalités. Nous constatons le rejet fréquent du Christ au cours de l'histoire. Mais chaque année, nous réaffirmons et nous nous souvenons : le Christ est le Roi du monde, le Christ est Seigneur, en particulier sur cette terre où Il a lui-même commencé à semer Son royaume. » Source: Site Web Christian Media Center Photo : © Latin Patriarchate of Jerusalem / lpj.org Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Les « écoles du dimanche » franciscaine, la clé d'un avenir meilleur

Les frères mineurs de Jérusalem emmènent les enfants qui composent le petit troupeau chrétien de la ville à leur « école du dimanche », afin de répondre à leurs besoins spirituels. Fr. AYMAN BATHISH, ofm Directeur de l’école du dimanche franciscaine «  L'objectif de cette école tourne autour de l'éducation chrétienne des enfants. Le but est qu'ils puissent comprendre et appréhender l'amour de Jésus non seulement à travers diverses activités, comme la danse et la musique, mais aussi à travers leur relation avec Lui. Nous utilisons également des PowerPoint, des vidéos, des pièces de théâtre et d’autres formes d’arts pour leur transmettre les idées fondamentales de la foi chrétienne. » C’est au Collège des Frères, situé dans l'enceinte de la vieille ville, qu’a lieu cette initiative. Fr. AYMAN BATHISH, ofm Directeur de l’école du dimanche franciscaine «  Pour que les enfants n’aient pas l’impression de se retrouver en classe, nous commençons par une séance de gymnastique. » Plus tard, les enfants et les catéchistes se rassemblent en cercle et chantent ensemble quelques chants de Noël. Ensuite, ils sont répartis en groupe selon leur âge. Fr. AYMAN BATHISH, ofm Directeur de l’école du dimanche franciscaine «  Pour parler de Noël, nous utilisons la figure de la Vierge Marie. Dimanche dernier, le thème était l'annonce de l'ange à la Vierge à Nazareth, tandis qu'aujourd'hui, c’est la visite de la Vierge à sa cousine Élisabeth. » Tandis que des élèves se chargent de dessiner la visite de la Vierge Marie à sa cousine, d’autres s’amusent, en petits groupes afin de les encourager à collaborer entre eux, avec des ballons. Dans une autre classe, on discute de la visite de la Vierge Marie à sa cousine Elisabeth en détail ; des prix sont distribués à ceux qui répondent bien aux questions. Ailleurs, des enfants réalisent des travaux manuels afin de représenter l'épisode biblique. HILDA Élève de l’école du dimanche franciscaine «  Ici, je m'amuse avec mes amis et les activités organisées sont très intéressantes. » GIOVANNI METTRI Élève de l’école du dimanche franciscaine «  Plutôt que de rester à la maison et de m’ennuyer, je préfère venir ici parce que je peux jouer et rencontrer de nouvelles personnes.  » Les enfants se voient également offrir un goûter. Fr. AYMAN BATHISH, ofm Directeur de l’école du dimanche franciscaine «  La participation à cette “école du dimanche" est gratuite. Elle est l’expression de l'amour de Jésus et de Sa volonté d'accueillir les enfants sans compter. » À l'église St Sauveur de Jérusalem, c'est le frère Amjad Sabbara qui a présidé la messe de ce dimanche, à laquelle les enfants ont assisté en grand nombre. Une fois adultes, ceux qui ont fréquenté cette école continuent d’être influencés par les activités éducatives, spirituelles, culturelles et récréatives qu'ils ont reçues lors des réunions dominicales. Randia Rashid, élève de l'école du dimanche et aujourd'hui étudiante en laboratoire médical à l'université hébraïque, en témoigne. RANDIA RASHID Catéchiste de l'école du dimanche «  Enfant, j'ai fréquenté l'école du dimanche et j'ai été éduquée dans les principes et les valeurs de la foi chrétienne. Le système éducatif étant à l'arrêt à cause de la guerre, j'ai compris qu'il était de mon devoir de contribuer à donner une éducation chrétienne aux plus jeunes dès leur plus jeune âge.  » Ces «  écoles du dimanche » franciscaines sont la clé d'un avenir meilleur ! Source: Site Web Christian Media Center Photo : © Custodia Terrae Sanctae Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
À Beit Jamal, la paroisse latine de Ramla aide à récolter les olives

À travers des bénévoles, la paroisse latine de Ramla a pu contribuer à la récolte des olives sur les terres du monastère salésien de Beit Jamal. À cause de la guerre, la communauté n’a en effet pas pu accueillir de travailleurs palestiniens, désormais dans l’impossibilité d’entrer en Israël. P. GIANMARIA GIANNAZZA, SDB Recteur du monastère de Beit Jamal «  Normalement, nos travailleurs viennent de Yatta et d'Hébron, mais en raison des circonstances, ils n’ont pas pu venir aider à la collecte. Nous avions donc besoin de volontaires ! » C'est donc précisément pour aider les Salésiens dans leur récolte d’olives que la paroisse des Saints Nicodème et Joseph d'Arimathie à Ramla a organisé cette activité bénévole, à destination non seulement de ses fidèles mais aussi de la jeunesse franciscaine. EMILE MARCO Membre de la jeunesse franciscaine – Ramla «  Malgré les circonstances, c’est avec enthousiasme que nous – membres de la.jeunesss de St François – sommes venus ici pour nous porter volontaires et aider les Salésiens dans leur récolte. En tant qu'enfants de Saint François, nous essayons à travailler dans son esprit : François a toujours aidé les autres avec dignité et amour.  » MARIA TARZZI Membre de la jeunesse franciscaine- Ramla «  Aujourd'hui, je suis doublement heureuse : d’abord parce que j'aime être dans la nature avec mes proches, et ensuite parce que je fais de mon mieux pour aider les autres, dans la mesure de mes possibilités.  » Fr. ABDEL MASIH FAHIM, ofm Curé de Ramla «  Je remercie tous ceux qui ont contribué à tout type d'activité bénévole. Elles témoignent de l'esprit du christianisme, de l'esprit du Christ, de l'esprit de l'Église qui donne. Car celui qui donne est aimé de Dieu.  » Le monastère de Beit Jamal compte environ 3 000 oliviers. P. GIANMARIA GIANNAZZA, SDB Recteur du monastère de Beit Jamal «  La récolte de l'année dernière a donné 2 500 litres d’huile. L'olive de Beit Jamal provient d'une variété de très haute qualité, de la région de Toscane en Italie.  » Beit Jamal a des origines bibliques. P. GIANMARIA GIANNAZZA, SDB Recteur du monastère de Beit Jamal «  Le nom de Beit Jamal vient des termes Kafr Jamal, qui font référence au nom du président du Sanhédrin, Gamaliel, mentionné dans les Actes des Apôtres.  » Selon le père Gianmaria Giannazza, saint Étienne, le premier martyr, a été enterré par Gamaliel à Kafr Jamal – soit l'actuelle Beit Jamal. Dans le complexe du monastère se trouve une petite église dédiée au saint, construite sur les ruines d'une église antérieure datant de l'époque byzantine. Entre passé et présent, ces chrétiens récoltant des olives offrent de belles images de générosité et de solidarité. Dans leur cœur, surtout en ces temps difficiles que traverse la Terre Sainte, ils aspirent à la paix. Fr. ABDEL MASIH FAHIM, ofm Curé de Ramla «  L'olivier représente la paix, une paix perdue et désirée au fil du temps, aujourd'hui plus que jamais à cause des guerres actuelles. Prions chaque jour pour que la paix revienne. » Source: Site Web Christian Media Center Photo: © shutterstock.com photo Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
L'Immaculée Conception à travers une icône de Terre Sainte

