Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique - Ridderorde van het Heilig Graf–Landscommanderij België
https://ordredusaintsepulcre.be/Mgr-Pizzaballa-Chretiens-en-Terre-Sainte-tisserands-pacifiques-de-relations
      Mgr Pizzaballa : Chrétiens en Terre Sainte, tisserands pacifiques de (...)

Mgr Pizzaballa : Chrétiens en Terre Sainte, tisserands pacifiques de relations

INTERVIEW - Nos confrères de ACI Stampa ont rencontré Mgr Pizzaballa et l’ont interrogé sur la situation actuelle des chrétiens en Terre sainte.


Monseigneur Pizzaballa, pouvez-vous nous expliquer brièvement ce que signifie votre titre et quelles sont vos tâches ?

L’administrateur apostolique est un personnage un peu étrange, disons qu’il est l’émissaire du Pape. Le Pape nomme quelqu’un pour une tâche particulière dans un lieu spécial. Dans ce cas, j’ai été nommé administrateur apostolique. Je suis à toutes fins pratiques l’évêque du diocèse qui vit un moment particulier en raison de questions politiques, mais aussi de problèmes internes, surtout de nature économique. Le Saint-Père a donc voulu me confier cette tâche de ramener la sérénité dans la vie de l’Église.

Combien de chrétiens vivent en Terre Sainte et quelles sont leurs conditions de vie moyennes ?

Tout d’abord, définissons le territoire. Il y a une Terre Sainte élargie, la Terre Sainte typique est celle que nous comprenons aujourd’hui politiquement comme Israël et les territoires palestiniens ou la Palestine. Il y a environ 130.000 chrétiens en Israël, il faut ajouter environ 80.000 travailleurs chrétiens étrangers, alors qu’en Palestine les chrétiens en tout sont entre 45.000 et 50.000.

Quelles sont leurs conditions de vie ? Sont-ils victimes de discrimination sur le lieu de travail ? Comment vivent-ils leur vie quotidienne ?

Les chrétiens ne sont pas un tiers. On dit généralement qu’il y a des Israéliens, des Palestiniens et des chrétiens. Les chrétiens appartiennent au peuple dans lequel ils vivent. En Terre Sainte, Dieu merci, nous n’avons pas eu les problèmes que nous avons vus en Syrie et en Irak. Nous n’avons pas été directement persécutés avec Daesh, Isis, etc. Il est clair que pour les chrétiens de Terre Sainte, qui sont pour la plupart Palestiniens, la vie n’est pas facile. Nous n’avons pas de persécution directe, mais il y a la persécution indirecte, les difficultés, la discrimination. Si vous êtes chrétien, il est plus difficile de trouver une maison ou un emploi, bref les conditions de vie ne sont pas naturelles.

Le sort tragique des chrétiens en Syrie et en Irak a-t-il influencé de quelque façon que ce soit la vie des chrétiens en Terre Sainte ?

Les chrétiens qui vivaient aux côtés des musulmans en Syrie et en Irak se sont retrouvés dans des situations qu’ils n’auraient jamais prévues du jour au lendemain. C’est ce qui a fait réfléchir les chrétiens de Terre Sainte : « Est-ce que cela peut arriver ici aussi ? Eh bien, cette question a certainement créé plus d’anxiété et plus d’inquiétude pour l’avenir.

Récemment, l’administration américaine de Donald Trump a déplacé l’ambassade américaine à Jérusalem, suivie quelques mois plus tard par la Roumanie. Que ressentent ces mouvements politiques internationaux sur le terrain ?

Le déménagement de l’ambassade américaine était un point de non-retour, si vous voulez. Du point de vue de la vie pratique, de la vie ordinaire, peu de choses ont changé. On fait à peu près les mêmes choses qu’avant. C’était un point de non-retour sur le point de vue politique. C’était, comme pour dire au côté palestinien : « Jérusalem oui, ça pourrait être la vôtre, mais ce n’est pas la vôtre ». Quelque chose comme ça. Le cœur du conflit israélo-palestinien était Jérusalem, et toute question qui concerne Jérusalem et qui n’implique pas les deux parties est destinée à créer une fracture profonde dans le scénario politique, et c’est ce qui s’est passé, après le déplacement de l’ambassade, les Palestiniens ont rompu toutes relations avec l’administration américaine, bloquant la négociation israélo-palestinienne déjà très longue.

Comment le travail de l’Église catholique s’inscrit-il dans cette situation complexe ?

Nous devons être conscients de nos limites et avoir les bonnes proportions. En tant que chrétiens, nous représentons 1% de la population. Nous ne pouvons donc pas prétendre, politiquement, avoir le poids que d’autres communautés peuvent avoir. Cela dit, l’Église a des relations internationales, des liens très forts avec les autres Églises du monde, ce qui la rend plus visible, beaucoup plus que le nombre réel de fidèles qu’elle a en Terre Sainte. Ensuite, il y a l’élément du pèlerinage. Il y a des millions de pèlerins qui viennent du monde entier pour visiter l’Eglise, les lieux saints. Cela en fait certainement un point de référence dans la vie locale, même si ce n’est pas décisif. Le rôle de l’Eglise n’est pas de faire le pont entre Israéliens et Palestiniens. Le rôle de l’Église est de montrer un style. Il y a une façon d’être chrétien dans ce pays, il y a une façon chrétienne d’être dans ce conflit, c’est ce que nous devons faire, la non-violence, ne pas avoir d’ennemis, chercher des relations, construire des relations continuellement, avec tout le monde. Ce n’est pas le temps des grands gestes, l’Église doit travailler sur le territoire, avec la communauté, elle doit essayer de créer de petits liens, de petits ponts avec tous, avec notre approche chrétienne.

Vous vivez en Terre Sainte depuis 30 ans, et cela vous aura certainement enrichi en tant qu’homme et en tant que religieux. Y a-t-il quelque chose que vous avez vu, que vous avez vécu, que vous aimeriez oublier ?

Les épisodes de violence, la violence gratuite. Très souvent, quand on a le pouvoir, on a une arme à la main, on oublie pourquoi on l’a. La violence gratuite des jeunes soldats contre les familles est quelque chose que je voudrais oublier, quelque chose que je ne voudrais plus jamais voir.

Avez-vous vécu une expérience dont vous vous souvenez positivement et qui vous donne peut-être des raisons d’espérer en l’avenir ?

J’ai beaucoup de beaux souvenirs, sinon je ne serais pas là. C’est un pays très difficile, où il y a toujours des tensions, mais où les relations personnelles sont très intenses et aussi très réelles et profondes. J’ai étudié dans une université hébraïque et j’ai donc de très bonnes amitiés avec mes camarades de classe, des juifs religieux qui m’ont aidé à relire ma foi chrétienne. J’ai lu avec eux les Evangiles – l’Evangile de Matthieu à l’époque – leurs questions m’ont aidé à relire ma relation avec Jésus.

Source : ACIStampa
Remarque : Mgr Pizzaballa mentionne la Terre Sainte typique. Il s’agit d’une définition politique qui comprend Israël, Jérusalem et les territoires palestiniens ou la Palestine. La Terre Sainte, au sens patriarcal ou pastoral, est la Terre Sainte typique augmentée de la Jordanie et de Chypre.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
newsletter