Nouvelles de la Terre Sainte

Au milieu des ténèbres, Bethléem en attente de la fête de la paix et de la joie

En raison des conditions difficiles causées par la guerre en cours à Gaza et l'absence de pèlerins, qui constituent l'élément vital de l'économie en Terre sainte, les célébrations de Noël se limiteront cette année à des rituels religieux. Fr. GEORGE HADDAD, ofm Directeur du collège Terra Sancta de Bethléem «  Cette année, Noël est différent, tout comme la naissance de Jésus Christ l’a été en son temps. Elle s’est en effet produit dans des circonstances exceptionnelles. Mais malgré ça, le Prince de la Paix est né. Cette année, Noël a lieu sans décorations, sans sapin, sans crèches ni lumières, et même les pèlerins qui remplissaient Bethléem à cette période de l’année seront absents.  » P. ISSA THALJIEH Curé de l’église grecque orthodoxe de Bethléem «  En temps normal, Bethléem serait remplie de visiteurs venant du monde entier, désireux de célébrer Noël dans l’église de la Nativité… Mais cette année… même la majorité des chrétiens locaux ne peuvent pas atteindre l’église et prier avec nous.  » MIKE SAFAR Bethléem «  Nous sommes sortis de la pandémie avec l’espoir de temps meilleurs, mais malheureusement la guerre a éclaté et aujourd’hui nous souffrons énormément. Bethléem, une ville dépendante du tourisme, a été durement touchée. Je travaille dans le tourisme et mes affaires ont été gravement affectées. Les rues devraient être remplies de pèlerins, mais aujourd’hui elles sont vides et la plupart des magasins sont fermés. Alors nous espérons qu’avec l’arrivée de Noël, la paix reviendra dans les cœurs des gens et que le soleil brillera à nouveau sur la ville de Bethléem.  » ATALLAH HANDAL Vendeur ambulant «  Normalement, à cette période de l’année à Bethléem, le taux de réservation dans les hôtels est de 100%. Il n’y a pas une seule chambre qui n’est pas réservée. Alors nous avons été surpris quand – du jour au lendemain – tout s’est arrêté. Je travaille ici depuis quarante ans et je n’ai jamais vu des conditions et des circonstances aussi terribles de toute ma vie. » Malgré la douleur et le climat de tristesse qui règne dans les rues de la Ville de Noël, l’espoir demeure pour une paix juste et universelle. P. ISSA THALJIEH Curé de l’église orthodoxe grecque de Bethléem «  Noël est une période très importante pour nous. Elle nous permet de nous rapprocher de Dieu, de nous unir dans la prière et l’adoration, et d’élever nos prières vers Dieu – le Très-Haut et Tout-Puissant – afin qu’Il éloigné de nous cette obscurité que sont la guerre et la destruction qui frappe Gaza. » Source: Site Web Christian Media Center Photo : © archives photographiques personnelles lds Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
La lumière brille dans les ténèbres – Noël 2023

Message de Noël du Fr. Francesco Patton, Custode de Terre Sainte Chers frères et sœurs, Cette année, la grotte de la Nativité est vide, tout comme les rues de Bethléem. Lorsque Marie et Joseph sont venus se faire recenser, il n'y avait aucune chambre pour eux. Aujourd'hui, toutes les chambres de Bethléem sont disponibles. La ville attend que la guerre se termine, que les pèlerins reviennent, que les illuminations et les voix des enfants en fête égayent à nouveau ses rues. Dernièrement, beaucoup ont demandé si nous avions annulé Noël. Non, nous n'avons pas annulé Noël. Car Noël est quelque chose qui a déjà eu lieu et que – Dieu merci – personne ne peut annuler. Noël est la célébration du fait que le Fils de Dieu est entré dans notre histoire à jamais, qu'Il est devenu l'un de nous, qu'Il nous a été donné, qu'Il a donné un sens à notre vie et qu'Il nous a ainsi sauvés. Même au milieu des situations les plus graves et les plus difficiles, même au milieu des ténèbres de l'histoire, même au milieu de la guerre et la haine, la lumière continue de briller. Car même si les ténèbres n'accueillent pas la lumière, celle-ci continue à vivre et ne peut être étouffée. Plus nous sommes plongés dans ces ténèbres à la fois personnels et collectifs, plus nous avons besoin que cette lumière brille. Nous avons besoin, à partir de la grotte de la Nativité, que la lumière se répande partout, afin de maintenir vivante l'espérance d'un monde nouveau, sauvé grâce à la naissance de cet enfant qu’est Jésus, l'Emmanuel, le Dieu avec nous. En ce Noël étouffé par les ténèbres de la haine et de la guerre, nous nous agenouillons devant la crèche vide dans laquelle Marie a déposé l'enfant Jésus après l'avoir mis au monde et l'avoir emmailloté, et nous faisons nôtre la prière de saint Jean-Paul II : «  Enfant Jésus, sèche les larmes des enfants ! / Réconforte tendrement les malades et les vieillards ! / Pousse les hommes à déposer les armes / et à s’étreindre dans un baiser de paix universel ! / Jésus miséricordieux, appelle les peuples à faire tomber les murs édifiés / par la misère et le chômage, / par l’ignorance et l’indifférence, / par la discrimination et l’intolérance ! / Enfant divin de Bethléem, / c’est toi qui nous sauves / en nous libérant du péché. / Tu es le véritable et unique Sauveur, / que l’humanité cherche souvent à tâtons. / Dieu de la paix, / don de paix pour toute l’humanité, / viens vivre dans le cœur de tout homme et de toute famille ! / Sois notre paix et notre joie ! Amen !  » Joyeux Noël depuis Bethléem ! Source: Site Web Christian Media Center Photo : © Custodia Terrae Sanctae Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Une communauté qui proclame le Royaume du Christ