MARIA RUIZ Vierge consacrée de l’Ordo Virginum – Diocèse de Jérusalem «  Je suis arrivée à Jérusalem il y a cinq ans, alors que je cherchais à mieux comprendre ce que Dieu attendait de moi. » MARIA RUIZ Vierge consacrée de l’Ordo Virginum – Diocèse de Jérusalem «  J'ai d'abord commencé en tant que bénévole, et j’ai fréquenté à cette occasion différentes réalités de Terre Sainte ; d’abord celle des enfants handicapés, puis celle des jeunes et des enfants d'immigrés. Après un certain temps, alors que je commençais tout juste à prendre mes marques, j’ai été recrutée de manière tout à fait inattendue : le Patriarcat latin de Jérusalem m'a demandé de contribuer aux illustrations du "nouvel Évangéliaire de Jérusalem".  » Espagnole d'origine, Maria Ruiz est membre de l'Ordo Virginum du diocèse de Jérusalem. Elle a été consacrée en novembre dernier lors d'une cérémonie au sein de l'église du Patriarcat latin. Son amour pour l'iconographie découle d'un chemin de prière ; c'est à travers l'icône qu'elle communique sa relation avec le Christ. MARIA RUIZ Vierge consacrée de l’Ordo Virginum – Diocèse de Jérusalem «  Je trouve très beau de faire ce travail pour l'Église de Jérusalem. Il s’agit d’une petite Église, d’une petite Église qui est aussi l'Église mère, l'Église mère de l'Église universelle. Elle est comme une œuvre cachée, mais qui pourtant apporte la lumière de l'Évangile au monde entier.  » L'engagement de Maria dans l'art est un héritage familial. Pourtant, au début, l'iconographie ne l'attirait pas particulièrement : la représentation des visages était pour elle comme une vision très éloignée de la réalité. Elle s’est finalement autorisée à les regarder et depuis lors, les visages sont devenus sa particularité. Dans ses icônes, elle choisit de montrer les détails, les lieux et les symboles de la Terre Sainte. Et elle nous montre son icône préférée. MARIA RUIZ Vierge consacrée de l’Ordo Virginum – Diocèse de Jérusalem «  Il n'existe pas de représentation de l'Immaculée Conception dans la tradition orientale, car il s'agit d'un dogme moderne de l'Église catholique. Nous avons donc dû chercher un moyen de la représenter dans le même style. Je ne savais pas vraiment comment m'y prendre... J'ai fait de nombreuses ébauches, mais aucune ne convenait. Le patriarche a alors pensé à l'"Immaculée Conception franciscaine" : une représentation franciscaine très typique où Marie, avec l'enfant dans ses bras, se tient debout, avec le serpent sous ses pieds. La particularité de cette image est que l’enfant est représenté chassant et tuant le serpent avec la croix. Cette représentation m'est très chère car c'est grâce à la croix du Christ que Marie a été rendue immaculée. Il y a aussi toute la relation de Marie avec son Fils, et du poids théologique de ce dogme si important pour nous.  » En ce mois où nous célébrons l'Immaculée Conception, adressons nos supplications de paix à la Vierge Marie, Mère du Christ, et demandons à celle qui a soutenu l'Église naissante de tourner son regard vers ses enfants. Source: Site Web Christian Media Center Photo: © shutterstock.com photo Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
« Quand je me présenterai devant vous » : fête du Christ pour les jeunes de Galilée

« Quand je me présenterai devant vous  » était le thème de la journée de la pastorale des jeunes de Terre Sainte, célébrée chaque année à l'occasion de la Solennité du Christ Roi. Cette année, à cause de la guerre, les jeunes n’ont pas pu se rassembler en un seul lieu : chaque région s'est donc organisée en fonction de ses possibilités. En Galilée, à la Basilique de l'Annonciation de Nazareth, le Secrétariat général a organisé une journée de spiritualité, avec des chants, des prières et des activités pour les quelque 300 jeunes venus de Galilée. Les Focolari, l'UCO, les mouvements marials et la communauté Shalom ont également participé à l'initiative. Un moment aussi pour demander la paix en Terre Sainte. P. RAMEZ TWAL Aumônier général de la jeunesse en Israël «  Aujourd'hui, nous célébrons les jeunes de Galilée sur la terre de l'Annonciation, dans la Basilique de l'Annonciation à Nazareth, où le ciel a parlé à la terre et lui a annoncé la bonne nouvelle, la plus belle des nouvelles. Nous nous réunissons pour proclamer que Jésus est le Roi de nos vies. Le thème de cette rencontre est comme pour dire : "Je prends la décision personnelle de me présenter à nouveau à Jésus pour vraiment le laisser être le Roi et le Maître de ma vie.  » Mgr Rafiq Nahra, Vicaire patriarcal pour Israël, a présidé la messe, concelebrée par le P. Ramez Twal, aumônier général pour la pastorale des jeunes en Galilée, et le Fr. Wojciech Boloz, gardien et recteur de la Basilique de l'Annonciation et du Sanctuaire de la Sainte Famille à Nazareth. Au cours de la messe, 12 jeunes ont été nommés pour servir dans le bureau de la pastorale des jeunes de Galilée, afin de s’occuper d'organiser les diverses activités pour la jeunesse qui auront lieu dans le futur. MALAK BAHUS Secrétariat général de la jeunesse chrétienne de Galilée «  Je suis très fier d'être citoyen de la ville de Nazareth et de suivre les traces du Christ partout où Il a marché. Je remercie Dieu d'avoir créé le Secrétariat général pour la jeunesse. Grâce à lui, nous réalisons davantage d'événements et d'activités au service des jeunes. » ESSA NASSAR Secrétariat général de la jeunesse chrétienne de Galilée «  Nous nous sommes engagés à servir les jeunes en Galilée, et c’était à la fois passionnant et magnifique. Cela fait deux ans que nous préparons ce projet, qui est absolument unique. Il n'y a jamais rien eu de tel en Galilée, et nous sommes vraiment heureux de pouvoir enfin le mettre en œuvre. » L'adoration dans la Grotte, suivie de la récitation de l'Angélus, a constitué un des moments les plus importants de l’événement. NATHALI MATTAR Secrétariat général de la jeunesse chrétienne de Galilée «  Aujourd'hui, j'espère non seulement que le Christ parviendra à atteindre le cœur de chaque jeune, mais surtout que notre foi en Jésus, seul Roi et Seigneur de notre vie, sortira plus forte de cette rencontre. » Cette solennité nous rappelle que Jésus-Christ est le Roi de l'Univers ! Sa mission salvatrice et libératrice nous permet de vivre sur terre dans la paix et le bonheur, en vue d'un futur héritage au ciel. Source: Site Web Christian Media Center Photo : © Latin Patriarchate of Jerusalem / lpj.org Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Depuis le sanctuaire de Capharnaüm, demande du miracle de la paix

Sur le lac de Tibériade, une communauté de quatre frères et trois sœurs de la congrégation des « Missionnaires de l'Évangélisation » s'occupe du village de Jésus, l'historique Capharnaüm. En raison du conflit en cours, il n'y a ni pèlerins ni visiteurs. Avant, environ 4 000 personnes s'y rendaient chaque jour. Fr. FABIO INACIO BORGES, ofm Responsable de Capharnaüm «  Nous ouvrons le sanctuaire tous les jours, même en l'absence de pèlerins. Ainsi ouvert, avec l'aide des employés, nous assurons l'entretien, le nettoyage, l'élagage des arbres. En d’autres termes, nous prenons soin du lieu saint, comme nous le faisons habituellement tout au long de l'année. » Le frère Fabio explique que désormais, le « silence » domine ses journées. Il perçoit la chose comme une invitation à prier pour la paix et pour tous ceux qui vivent des jours difficiles. Fr. FABIO INACIO BORGES, ofm Responsable de Capharnaüm «  En cette période quelque peu différente, nous avons accordé plus de temps à la prière communautaire et personnelle. En plus de la messe quotidienne et de la liturgie des heures, nous avons désormais un temps d'adoration, avec la bénédiction du Saint Sacrement. Nous confions au Seigneur nos prières pour la paix. » Au fil des jours, les petits gestes de la vie quotidienne aident à surmonter cette période difficile. Fr. FABIO INACIO BORGES, ofm Responsable de Capharnaüm «  Nous sommes ici à Capharnaüm, nous vivons ici, sur ce lieu magnifique et béni qu’est le village de Jésus. Nous y sommes même dans cette situation de guerre. Nous implorons sans cesse le Seigneur de nous accorder le miracle de la paix, la paix que le Christ ressuscité nous a laissée. Il ne s'agit pas d'une paix théorique, mais d'une paix concrète, capable de libérer le cœur de notre prochain, pour une fraternité universelle, pour une vie digne de tous les hommes de bonne volonté. » Ensemble avec cette petite communauté, depuis le lieu où Jésus a guéri, prêché et sauvé tant de gens, nous demandons à ce que le monde puisse guérir, un monde qui a tant besoin de salut. Source: Site Web Christian Media Center Photo : © archives photographiques personnelles lds Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Plus de nouvelles

