Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique - Ridderorde van het Heilig Graf–Landscommanderij België
https://ordredusaintsepulcre.be/La-paroisse-de-Beit-Sahour-celebre-son-160eme-anniversaire
      La paroisse de Beit Sahour célèbre son 160ème anniversaire

La paroisse de Beit Sahour célèbre son 160ème anniversaire

BEIT SAHOUR - La paroisse de Beit Sahour, à proximité immédiate de Bethléem, sur le territoire de laquelle se trouve le champ des Bergers, fête le 160ème anniversaire de son érection.


La communauté latine de Beit Sahour, animée par le nouveau curé, le P. Issa Hijazin, a souhaité célébrer le 160ème anniversaire de la paroisse par une série de festivités dont le point culminant a été la Messe solennelle présidée le samedi 28 décembre 2019 par Mgr Pierbattista Pizzaballa.

Dans l’après-midi du jour même, la fanfare des scouts de la paroisse a conduit la procession des religieux et des fidèles au cœur de la ville, de la librairie du Christ Roi à la salle paroissiale, puis à l’église. Trois personnes sont intervenues au cours de la cérémonie : le maire de Beit Sahour, M. Jihad Kheir, M. Jamil Jarayseh, qui a parlé au nom de la communauté latine, et Walid Shomali, dont la famille, originaire du lieu, a beaucoup contribué à la vie de la paroisse et du Patriarcat.

Tous se sont ensuite dirigés vers l’église paroissiale voisine, où se sont tenus les services religieux. À cette occasion, le P. Issa Hijazin, a officiellement accueilli l’Administrateur Apostolique et tous les participants, rendant immédiatement grâce au Seigneur. Dans le contexte de Noël et à la veille de la fête de la Sainte Famille, l’homélie de Mgr Pizzaballa ne pouvait que se concentrer sur ce thème. L’Administrateur Apostolique a parlé d’une paroisse comme d’une famille. En ces termes, la paroisse, comme toute vraie famille, rencontre des moments heureux et tristes, positifs ou négatifs et, de ce point de vue, la paroisse de Beit Sahour est toujours restée fidèle à sa mission, à l’égard du diocèse et du Patriarcat.

Mgr Giacinto-Boulos Marcuzzo, Vicaire Patriarcal pour Jérusalem et la Palestine a concélébré la messe, mais aussi Mgr Kamal Bathish, le P. Ibrahim Shomali, Chancelier du Patriarcat, le P. Elias Tabban, ancien curé de la paroisse, le P. Hanna Mass’ad, curé de la paroisse de Beit Jala, le Père Rafiq Khoury du Patriarcat latin, le diacre Firas Abedrabbo, le Père Issa Shomali, deux religieux coréens, le P. Kahn et le P. Lee de la « Société cléricale de la Sainte Trinité » de Mirinae qui servent dans la paroisse. En plus des nombreux paroissiens, les Sœurs du Rosaire, qui sont très actives dans cette paroisse depuis sa fondation, étaient présentes.

Les chants liturgiques de la chorale des bergers, dirigées par le musicien George Salsa, ont accompagné la célébration eucharistique.

À la fin de la cérémonie, la communauté s’est retirée dans la salle paroissiale où les salutations et félicitations traditionnelles ont été échangées et où tous ont partagé un dîner jubilaire. Dans la même salle figurait une exposition photographique qui retraçait les étapes historiques de la paroisse de Beit Sahour de 1859 à aujourd’hui.

Lorsqu’en 1847, après plus de cinq siècles d’« absence » forcée du Patriarche latin de Jérusalem, le Patriarcat fut restauré dans la Ville Sainte, le jeune Patriarche de l’époque, Giuseppe Valerga, ne trouva que quelques paroisses et structures pastorales pour développer son diocèse.

Pendant des siècles, la Custodie franciscaine a représenté l’avant-poste catholique en Terre Sainte, un lieu où elle a conservé sa présence et s’est occupée de la survie de la communauté latine et des pèlerinages, dans un contexte très complexe et hétérogène. La restauration du diocèse a poussé le Patriarche Giuseppe Valerga à tout faire pour la construction de nouvelles structures paroissiales et pastorales.

Valerga se chargea tout d’abord de promouvoir la création d’un Séminaire Patriarcal, afin de former un clergé local. Les paroles du Patriarche, citées de mémoire selon la tradition transmise par la communauté locale, ont été célébrées et sont prophétiques à certains égards : « L’Eglise de Jérusalem n’aura d’avenir que si elle peut promouvoir un clergé local qualifié. »

Par la suite, le Patriarche nouvellement installé a travaillé avec diligence à l’établissement de nouvelles paroisses, centres fondamentaux et indispensables pour répondre aux besoins de la pastorale. Parmi les toutes premières paroisses établies figurait celle de Beit Jala et, plus tard, celle de Beit Sahour en 1859. En 2019, cette dernière a donc célébré le 160e anniversaire de sa fondation.

Filippo De Grazia pour www.lpj.org

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
janvier 2020 :

Rien pour ce mois

décembre 2019 | février 2020

newsletter