À l’approche de la fin de l'année liturgique, l'Église célèbre solennellement la royauté du Christ, Roi de l'Univers. Il est le Seigneur de l'histoire et de l'humanité et, malgré les contradictions que connait le monde d'aujourd'hui, nous continuons de croire et d’attendre avec impatience Sa manifestation finale. La communauté Regnum Christi est située à Jérusalem. Le mouvement est né au Mexique en 1941 et a pour mission de proclamer au monde le Royaume du Christ. P. FERNANDO MORALES Prêtre de la congrégation des Légionnaires du Christ «  Regnum Christi accomplit sa mission de manière très variée, au sein des familles, parmi les laïcs, mais surtout en s'engageant à former des éducateurs au sein de l’Église. Nous travaillons dans des écoles, des universités, des centres d'évangélisation, des œuvres d'apostolat et d’autres œuvres sociales très variées, ainsi qu’à travers les médias. Si les réalités que nous rencontrons sont très diverses, nous sommes très présents dans les centres éducatifs. » Le père Fernando raconte comment, en 2004, la communauté s'est vu confier l'administration et le service du Notre Dame Center à Jérusalem, mandaté par le pape Paul VI, et l’un des instituts du Saint-Siège en Terre Sainte. Le lieu sert de grande maison d'hôtes, et accueille des pèlerins du monde entier. À l'intérieur se trouve une chapelle où la liturgie est célébrée chaque jour, et où l'on peut participer à l'adoration eucharistique, recevoir le sacrement de la réconciliation, ou encore bénéficier d'un accompagnement spirituel. Depuis 2006, une exposition permanente d'une reproduction du Saint Suaire est entreposée au Notre Dame Center. Bianca Mattos, une Brésilienne membre du mouvement depuis 27 ans, en est responsable. Une occasion pour elle d'aborder la rencontre avec la passion, la mort et la résurrection du Christ. BIANCA DE MATTOS Femme consacrée de Regnum Christi «  Il est très agréable de constater que plusieurs guides suggèrent de venir ici pour voir le Saint Suaire avant de visiter le Saint Sépulcre. C'est un moyen pour les gens d'en savoir plus sur l'histoire de la chrétienté et les passages de l'Évangile qui racontent la passion du Christ, à travers cette exposition sur le linceul.  » «  Le mystère du Christ au milieu du monde », déclare Bianca, « n'est pas éthéré, mais réel, et c'est ce qui donne un sens à Sa vocation. » BIANCA DE MATTOS Femme consacrée de Regnum Christi «  La rencontre personnelle avec le Christ a été très importante pour ma vocation. J'ai rencontré un lieu, une famille dans laquelle j'ai pu faire l'expérience du Christ vivant. La communauté de Regnum Christi est très active dans l'apostolat et donne à contempler, à travers son propre visage, le visage du Christ Apôtre. » P. FERNANDO MORALES, lc Prêtre de la congrégation des Légionnaires du Christ «  La fête du Christ-Roi signifie célébrer et se souvenir que le Seigneur Christ est le Roi de l'univers, le Roi du monde, même si, bien souvent, nous pouvons avoir l’impression que Son royaume est très loin de nos réalités. Nous constatons le rejet fréquent du Christ au cours de l'histoire. Mais chaque année, nous réaffirmons et nous nous souvenons : le Christ est le Roi du monde, le Christ est Seigneur, en particulier sur cette terre où Il a lui-même commencé à semer Son royaume. » Source: Site Web Christian Media Center Photo : © Latin Patriarchate of Jerusalem / lpj.org Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Les « écoles du dimanche » franciscaine, la clé d'un avenir meilleur