Nouvelles de la Lieutenance

Le pape François, le révolutionnaire conservateur

Le Forum Saint-Michel avait ouvert ses portes pour son « Livre du mois » à notre confrère Emmanuel Van Lierde. Ce livre, «  Le pape François, le révolutionnaire conservateur  » (aux Editions jésuites) sort à l’occasion du dixième anniversaire de l’élection de Jorge Mario Bergoglio comme évêque de Rome. Edité d’abord en Néerlandais, la traduction française a été présentée à Bruxelles par le duo très inspiré composé du Père Tommy Scholtes, sj et de Vincent Delcorps, Rédacteur en chef du journal  DIMANCHE . L’auteur est théologien et philosophe. Surtout il a travaillé 15 ans (dont 5 ans comme rédacteur en chef) à l’hebdomadaire d’opinion chrétien  TERTIO . Cette fonction lui a permis de suivre pas à pas le Pape François et d’avoir eu la chance de l’interviewer plusieurs fois. Quantité d’informations et d’analyses nous donnent un aperçu très complet de ce qu’est l’homme et ses idées qu’un seul mot pourrait résumer : « périphérie ». A un moment où, semble-t-il, le Pape François accélère le rythme (et certaines publications récentes le laissent à penser), la lecture de ce livre donne les éclairages nécessaires pour mieux comprendre la double facette de l’évêque de Rome: socialement révolutionnaire, il n’en reste pas moins éthiquement un conservateur. Photo : © archives photographiques de la Lieutenance © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Dans la joie du Saint-Esprit

Mgr. Lode Van Hecke, évêque de Gand, accueillit chaleureusement ce 19 septembre notre section diocésaine dans son palais épiscopal. Après la Sainte Messe, un moment convivial et très informel permit de beaux échanges. Dans son mot de remerciement, le Lieutenant fit un parallèle entre la devise de l’Evêque Lode et la mission de notre Ordre. L’action de l’Esprit-Saint nous amène à Jésus et nous aide à comprendre ses paroles. Cette compréhension nous amène à devenir féconds les uns pour les autres. Voilà pour la devise. La dynamique intérieure de notre Ordre (l’approfondissement de notre foi) conduit également à une dynamique extérieure tangible: être le soutien aux chrétiens de Terre Sainte. Ainsi les Chevaliers et Dames du Saint Sépulcre témoignent, par leur vie, de l’Eglise en mouvement sur lesquels nos évêques peuvent s’appuyer. Merci à l’Evêque Lode et aux organisateurs pour cette belle rencontre! Source: Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique Photo : © archives photographiques de la Lieutenance © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Troisième édition de la Journée des familles

Pour sa troisième édition, la ‘Journée des familles’ de notre Lieutenance s’est tenue à l’Abbaye de Grimbergen. De nombreux membres s’y sont retrouvés sur l’invitation de son Père Abbé Erik de Sutter et de notre confrère le Prieur Johan Goossens. La matinée commença par la Sainte Messe dans la superbe Basilique de style baroque puis se prolongea par un déjeuner très animé dans la brasserie qui jouxte l’abbaye. Trois ateliers étaient prévus l’après-midi. Le 1er a permis de présenter la deuxième édition des « Mardis de la Foi » ; ensuite s’ensuivit un remarquable exposé de nos différents projets en Terre Sainte avec projection, photos, vidéo et témoignage. Enfin une explication des fonctionnalités de la partie de notre site web réservée aux membres clôtura la partie officielle de la journée. Un grand merci aux Prémontrés de Grimbergen de nous avoir accueilli dans ce site prestigieux! Source: Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique Photo : © archives photographiques de la Lieutenance © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Missa pro defunctis, Michael Brenninkmeijer

« J'ai confiance en Dieu, je n'ai pas peur » Né le 10 décembre 1955 le Lieutenant honoraire des Pays-Bas, Michael Brenninkmeijer, est décédé le 10 septembre à Laren NH. Michael était depuis quelques années fortement handicapé à la suite d’un accident vasculaire cérébral, ce qui ne l’empêchait cependant pas de participer en chaise roulante à de nombreuses activités. Ces funérailles ont été célébrées le 15 septembre en la Basilique Saint Jean de Laren NH. Notre confrère était Chevalier-Grand-Croix de notre Ordre, décoré des palmes d’or de Jérusalem et de la médaille d’argent du Patriarcat latin. Michael était un amoureux de la Terre Sainte, particulièrement touché par la situation des plus pauvres et précarisés. Il était à la base de nombreuses initiatives de soutien. Sa Béatitude Pierbattista Pizzaballa s’est fait représenter en la personne de Mr Georges Akroush. Notre Lieutenant assistait également à la cérémonie d’hommage pour souligner les liens d’amitié issus de nombreuses années de collaboration fructueuses entre nos Lieutenances respectives. Source: Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique Photo : © archives photographiques de la Lieutenance © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
“Berger de son peuple”

« Il y a des rois qui sont plus que des rois : ils sont les bergers de leur peuple. Ils ne font pas que régner, ils aiment jusqu’à donner leur propre vie. Tel fut le roi Baudouin. » + Cardinal Godfried Danneels 1993 La commémoration du 30ème anniversaire de la mort du Roi Baudouin donna lieu à une messe d’action de grâce qui rassembla ce 09 septembre un nombreux public. Mgr Luc Terlinden présida la cérémonie en l’église de Notre-Dame-de-Laeken, en présence du Roi et de la Reine, et d’autres membres de la Famille royale. Notre Lieutenance était particulièrement bien représentée pour rendre hommage à ce grand Roi, membre de notre Lieutenance. Source: Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique Photo : © archives photographiques de la Lieutenance © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Grande Procession du Saint-Sang

A l’initiative du Baron Snoy et d’Oppuers notre Lieutenance participe chaque année, début septembre, à la grande procession du Saint-Sang à Ophain-Bois-Seigneur-Isaac. Précédée de la Sainte Messe présidée cette année par Mgr Jean-Luc Hudsyn, évêque auxiliaire pour le Brabant wallon, la procession parcourt avec une grande ferveur populaire les rues du village. Son origine remonte au 15ème siècle. Le curé d’Ittre trouva dans le corporal de la Chapelle dédiée à Notre-Dame de la Consolation un fragment d’hostie consacrée qui se mit à saigner lorsque le prêtre le prit en mains. Ce miracle fut reconnu en 1410 par l’évêque de Cambrai. C’est ainsi que la Chapelle devint un lieu de pèlerinage. Un prieuré fut établi, ensuite une abbaye. Depuis 2010, l’abbaye est devenue le Monastère Saint Charbel, de l’Ordre libanais maronite. Source: Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique Photo : © archives photographiques de la Lieutenance © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
«La parole de Dieu, un feu brûlant dans mon cœur» (JR 20, 9)

Ordination épiscopale de Mgr Luc Terlinden   Ce dimanche 03 septembre un grand nombre de croyants (dont beaucoup de jeunes) s’étaient rassemblés à la cathédrale Saint-Rombaut (Malines). Mgr Luc Terlinden y recevait l’ordination épiscopale et succédait ainsi au cardinal De Kesel comme nouvel archevêque de Malines-Bruxelles. Notre Lieutenance était particulièrement bien représentée grâce aux invitations reçues par plusieurs membres de son Conseil et autres responsables, actifs au niveau local. A celui pour qui «  la parole de Dieu est un feu brûlant dans mon cœur » (Jr 20, 9), ce fut l’occasion de renouveler les vœux de succès et un message de soutien de notre Lieutenance dans ses actions futures. Ainsi qu’il l’a demandé, prions pour que l’Esprit Saint le guide sur le chemin de l’humilité du cœur. Source: © Lieutenance de la Belgique Photo : © archives photographiques de la Lieutenance © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Fêtes du Couronnement à Tongres

La ville de Tongres a vécu avec ferveur, du 02 au 09 juillet 2023, la 19ième édition des fêtes septennales du Couronnement. C’est une très ancienne tradition. Plus ancien site marial de ce côté des Alpes, Tongres accueille des pèlerinages depuis le Moyen Age. Ceux-ci se transforment en 1890 en « f êtes du Couronnement » ayant lieu tous les 7 ans, 1890 étant la date du couronnement de la statue de Notre-Dame "Cause de notre Joie". Notre confrère Tongrois, Guy Derriks, organisa de main de maître la participation de notre Lieutenance aux 4 processions qui parcoururent la ville richement décorée. Ainsi le Lieutenant et le Grand Prieur, Mgr J. Bonny et Mgr J-P. Delville, le Chanoine J. Tercic et le Doyen A. Cornelissis, notre confrère E-C. Minet partagèrent la grande ferveur de la population. Fêtes du Couronnement à Tongres BIENVENUE Tongres est la plus ancienne ville de Belgique. En tant que plus ancien site marial de ce côté des Alpes, des pèlerinages y ont été organisés dès le Moyen Âge. Lorsque la statue de Notre-Dame "Cause de notre Joie" a été couronnée en 1890, les habitants de Tongres ont décidé de développer les pèlerinages en fêtes septennales du Couronnement. Cette tradition, reconnue comme un patrimoine culturel immatériel, est maintenue vivante jusqu'à ce jour. La 19ème édition en 2023 aura son apogée dans la semaine du 2 au 9 juillet, avec quatre processions et autant de jeux en soirée. La participation massive de la population de Tongres à la procession et aux jeux du soir, les nombreuses rues décorées, le Teseum - trésor de la basilique, le site archéologique sous la basilique, et la découverte de Tongres depuis la tour de la basilique, vous donneront sans doute envie de venir à Tongres en 2023. Nous vous souhaitons d'ores et déjà la bienvenue ! LES AMIS DU COURONNEMENT Sous la devise "plusieurs petits font un grand", nous vous invitons à rejoindre les "Amis du Couronnement 2023" en faisant un don mensuel minimum de 5 euros. 5 euros par mois, c'est à peine 16 centimes par jour ou 1,12 euro par semaine. Cependant, cela signifie 60 euros par an. Et ce pendant plusieurs années. DEVENIR MEMBRE Vous pouvez devenir membre en donnant un ordre permanent à votre institution bancaire pour effectuer un dépôt mensuel sur le numéro de compte des Amis du Couronnement IBAN : BE66 7453 3909 0043 -- BIC : KREDBEBB. Ensemble, nous pouvons économiser une belle somme d'argent pour les célébrations du couronnement de 2023.   Source: https://www.kroningsfeesten.be/fr/bienvenue-a/ © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique  

Lire plus
Plus de nouvelles

Autres nouvelles

En dialogue avec le Frère Francesco Patton, Custode de Terre Sainte : « Le 800e anniversaire de Noël à Greccio »

Cette année, le monde entier célèbre le 800e anniversaire de la crèche. Une crèche née du cœur et du grand amour de saint François, qui voulait voir de ses propres yeux les difficultés rencontrées par Marie et Joseph lors de la naissance de l'enfant Jésus. C'est pourquoi, en 1223, il a voulu représenter la scène du texte biblique dans une grotte de la ville de Greccio, en Italie. Ce «  merveilleux signe de la crèche, si chère au peuple chrétien, suscite toujours stupeur et émerveillement  ». Tels sont les mots que le pape François a écrits au sujet de la signification et de la valeur de la crèche dans sa lettre apostolique Admirabile signum de 2019, à l'occasion de sa visite à Greccio, dans la vallée de Rieti. En cette période de Noël, le Christian Media Centre et le site de la Custodie de Terre Sainte proposent à ce sujet un dialogue avec le frère Francesco Patton. Fr. FRANCESCO PATTON, ofm Custode de Terre Sainte «  Noël à Greccio est une célébration très spéciale, parce qu’il s’agit d’une célébration à travers laquelle François, en les faisant figurer ensemble, nous aide à comprendre d’une part la valeur de l'Eucharistie, et d’autre part la valeur de l'Incarnation. Car ce que François célèbre à Greccio, c'est précisément l'Eucharistie ; célébrée dans un contexte représentant la scène de la Nativité. Il a ainsi contacté un ami de Greccio, Giovanni, et lui a dit : "Si tu veux que nous venions fêter Noël, fais tous les préparatifs". Il a ensuite demandé une autorisation spéciale au pape pour pouvoir célébrer non pas dans une église, mais dans une étable, dans une grotte, dans un cadre non liturgique, et a recréé la scène de Bethléem. » «  Ici, à Bethléem, nous avons la grotte de la Nativité, nous avons la crèche et nous avons devant la crèche l'autel sur lequel l'Eucharistie est célébrée.  » Pourquoi Noël à Greccio est-il important ? Fr. FRANCESCO PATTON, ofm Custode di Terra Santa «  Parce que François, qui avait été pèlerin en Terre Sainte entre 1219 et 1220, avait probablement eu l'occasion de voir la grotte de la Nativité et peut-être même de participer à la célébration de Noël. Et il a eu cette intuition : le Fils de Dieu, qui s'est incarné à Bethléem en naissant de Marie, est le même qui se fait petit et s'offre à nous chaque jour à travers l'Eucharistie et nourrit ainsi notre vie.  » «  Ainsi, cette scène, cette façon de célébrer l'Eucharistie par saint François est devenue dans l'imaginaire collectif la célébration de la crèche de Greccio. Mais "crèche" est un mot qui signifie simplement "mangeoire". Et ce que François célèbre, ce n'est pas la crèche. Ce que François célèbre, c'est l'Eucharistie à la crèche, pour nous faire comprendre ce lien entre incarnation et Eucharistie. Bien sûr, la scène de la Nativité était déjà présente depuis des siècles dans des images, des bas-reliefs, des sculptures, et ce depuis le IVe siècle. À Greccio, toutefois, un élément particulier est introduit, pourrait-on dire, qui donne vie à la scène. » Pourquoi choisir Greccio ? Fr. FRANCESCO PATTON, ofm Custode di Terra Santa «  Parce que Greccio est un village de bergers qui sont venus participer à cette célébration. Ils sont devenus en quelque sorte la version moderne des bergers qui ont marché depuis le champ des bergers jusqu’à la grotte de la Nativité. L'élément de l'âne et du bœuf, que l'on retrouve dans des représentations dès le IVe siècle, y est introduit. Cet élément est mentionné par le prophète Isaïe ; le bœuf représente le peuple d'Israël parce qu'il porte le joug – le joug étant l'image de la loi – et l'âne représente tous ceux d'entre nous qui appartiennent aux peuples des païens, des nations.  » Chaque foyer possède une crèche : qu'est-ce que cela signifie, surtout cette année ? Fr. FRANCESCO PATTON, ofm Custode di Terra Santa «  Il ne s'agit pas tant de la création de la crèche telle que nous la concevons, mais de faire comprendre aux gens le lien entre le mystère de l'incarnation du Fils de Dieu et le mystère de l'Eucharistie. Faire comprendre que, de même que Dieu s'est fait petit et proche à Bethléem, Il continue à se faire petit et proche et à se faire aussi notre nourriture dans l'Eucharistie.  » Source: Site Web Christian Media Center Photo: © shutterstock.com photo Video: © Christian Media Cente © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
« Je continuerai à être la voix des chrétiens de Terre Sainte dans le monde »