Les frères mineurs de Jérusalem emmènent les enfants qui composent le petit troupeau chrétien de la ville à leur « école du dimanche », afin de répondre à leurs besoins spirituels. Fr. AYMAN BATHISH, ofm Directeur de l’école du dimanche franciscaine «  L'objectif de cette école tourne autour de l'éducation chrétienne des enfants. Le but est qu'ils puissent comprendre et appréhender l'amour de Jésus non seulement à travers diverses activités, comme la danse et la musique, mais aussi à travers leur relation avec Lui. Nous utilisons également des PowerPoint, des vidéos, des pièces de théâtre et d’autres formes d’arts pour leur transmettre les idées fondamentales de la foi chrétienne. » C’est au Collège des Frères, situé dans l'enceinte de la vieille ville, qu’a lieu cette initiative. Fr. AYMAN BATHISH, ofm Directeur de l’école du dimanche franciscaine «  Pour que les enfants n’aient pas l’impression de se retrouver en classe, nous commençons par une séance de gymnastique. » Plus tard, les enfants et les catéchistes se rassemblent en cercle et chantent ensemble quelques chants de Noël. Ensuite, ils sont répartis en groupe selon leur âge. Fr. AYMAN BATHISH, ofm Directeur de l’école du dimanche franciscaine «  Pour parler de Noël, nous utilisons la figure de la Vierge Marie. Dimanche dernier, le thème était l'annonce de l'ange à la Vierge à Nazareth, tandis qu'aujourd'hui, c’est la visite de la Vierge à sa cousine Élisabeth. » Tandis que des élèves se chargent de dessiner la visite de la Vierge Marie à sa cousine, d’autres s’amusent, en petits groupes afin de les encourager à collaborer entre eux, avec des ballons. Dans une autre classe, on discute de la visite de la Vierge Marie à sa cousine Elisabeth en détail ; des prix sont distribués à ceux qui répondent bien aux questions. Ailleurs, des enfants réalisent des travaux manuels afin de représenter l'épisode biblique. HILDA Élève de l’école du dimanche franciscaine «  Ici, je m'amuse avec mes amis et les activités organisées sont très intéressantes. » GIOVANNI METTRI Élève de l’école du dimanche franciscaine «  Plutôt que de rester à la maison et de m’ennuyer, je préfère venir ici parce que je peux jouer et rencontrer de nouvelles personnes.  » Les enfants se voient également offrir un goûter. Fr. AYMAN BATHISH, ofm Directeur de l’école du dimanche franciscaine «  La participation à cette “école du dimanche" est gratuite. Elle est l’expression de l'amour de Jésus et de Sa volonté d'accueillir les enfants sans compter. » À l'église St Sauveur de Jérusalem, c'est le frère Amjad Sabbara qui a présidé la messe de ce dimanche, à laquelle les enfants ont assisté en grand nombre. Une fois adultes, ceux qui ont fréquenté cette école continuent d’être influencés par les activités éducatives, spirituelles, culturelles et récréatives qu'ils ont reçues lors des réunions dominicales. Randia Rashid, élève de l'école du dimanche et aujourd'hui étudiante en laboratoire médical à l'université hébraïque, en témoigne. RANDIA RASHID Catéchiste de l'école du dimanche «  Enfant, j'ai fréquenté l'école du dimanche et j'ai été éduquée dans les principes et les valeurs de la foi chrétienne. Le système éducatif étant à l'arrêt à cause de la guerre, j'ai compris qu'il était de mon devoir de contribuer à donner une éducation chrétienne aux plus jeunes dès leur plus jeune âge.  » Ces «  écoles du dimanche » franciscaines sont la clé d'un avenir meilleur ! Source: Site Web Christian Media Center Photo : © Custodia Terrae Sanctae Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
À Beit Jamal, la paroisse latine de Ramla aide à récolter les olives