Jeudi 21 septembre, au Patriarcat latin de Jérusalem, Sa Béatitude Pierbattista Pizzaballa, Patriarche de Jérusalem des Latins, a reçu des journalistes pour une conférence de presse, quelques jours avant d'être créé cardinal. Le Patriarcat, dont le siège est à Jérusalem, a des paroisses en Israël, en Palestine, en Jordanie et à Chypre. Le dimanche 9 juillet 2023, lors de l'Angélus sur la place Saint-Pierre à Rome, le pape François a annoncé, à la surprise générale (comme à l'accoutumée), la création de 21 nouveaux cardinaux lors d’un Consistoire convoqué pour le 30 septembre. Parmi ces 21 cardinaux figurait Mgr Pizzaballa, Patriarche de Jérusalem des Latins. La provenance de ces nouveaux cardinaux exprime l'universalité de l'Église, « qui continue à proclamer l'amour miséricordieux de Dieu à tous les peuples de la terre », a déclaré le pape François. « Je pense que le pape François, en me nommant cardinal, n’a pas seulement choisi une personne, mais également un lieu : Jérusalem  », a déclaré Mgr Pizzaballa. «  Ce choix est une manière de souligner à quel point Jérusalem est au cœur de la vie de l'Église, parce qu’il s’agit de l'Église mère. Centre de l'Église, elle est aussi au cœur de nombreux conflits  », a également souligné le patriarche. S.B. PIERBATTISTA PIZZABALLA Patriarche de Jérusalem des Latins «  L'Église de Jérusalem est le cœur du monde, oui. Mais, soyons honnêtes, elle est aussi un peu en périphérie. Et le Pape est toujours attentif aux périphéries. Périphéries au sens de lieux de conflits, de douleurs, de divisions, de difficultés. Jérusalem, c’est un peu de tout cela. Le choix du pape est donc un signe d'attention pour cette petite communauté qui souffre, mais qui résiste aussi. » Comme le rappelle également Mgr Pizzaballa, ce nouveau titre ne change en rien le fond de sa responsabilité première : il est et reste le pasteur de cette Église de Jérusalem, en Terre Sainte et dans tout le diocèse. « Je continuerai », a-t-il déclaré, «  à être la voix des chrétiens de Terre Sainte dans le monde ». Source: Site Web Christian Media Center Photo : © Latin Patriarchate of Jerusalem / lpj.org Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Entretien téléphonique entre le Pape et le curé de Gaza

P. GABRIEL ROMANELLI Curé de la paroisse latine de Gaza «  Au milieu de tous les évènements dramatiques que nous vivons ces jours-ci, nous avons reçu hier une consolation ; un appel de la part du Saint-Père. Il m'a contacté hier au téléphone, et également avant-hier, pour que je l’informe de la situation et que je lui donne des nouvelles de la communauté paroissiale de Gaza. Il m'a fait part de sa préoccupation, et a voulu montrer sa proximité. Je l'ai remercié d’avoir appelé à mettre fin à toutes les guerres et d’avoir lancé un appel à la paix... En attendant que la paix arrive. Hier, après m’avoir transmis ses salutations et sa prière, il a également appelé le père Youssef, les sœurs et la communauté de Gaza, actuellement réfugiés dans la paroisse, afin de leur donner sa bénédiction. Un vrai réconfort ! Nous savons que la prière du Saint Père représente la prière de toute l'Eglise. Puisse sa bénédiction guérir toutes les blessures de cette terre.  » Le P. Gabriel Romanelli, membre de l'Institut du Verbe Incarné, est curé de l'église latine de Gaza depuis environ quatre ans. La communauté chrétienne située dans la bande de Gaza est toute petite. Dans cette région exclusivement musulmane, les chrétiens ne représentent que 0,05 % de la population. P. GABRIEL ROMANELLI Curé de la paroisse latine de Gaza «  La communauté chrétienne de Gaza va bien. Elle souffre comme tout le monde, mais elle va bien. Dieu merci, nous n'avons pas à déplorer de victimes ; en revanche, les maisons de certains ont été détruites ou endommagées. Actuellement, il y a plus de 135 personnes de la communauté à l'intérieur de la paroisse. Sachant que nous sommes environ 1 000 en tout, 135 est un chiffre très élevé ! Dans l'église, nous leur offrons tout ce dont ils ont besoin : un endroit pour dormir, quelque chose à manger et à boire... Nous poursuivons également notre programme spirituel et de soutien pour les enfants et les adultes. Face à tant de besoins, nous sommes, comme le dirait Mère Teresa, une goutte d'eau dans l'océan ; mais sans nous, cette goutte d'eau manquerait. C'est ce qui nous pousse à faire le bien depuis toutes ces années.  » Lorsque la guerre s’est déclenchée, le père Gabriel était en voyage et n'a pas pu retourner à Gaza. Il se trouve actuellement dans la ville de Bethléem, en Palestine. P. GABRIEL ROMANELLI Curé de la paroisse latine de Gaza «  J'aimerais tant y retourner ! J'ai demandé à entrer. Je sais que si je suis ici, c'est par la volonté de Dieu... Mais mon troupeau est là-bas ! Mon peuple est là-bas ! Heureusement, les âmes qui veulent aider ne manquent pas. Et c’est pourquoi des ouvertures humanitaires sont nécessaires ; elles sont nécessaires pour combattre la pauvreté, les besoins en matière de santé, d’eau, et d’électricité. » Source: Site Web Christian Media Center Photo : © Latin Patriarchate of Jerusalem / lpj.org Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Pierbattista Pizzaballa, cardinal de Jérusalem : "Ensemble, avec le Christ, nous sommes pour tous"