À travers des bénévoles, la paroisse latine de Ramla a pu contribuer à la récolte des olives sur les terres du monastère salésien de Beit Jamal. À cause de la guerre, la communauté n’a en effet pas pu accueillir de travailleurs palestiniens, désormais dans l’impossibilité d’entrer en Israël. P. GIANMARIA GIANNAZZA, SDB Recteur du monastère de Beit Jamal «  Normalement, nos travailleurs viennent de Yatta et d'Hébron, mais en raison des circonstances, ils n’ont pas pu venir aider à la collecte. Nous avions donc besoin de volontaires ! » C'est donc précisément pour aider les Salésiens dans leur récolte d’olives que la paroisse des Saints Nicodème et Joseph d'Arimathie à Ramla a organisé cette activité bénévole, à destination non seulement de ses fidèles mais aussi de la jeunesse franciscaine. EMILE MARCO Membre de la jeunesse franciscaine – Ramla «  Malgré les circonstances, c’est avec enthousiasme que nous – membres de la.jeunesss de St François – sommes venus ici pour nous porter volontaires et aider les Salésiens dans leur récolte. En tant qu'enfants de Saint François, nous essayons à travailler dans son esprit : François a toujours aidé les autres avec dignité et amour.  » MARIA TARZZI Membre de la jeunesse franciscaine- Ramla «  Aujourd'hui, je suis doublement heureuse : d’abord parce que j'aime être dans la nature avec mes proches, et ensuite parce que je fais de mon mieux pour aider les autres, dans la mesure de mes possibilités.  » Fr. ABDEL MASIH FAHIM, ofm Curé de Ramla «  Je remercie tous ceux qui ont contribué à tout type d'activité bénévole. Elles témoignent de l'esprit du christianisme, de l'esprit du Christ, de l'esprit de l'Église qui donne. Car celui qui donne est aimé de Dieu.  » Le monastère de Beit Jamal compte environ 3 000 oliviers. P. GIANMARIA GIANNAZZA, SDB Recteur du monastère de Beit Jamal «  La récolte de l'année dernière a donné 2 500 litres d’huile. L'olive de Beit Jamal provient d'une variété de très haute qualité, de la région de Toscane en Italie.  » Beit Jamal a des origines bibliques. P. GIANMARIA GIANNAZZA, SDB Recteur du monastère de Beit Jamal «  Le nom de Beit Jamal vient des termes Kafr Jamal, qui font référence au nom du président du Sanhédrin, Gamaliel, mentionné dans les Actes des Apôtres.  » Selon le père Gianmaria Giannazza, saint Étienne, le premier martyr, a été enterré par Gamaliel à Kafr Jamal – soit l'actuelle Beit Jamal. Dans le complexe du monastère se trouve une petite église dédiée au saint, construite sur les ruines d'une église antérieure datant de l'époque byzantine. Entre passé et présent, ces chrétiens récoltant des olives offrent de belles images de générosité et de solidarité. Dans leur cœur, surtout en ces temps difficiles que traverse la Terre Sainte, ils aspirent à la paix. Fr. ABDEL MASIH FAHIM, ofm Curé de Ramla «  L'olivier représente la paix, une paix perdue et désirée au fil du temps, aujourd'hui plus que jamais à cause des guerres actuelles. Prions chaque jour pour que la paix revienne. » Source: Site Web Christian Media Center Photo: © shutterstock.com photo Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
L'Immaculée Conception à travers une icône de Terre Sainte