VILLE DU VATICAN – Le 30 septembre 2023, sur la place Saint Pierre, Sa Sainteté le pape François nommait le Patriarche latin de Jérusalem, Mgr Pierbattista Pizzaballa, cardinal de la Sainte Eglise romaine, parmi 20 nouveaux cardinaux, au cours d’un Consistoire ordinaire public auquel assistaient des milliers de fidèles de diverses nations. Des personnes de toutes nationalités, unies par une même foi, se sont réjouies lorsque Sa Sainteté a présidé aux nominations, remettant la barrette écarlate et plaçant sur la main de chaque nouveau cardinal un anneau avec ces paroles : «  Recevez cet anneau de la main de Pierre et sachez qu’avec l’amour du Prince des Apôtres, votre amour pour l’Eglise est renforcé. » Dans son homélie, le pape François a réfléchi sur l’unité et la diversité dans l’Eglise, soulignant l’importance de la synodalité sous l’égide de l’Esprit Saint, le « Maître de la marche ensemble ». C’est pourquoi il a choisi l’histoire de la Pentecôte comme lecture biblique et a attiré notre attention sur la similitude entre tous ces juifs de nationalité et de langue différentes qui s’étaient rassemblés alors que les Apôtres prêchaient (Actes 2, 1-11) et les nouveaux cardinaux originaires « de toutes les régions du monde, de la plus grande diversité de nations ». Il a par conséquent souligné qu’avant d’être « apôtres  », avant d’être prêtres, évêques, cardinaux, les pasteurs devraient se souvenir qu’ils sont « Parthes, Medes, Elamites, … ». S’adressant au nouveau Collège des cardinaux, il les a appelés a travailler pour « une Eglise toujours plus symphonique et synodale » en se confiant à l’Esprit Saint qui « crée diversité et unité"  et  "est l’harmonie elle-même ». Le Pape utilise l’image de l’orchestre pour clarifier cette nouvelle mission qui incarne simultanément diversité et unité : «  La diversité est nécessaire, elle est indispensable » . Tout le diocèse s’est réjoui quand Sa Sainteté a remis à Sa Béatitude Pierbattista Pizzaballa la bulle pontificale. Elle est le décret formel annonçant sa création comme cardinal, en espérant que cet acte renforcera la voix de Jérusalem au sein de l’Eglise et dans le monde. Nombreux sont ceux qui ont exprimé leur gratitude pour l’intérêt que le Saint-Siège porte à la Terre Sainte et au Moyen Orient dans son ensemble, en particulier à la ville de Jérusalem, cœur de l’Eglise. M. Bader Rabie, habitant de Jérusalem venu à Rome pour assister à la cérémonie, a déclaré : «  C’est depuis cette Terre Sainte que la bonne nouvelle s’est répandue dans le monde. C’est la source de la foi chrétienne et c’est pourquoi les chrétiens de ce pays sont les descendants des premiers chrétiens qui, au fil des générations ont pris sur eux la responsabilité de répandre la foi dans tous les pays jusqu’à ce que la foi chrétienne devienne universelle. ». Aujourd’hui, les chrétiens de Terre Sainte sont confrontés à de nombreux défis qui entravent la continuité de leur présence dans la région en raison de leur minorité. Mais la création de Sa Béatitude comme cardinal montre le soutien affectueux de l’Eglise catholique à notre égard, et un rayon d’espoir pour de nouvelles collaborations entre le monde et nous. « La Ville Sainte rencontre la Ville Eternelle en la personne de S.B. le cardinal Pierbattista » affirme Demetrio Maltese, volontaire italien de la Casa Kerigma (dirigée par l’ONG italienne Attendiamoci et le prêtre Fidei donum P. Valerio Chiovaro) qui assistait à la célébration avec un groupe de 15 jeunes d'Attendiamoci encadré par le père Chiovaro. «  Nous sommes venus de toute l’Italie pour exprimer notre soutien à Sa Béatitude au moment où il entame sa nouvelle mission comme cardinal, une mission qui l’appelle à continuer de protéger la foi incarnée dans l’Eglise de Jérusalem, usque ad sanguis effusionem, comme le montre la couleur rouge écarlate. » Mr. Anton Asfar, secrétaire général de Caritas Jérusalem, a exprimé sa fierté à l’égard de la création de Sa Béatitude comme cardinal en disant : « cette nomination est venue comme une réponse au désir des chrétiens de Terre Sainte d’être embrassés par l’Eglise universelle. ». Il ajoutait que Caritas avait repris les mots du Patriarche pour décrire son travail dans la ville de Gaza : « N ous mettons l’amour en action ». Le Consistoire a été suivi d'une visite de courtoisie, au cours de laquelle S.B. le cardinal Pierbattista Pizzaballa, a accueilli tous ceux venus le féliciter au Palais Apostolique ; les évêques et les prêtres du Patriarcat, divers évêques et chefs d'Églises, ainsi que les délégations de Jordanie, de Palestine, d'Israël, de Chypre et des États-Unis d'Amérique, ses paroissiens de Bergame, le personnel du Patriarcat Latin, les Chevaliers et Dames du Saint Sépulcre. Il est à noter que Sa Béatitude a accordé un titre honorifique à l'église des Chevaliers du Saint-Sépulcre à Rome, l'église de Saint Onuphrius, l'ermite. Après sa création, le Patriarche s’est exprimé ainsi : «  La mission du Patriarcat latin de Jérusalem et ma mission en tant que Patriarche restent les mêmes. Le fait de m’accorder ce nouveau rang ne change pas ma mission mais en accroit l’importance et la signification. Je suis heureux d’être une voix pour les chrétiens de cette terre dans le monde et en même temps d'enraciner le travail de Sa Sainteté dans la promotion du dialogue œcuménique en Terre Sainte. Je reste un pasteur pour la communauté chrétienne afin de la guider à travers les différents bouleversements auxquels elle peut être confrontée sur le plan social et politique, en l'exhortant à vivre l'Évangile, qui est la seule vérité qui apportera la paix  ». Sa Béatitude le cardinal Pierbattista Pizzaballa a présidé sa première messe pontificale le dimanche 1er octobre 2023 en la Basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome, avec la participation de plusieurs évêques et prêtres, en présence d'une grande foule de croyants. Sa Béatitude a exprimé sa gratitude pour le soutien, l'amour et la confiance qu'il a reçus récemment, remerciant tous ceux qui ont partagé avec lui la joie de son élévation, un cadeau fait au diocèse de Jérusalem. Dans son homélie, Sa Béatitude a réfléchi sur le caractère humble et le «   regard de Saint Pierre», un regard expert « qu'il a acquis en regardant d'abord le Christ . » Il a appelé le diocèse de Jérusalem à surmonter ses difficultés en revêtant le regard mûr de Pierre, à vivre l'amour que le Christ a appelé de ses vœux, en disant :   L'identité chrétienne n'est pas un rempart à défendre, mais une maison hospitalière et une porte ouverte sur le mystère de Dieu et de l'Homme où tous sont les bienvenus. Avec le Christ, nous sommes pour tous. Voilà, frères et sœurs, comment j'aimerais vivre et "agir" en tant que cardinal. C'est ainsi que j'aimerais que le Patriarcat latin, qui est étonnamment devenu une institution cardinalice, vive sa vocation et sa mission. « C'est ainsi que je voudrais que vous choisissiez tous chaque jour d'être des chrétiens, des disciples du Christ, soutenus par ma prière, tout comme je sais que je suis soutenu par la vôtre  ». Le diocèse se prépare maintenant à accueillir les célébrations de bienvenue au retour de Rome de S.B. le cardinal, en commençant par l'entrée solennelle à la Porte de Jaffa, et en présidant une messe pontificale à la basilique du Saint-Sépulcre, puis à Bethléem, Nazareth, en Jordanie et à Chypre. Chloe Courtois/lpj.org Source: Latin Patriarchate of Jerusalem / lpj.org Photo : © Latin Patriarchate of Jerusalem / lpj.org © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
De Jérusalem à Rome avec le regard de Pierre : Consistoire 2023