MARIA RUIZ Vierge consacrée de l’Ordo Virginum – Diocèse de Jérusalem «  Je suis arrivée à Jérusalem il y a cinq ans, alors que je cherchais à mieux comprendre ce que Dieu attendait de moi. » MARIA RUIZ Vierge consacrée de l’Ordo Virginum – Diocèse de Jérusalem «  J'ai d'abord commencé en tant que bénévole, et j’ai fréquenté à cette occasion différentes réalités de Terre Sainte ; d’abord celle des enfants handicapés, puis celle des jeunes et des enfants d'immigrés. Après un certain temps, alors que je commençais tout juste à prendre mes marques, j’ai été recrutée de manière tout à fait inattendue : le Patriarcat latin de Jérusalem m'a demandé de contribuer aux illustrations du "nouvel Évangéliaire de Jérusalem".  » Espagnole d'origine, Maria Ruiz est membre de l'Ordo Virginum du diocèse de Jérusalem. Elle a été consacrée en novembre dernier lors d'une cérémonie au sein de l'église du Patriarcat latin. Son amour pour l'iconographie découle d'un chemin de prière ; c'est à travers l'icône qu'elle communique sa relation avec le Christ. MARIA RUIZ Vierge consacrée de l’Ordo Virginum – Diocèse de Jérusalem «  Je trouve très beau de faire ce travail pour l'Église de Jérusalem. Il s’agit d’une petite Église, d’une petite Église qui est aussi l'Église mère, l'Église mère de l'Église universelle. Elle est comme une œuvre cachée, mais qui pourtant apporte la lumière de l'Évangile au monde entier.  » L'engagement de Maria dans l'art est un héritage familial. Pourtant, au début, l'iconographie ne l'attirait pas particulièrement : la représentation des visages était pour elle comme une vision très éloignée de la réalité. Elle s’est finalement autorisée à les regarder et depuis lors, les visages sont devenus sa particularité. Dans ses icônes, elle choisit de montrer les détails, les lieux et les symboles de la Terre Sainte. Et elle nous montre son icône préférée. MARIA RUIZ Vierge consacrée de l’Ordo Virginum – Diocèse de Jérusalem «  Il n'existe pas de représentation de l'Immaculée Conception dans la tradition orientale, car il s'agit d'un dogme moderne de l'Église catholique. Nous avons donc dû chercher un moyen de la représenter dans le même style. Je ne savais pas vraiment comment m'y prendre... J'ai fait de nombreuses ébauches, mais aucune ne convenait. Le patriarche a alors pensé à l'"Immaculée Conception franciscaine" : une représentation franciscaine très typique où Marie, avec l'enfant dans ses bras, se tient debout, avec le serpent sous ses pieds. La particularité de cette image est que l’enfant est représenté chassant et tuant le serpent avec la croix. Cette représentation m'est très chère car c'est grâce à la croix du Christ que Marie a été rendue immaculée. Il y a aussi toute la relation de Marie avec son Fils, et du poids théologique de ce dogme si important pour nous.  » En ce mois où nous célébrons l'Immaculée Conception, adressons nos supplications de paix à la Vierge Marie, Mère du Christ, et demandons à celle qui a soutenu l'Église naissante de tourner son regard vers ses enfants. Source: Site Web Christian Media Center Photo: © shutterstock.com photo Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
« Quand je me présenterai devant vous » : fête du Christ pour les jeunes de Galilée

« Quand je me présenterai devant vous  » était le thème de la journée de la pastorale des jeunes de Terre Sainte, célébrée chaque année à l'occasion de la Solennité du Christ Roi. Cette année, à cause de la guerre, les jeunes n’ont pas pu se rassembler en un seul lieu : chaque région s'est donc organisée en fonction de ses possibilités. En Galilée, à la Basilique de l'Annonciation de Nazareth, le Secrétariat général a organisé une journée de spiritualité, avec des chants, des prières et des activités pour les quelque 300 jeunes venus de Galilée. Les Focolari, l'UCO, les mouvements marials et la communauté Shalom ont également participé à l'initiative. Un moment aussi pour demander la paix en Terre Sainte. P. RAMEZ TWAL Aumônier général de la jeunesse en Israël «  Aujourd'hui, nous célébrons les jeunes de Galilée sur la terre de l'Annonciation, dans la Basilique de l'Annonciation à Nazareth, où le ciel a parlé à la terre et lui a annoncé la bonne nouvelle, la plus belle des nouvelles. Nous nous réunissons pour proclamer que Jésus est le Roi de nos vies. Le thème de cette rencontre est comme pour dire : "Je prends la décision personnelle de me présenter à nouveau à Jésus pour vraiment le laisser être le Roi et le Maître de ma vie.  » Mgr Rafiq Nahra, Vicaire patriarcal pour Israël, a présidé la messe, concelebrée par le P. Ramez Twal, aumônier général pour la pastorale des jeunes en Galilée, et le Fr. Wojciech Boloz, gardien et recteur de la Basilique de l'Annonciation et du Sanctuaire de la Sainte Famille à Nazareth. Au cours de la messe, 12 jeunes ont été nommés pour servir dans le bureau de la pastorale des jeunes de Galilée, afin de s’occuper d'organiser les diverses activités pour la jeunesse qui auront lieu dans le futur. MALAK BAHUS Secrétariat général de la jeunesse chrétienne de Galilée «  Je suis très fier d'être citoyen de la ville de Nazareth et de suivre les traces du Christ partout où Il a marché. Je remercie Dieu d'avoir créé le Secrétariat général pour la jeunesse. Grâce à lui, nous réalisons davantage d'événements et d'activités au service des jeunes. » ESSA NASSAR Secrétariat général de la jeunesse chrétienne de Galilée «  Nous nous sommes engagés à servir les jeunes en Galilée, et c’était à la fois passionnant et magnifique. Cela fait deux ans que nous préparons ce projet, qui est absolument unique. Il n'y a jamais rien eu de tel en Galilée, et nous sommes vraiment heureux de pouvoir enfin le mettre en œuvre. » L'adoration dans la Grotte, suivie de la récitation de l'Angélus, a constitué un des moments les plus importants de l’événement. NATHALI MATTAR Secrétariat général de la jeunesse chrétienne de Galilée «  Aujourd'hui, j'espère non seulement que le Christ parviendra à atteindre le cœur de chaque jeune, mais surtout que notre foi en Jésus, seul Roi et Seigneur de notre vie, sortira plus forte de cette rencontre. » Cette solennité nous rappelle que Jésus-Christ est le Roi de l'Univers ! Sa mission salvatrice et libératrice nous permet de vivre sur terre dans la paix et le bonheur, en vue d'un futur héritage au ciel. Source: Site Web Christian Media Center Photo : © Latin Patriarchate of Jerusalem / lpj.org Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Depuis le sanctuaire de Capharnaüm, demande du miracle de la paix