Ce samedi 30 septembre 2023, à 10 heures, sur le parvis de la basilique Saint-Pierre, le pape François a célébré le Consistoire ordinaire public pour la création de 21 nouveaux cardinaux. « En pensant à cette célébration,  » a déclaré le Saint Père, «  ce texte des Actes des Apôtres m'est venu à l'esprit (cf. 2, 1-11). Il s'agit d'un texte fondamental : le récit de la Pentecôte, le baptême de l'Église... Mais en réalité, ma pensée a surtout été attirée par un détail particulier : par cette expression sortie de la bouche des juifs qui "habitaient alors à Jérusalem" (v. 5). Ils ont déclaré : "Nous sommes des Parthes, des Mèdes, des Élamites..." (v. 9). » «  Il s'agit ici d’appliquer à nous-mêmes – et je suis le premier à le faire – l'expérience de ces juifs qui, par un don de Dieu, se sont retrouvés protagonistes de l'événement de la Pentecôte, c'est-à-dire du "baptême" de l'Esprit Saint. C’est cela qui a donné naissance à l'Église une, sainte, catholique et apostolique. L'Église mère qui parle dans toutes les langues. » Après la remise de la bulle de création et l’assignation de la diaconie, le pape a échangé une accolade avec chacun des nouveaux cardinaux. Parmi ces derniers figuraient Sa Béatitude Pierbattista Pizzaballa, Patriarche de Jérusalem des Latins, et Son Éminence Claudio Gugerotti, Préfet du Dicastère pour les Eglises Orientales. Le Collège des cardinaux compte désormais 243 membres, dont 137 électeurs. Depuis le rétablissement du Patriarcat latin, c’est la deuxième fois qu’un patriarche de Jérusalem est créé cardinal, et la première fois qu’il s’agit d’un cardinal résident. Immédiatement après le Consistoire, dans la salle des Bénédictions, les nouveaux cardinaux ont salué les amis et les pèlerins venus du monde entier pour accompagner leurs pasteurs. Le jour suivant, un dimanche, les nouveaux cardinaux ont rencontré leur communauté. Dans la basilique papale de Sainte-Marie-Majeure, où est conservée la relique du berceau de l'Enfant Jésus, Sa Béatitude Cardinal Pizzaballa a célébré l'Eucharistie avec ceux venus à Rome de Terre Sainte, d'Amérique et d'Europe spécialement pour lui. « Qu'est-ce qui fait la spécificité d'un cardinal ?  » s'est demandé le Patriarche dans son homélie. «  C’est devenir Père de l'Église de Rome et donc de l'Église universelle – ce qui signifie regarder le Christ, et le monde, avec Pierre. Mais il y a un premier Pierre, avant le reniement, et un second Pierre, qui renaît du regard plein de pardon de Jésus. Un dirigeant qui n'a pas fait l'expérience du pardon, devient vite ingérable. » « Jérusalem  », a poursuivi Sa Béatitude, «  est une ville d'une richesse extraordinaire mais également une ville de nombreuses peines, tensions et lacérations. En tant qu'Église de Jérusalem et de Rome, nous avons toujours ce mandat : être ceux qui rappellent au monde de regarder vers le Christ avec Pierre – le deuxième Pierre. » À la fin de la messe, le cardinal a été accueilli par de chaleureux applaudissements de la part de ses confrères, amis et fidèles. S.B. Card. PIERBATTISTA PIZZABALLA Patriarche de Jérusalem des Latins «  Nous vivons un très beau moment d'Église, un moment d'Église universelle. Rome et Jérusalem sont unies, et toutes les réalités de Jérusalem sont présentes, ensemble avec l'Église de Rome. Il nous faut en profiter pour réfléchir plus profondément au ministère de Pierre, à son service, en gardant nos regards dirigés vers le Christ. » Mgr WILLIAM SHOMALI Vicaire patriarcal latin pour Jérusalem et la Palestine «  Le Saint-Père a eu l'idée d'attirer à nouveau l'attention, non seulement sur la personne bien-aimée de Mgr Pizzaballa, mais aussi sur la réalité que ce dernier gère : une église minoritaire qui se trouve en Terre Sainte, au milieu d'un long conflit qui n'a pas encore trouvé de solution. Il sera la voix de l'Église, la voix de ceux qui réclament paix et justice.  » MAY BATHISH Paroisse de Jérusalem «  C'est un grand honneur d'être ici, non seulement pour moi mais aussi pour toute notre communauté de Jérusalem. Le cardinal Pizzaballa nous est vraiment cher, nous le sentons très proche de nous. » Fr. FRANCESCO PATTON, ofm Custode de Terre Sainte «  Il s'agit d'une nomination qui est également pertinente au regard de la situation que connaissent les chrétiens, non seulement en Terre Sainte au sens strict, mais aussi dans l'ensemble du Moyen-Orient. Une situation de souffrance, de martyre, qui voit aussi une réduction progressive de la présence chrétienne. Pour nous, frères de la Custodie de Terre Sainte, c'est un aussi motif de joie bien particulier, car le cardinal Pizzaballa est l'un de nos confrères. Il a été Custode en Terre Sainte pendant douze ans et il sera donc en mesure de soutenir et d'encourager notre propre présence, celle de gardiens des lieux saints sur mandat du Saint-Siège. Nous lui souhaitons naturellement du fond du cœur que le rouge de la pourpre s'incarne dans sa passion et son amour ardent pour les chrétiens de Terre Sainte, et dans sa volonté de donner sa vie pour l'Église de Terre Sainte. » Source: Site Web Christian Media Center Photo: © Christian Media Center Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
« La paix intégrale » : conférence du Patriarche de Jérusalem à Bergame, en Italie

Quelques jours avant sa création en tant que cardinal, S.B. Pierbattista Pizzaballa, Patriarche de Jérusalem des Latins, est retourné dans sa région natale de Bergame, en Italie, pour participer à une conférence sur la paix. « La paix : entre prophétie et diplomatie ». Tel était le titre de la conférence organisée par la Fondation Jean XXIII de Bergame, l'Institut Paul VI et l’Opéra pour l'éducation chrétienne de Brèche ( Opera per l'Educazione Cristiana de Brescia ). L’évènement a vu la participation de deux voix, avec deux expériences différentes : celle du patriarche et celle de Staffan de Mistura, ambassadeur des Nations unies et envoyé de l'ONU dans les zones en guerre. Les deux hommes ont ainsi pu discuter de la vision intégrale de la paix, du dialogue interreligieux et de l'avenir de l'Organisation des Nations unies. S.B. PIERBATTISTA PIZZABALLA Patriarche de Jérusalem des Latins «  Le pape Jean nous rappelle dans son "Pacem in Terris" que la paix a besoin d'un développement intégral, d'une vision intégrale de la vie. La diplomatie est donc nécessaire, la politique l’est également, mais la religion aussi – et nous l’avons constaté ces dernières années. Nous ne pouvons parler de paix s'il n'y a pas de développement économique égalitaire, s'il n'y a pas de respect des droits humains, si le rôle des femmes n'est pas valorisé... La paix a aujourd'hui besoin d'une approche globale, intégrale. » ARMANDO SANTUS Président de la Fondation du Pape Jean XXIII de Bergame «  Dans son introduction, Mgr Francesco Beschi, évêque de Bergame, a déclaré qu’il nous fallait surmonter l'indifférence à l'égard de la paix. Pour ce faire, la leçon nous vient des grands pontifes lombards du XXe siècle, Roncalli et Montini, qui nous ont appris qu'avec la vertu du dialogue et de la patience, il est possible d'obtenir des résultats extraordinaires. » Lors de cette vaste réflexion sur la paix, le Patriarche n'a pu que citer Jérusalem en exemple. « La paix est un effort continu  », a-t-il souligné. «  C'est travailler à reconnaître l'existence de l'autre. Nous essayons donc d’agir sur le territoire, de créer des opportunités de rencontre partout où c'est possible. Dans nos écoles, avec les quelques acteurs présents, nous tentons de fournir des opportunités de vie et de développement : nous parlons de paix, mais ce n’est pas suffisant. Il est tout aussi important que toutes les familles puissent vivre dans la dignité, et nous devons veiller à ce qu’il s’agisse d’une dignité réelle, concrète. Le dialogue interreligieux le plus efficace est celui qui implique directement les personnes et les autorités religieuses locales, qui ont des relations directes avec le territoire : le dialogue doit être un lieu de rencontre. » S.B. PIERBATTISTA PIZZABALLA Patriarche de Jérusalem des Latins «  Jérusalem nous rappelle beaucoup de choses : tout d'abord, que nous ne sommes pas maîtres du temps. Nous voulons toujours trouver une solution tout de suite, immédiatement, alors que les solutions ont besoin de temps, elles doivent mûrir. Jérusalem nous rappelle aussi qu'il est important d'écouter les raisons de l'autre, et surtout elle nous rappelle que la paix n'est pas seulement des accords écrits, ou des compréhensions : la paix vient d'en bas, elle a besoin du soutien et de la prière de la population.  » Source: Site Web Christian Media Center Photo : © Latin Patriarchate of Jerusalem / lpj.org Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Le Fils de Dieu a un cœur humain !

Le Sacré Cœur de Jésus et le Cœur Immaculé de Marie sont deux solennités liturgiques relativement récentes, mais qui trouvent leur fondement dans les Écritures et la Tradition de l'Église. Avec le frère Claudio Bottini, nous vous invitons à tourner le regard vers le Calvaire afin d'approfondir, à travers les Écritures et l'enseignement du Magistère, les grâces qui jaillissent de ces deux cœurs. Fr. CLAUDIO BOTTINI, ofm Studium Biblicum Franciscanum «  Dans la Bible, le cœur désigne la personne et le siège de son être intérieur, de ses sentiments, de ses désirs, de sa volonté, de ses décisions. Ici, sur le Calvaire, le cœur du Christ nous a été donné, a été manifesté lorsque le soldat l’a blessé. De ce cœur, d'où ont jailli le sang et l'eau - symboles des sacrements de l'Église - est née l'Église. » «  Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. » (Mt. 11:28-30) Fr. CLAUDIO BOTTINI, ofm Studium Biblicum Franciscanum «  Le cœur de Jésus est déjà évoqué dans l'Évangile. Il en parle lui-même lorsqu'Il dit à ses disciples, dans un moment de fatigue, "venez et reposez-vous. Recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur". Jésus nous offre Son cœur : la douceur et l'humilité ne sont pas synonymes de faiblesse, de soumission. Devenir humble, devenir doux signifie prendre force et courage pour vaincre l'égoïsme, pour vaincre la froideur, pour s'approcher de bon cœur de ceux qui souffrent. » L'humilité et la douceur sont deux adjectifs que l'on doit apprendre à l'école de l'Évangile, à travers un long parcours de disciple. Fr. CLAUDIO BOTTINI, ofm Studium Biblicum Franciscanum «  Contempler le cœur du Christ, c'est mettre Son cœur à l'unisson du nôtre. Et donc le rendre doux, humble, capable d'aimer d'un amour fécond, fidèle, sans partage, d'aimer par l'Esprit Saint. C’est apprendre à aimer nos frères comme le Christ les a aimés. Fils de Dieu avec un cœur d'homme, Il a aimé tous les hommes d'un amour infini.  » Chaque jour, des milliers de pèlerins et de touristes du monde entier montent au Calvaire. En ce lieu, les frères commémorent la passion du Seigneur en parcourant le chemin de croix. Chaque jour, la messe est célébrée en différentes langues à l'endroit même où l'on commémore la mémoire du Seigneur, qui a donné Sa vie pour le salut de l'humanité. Source: Site Web Christian Media Center Photo: © shutterstock.com photo

Lire plus
Le président israélien s'engage à défendre la liberté religieuse

Le président israélien Isaac Herzog a rencontré les représentants de Églises chrétiennes mercredi 9 août à Haïfa. Il a redit, au nom de l’État d’Israël, son engagement à défendre « pleinement la liberté de religion et de culte en Israël », alors que les violences contre les chrétiens se multiplient. De nombreux membres de la communauté chrétienne de Haïfa sont descendus dans la rue ces dernières semaines pour protester contre les récentes incursions de groupes juifs radicaux dans les lieux saints chrétiens. À la suite de ces épisodes de violence, le président d'Israël, Isaac Herzog, a effectué une importante visite au monastère carmélitain de Stella Maris à Haïfa, lui-même concerné par ces tensions. La visite, mercredi 9 août, était de nature privée, le président Herzog étant accompagné de son épouse et d'une petite délégation de fonctionnaires. « Nous devons respecter les membres de toutes les religions, nous y sommes attachés depuis le début de notre existence. Aime ton prochain comme toi-même », a déclaré le président israélien. Isaac Herzog a souligné que « ces derniers mois, nous avons assisté à de graves phénomènes contre les confessions chrétiennes en Terre Sainte. Nos frères et sœurs, citoyens chrétiens, qui se sentent agressés dans leurs lieux de prière, dans leurs cimetières, dans les rues. Je considère ce phénomène extrémiste comme inacceptable à tous points de vue. Ce phénomène doit être éradiqué et je suis reconnaissant à la police et aux autres forces de l'ordre de prendre cette affaire au sérieux ». Personne ne devrait se sentir menacé, a-t-il estimé. « Mon message aux chrétiens résidant en Israël et aux fidèles du monde entier est que les communautés chrétiennes sont sûres, sécurisées et prospères en Terre Sainte », a conclu le président. La réunion a également été suivie par le chef de la police, Yaakov Shabtai. Une visite qui donne de l’espoir Le patriarche de Jérusalem, le cardinal désigné Pierbattista Pizzaballa, s'est exprimé au nom de toutes les communautés chrétiennes de Terre Sainte. Il a remercié le président israélien et les membres de sa délégation pour leur soutien. « Nous devons travailler ensemble pour renforcer le dialogue de solidarité et d'amour entre nous ,» a-t-il déclaré. « Nous vivons dans les mêmes lieux, côte à côte, et nous devons vivre en paix, construire notre avenir ensemble et nous soutenir les uns les autres », a-t-il ajouté, car « nous sommes tous enfants du même Dieu ». Don Piotr Żelazko, vicaire patriarcal des catholiques de langue hébraïque en Israël a commenté cette rencontre sur Radio Vatican-Vatican News. « La visite du président signifie un engagement à relever les défis et les préoccupations concernant la violence contre les chrétiens. En s'engageant avec des chefs spirituels et des représentants de diverses confessions, cette étape importante souligne le dévouement commun à cultiver une atmosphère de tolérance, de dialogue et d'unité ». À ses yeux, « la présence du commissaire Yaakov Shabtai, chef de la police d'Israël, porte un sentiment d'espoir, indiquant un pas positif vers la promotion d'un cadre plus étroit de paix, de compréhension mutuelle et de coexistence harmonieuse ». La visite présidentielle au monastère de Stella Maris représente « un symbole de la détermination collective à surmonter l'adversité et à ouvrir la voie vers un avenir plus compatissant et compréhensif », a insisté don Żelazko. Rencontre entre le président palestinien et le patriarche de Jérusalem Par ailleurs, informe le Patriarcat latin de Jérusalem, mercredi 9 août également, le président Mahmoud Abbas, président de l'État de Palestine, a accueilli dans le district de Ramallah le cardinal Pierbattista Pizzaballa et sa délégation. En présence du Dr. Ramzi Khoury, président du Haut Comité Présidentiel des Affaires des Églises en Palestine, et de quelques membres, Mahmoud Abbas a félicité Mgr Pizzaballa pour sa nomination en tant que cardinal de la Ville Sainte, déclarant qu’il s’agissait une source de fierté pour «tous, chrétiens et musulmans». «Il nous incombe de travailler à la justice et à la paix dans la région», a-t-il ajouté. Mahmoud Abbas a affirmé qu'il poursuivait ses efforts pour parvenir à la paix pour le peuple palestinien. Il a terminé en envoyant un message de paix au Pape François, lui souhaitant une bonne santé et des bénédictions. Père Paweł Rytel-Andrianik – Cité du Vatican Source: Site Web Vatican News Photo : © archives photographiques personnelles lds

Lire plus
Plus de nouvelles
Ordre Équestre du
Saint-Sépulcre de Jérusalem
Avenue du Chant d'Oiseau 2
1150 Bruxelles
Newsletter

Le présent site internet place des cookies. Les cookies essentiels sont nécessaires au bon fonctionnement du site et ne peuvent pas être refusés. Les autres cookies sont optionnels et ne seront placés que si vous les autorisez. Consultez notre politique en matière de cookies pour en savoir plus.