Sur le lac de Tibériade, une communauté de quatre frères et trois sœurs de la congrégation des « Missionnaires de l'Évangélisation » s'occupe du village de Jésus, l'historique Capharnaüm. En raison du conflit en cours, il n'y a ni pèlerins ni visiteurs. Avant, environ 4 000 personnes s'y rendaient chaque jour. Fr. FABIO INACIO BORGES, ofm Responsable de Capharnaüm «  Nous ouvrons le sanctuaire tous les jours, même en l'absence de pèlerins. Ainsi ouvert, avec l'aide des employés, nous assurons l'entretien, le nettoyage, l'élagage des arbres. En d’autres termes, nous prenons soin du lieu saint, comme nous le faisons habituellement tout au long de l'année. » Le frère Fabio explique que désormais, le « silence » domine ses journées. Il perçoit la chose comme une invitation à prier pour la paix et pour tous ceux qui vivent des jours difficiles. Fr. FABIO INACIO BORGES, ofm Responsable de Capharnaüm «  En cette période quelque peu différente, nous avons accordé plus de temps à la prière communautaire et personnelle. En plus de la messe quotidienne et de la liturgie des heures, nous avons désormais un temps d'adoration, avec la bénédiction du Saint Sacrement. Nous confions au Seigneur nos prières pour la paix. » Au fil des jours, les petits gestes de la vie quotidienne aident à surmonter cette période difficile. Fr. FABIO INACIO BORGES, ofm Responsable de Capharnaüm «  Nous sommes ici à Capharnaüm, nous vivons ici, sur ce lieu magnifique et béni qu’est le village de Jésus. Nous y sommes même dans cette situation de guerre. Nous implorons sans cesse le Seigneur de nous accorder le miracle de la paix, la paix que le Christ ressuscité nous a laissée. Il ne s'agit pas d'une paix théorique, mais d'une paix concrète, capable de libérer le cœur de notre prochain, pour une fraternité universelle, pour une vie digne de tous les hommes de bonne volonté. » Ensemble avec cette petite communauté, depuis le lieu où Jésus a guéri, prêché et sauvé tant de gens, nous demandons à ce que le monde puisse guérir, un monde qui a tant besoin de salut. Source: Site Web Christian Media Center Photo : © archives photographiques personnelles lds Video: © Christian Media Center © Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem – Lieutenance de la Belgique

Lire plus
Ordre Équestre du
Saint-Sépulcre de Jérusalem
Avenue du Chant d'Oiseau 2
1150 Bruxelles
Newsletter

Le présent site internet place des cookies. Les cookies essentiels sont nécessaires au bon fonctionnement du site et ne peuvent pas être refusés. Les autres cookies sont optionnels et ne seront placés que si vous les autorisez. Consultez notre politique en matière de cookies pour en savoir plus.