Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique - Ridderorde van het Heilig Graf–Landscommanderij België
https://ordredusaintsepulcre.be/Homelie-pour-la-messe-commemorative-des-defunts-de-l-OESSJ-13-mars-2021
      Homélie pour la messe commémorative des défunts de l’OESSJ 13 mars (...)

Homélie pour la messe commémorative des défunts de l’OESSJ 13 mars 2021

Lectures : Romains 5, 2b-5 ; Psaume 129 (130) et Luc 12, 35-38.40


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • Ecrire à l'auteurLdS
  • 30 mars 2021
  • réagir
  • 0 vote

« L’espérance ne trompe pas » écrit Paul aux Romains (5,5). Nous pouvons compter dessus. Quels que soient les remous à la surface de notre existence, l’espérance est comme une ancre qui nous empêche de dériver. C’est le symbole proposé par l’Eglise, en s’inspirant de l’Épître aux Hébreux (6,19).

Vous connaissez probablement ce si beau texte de Charles Péguy, dont voici un petit extrait :
Ce qui m’étonne, dit Dieu, c’est l’espérance. Et je n’en reviens pas. Cette petite espérance qui n’a l’air de rien du tout. Cette petite fille espérance. (…) Sur le chemin raboteux du salut, sur la route interminable, sur la route entre ses deux sœurs, (la foi et la charité), la petite espérance s’avance. (…) Le peuple chrétien ne voit que les deux grandes sœurs, n’a de regard que pour (elles) (…) Et il ne voit quasiment pas celle qui est au milieu. (…) (Or,) c’est elle, cette petite, qui entraîne tout.

Mais qu’est-ce que l’espérance ? Qu’est-ce qui la distingue de l’espoir, sentiment bien nécessaire et que nous partageons avec tous les humains ? Dans l’épître, Paul donne ces deux éléments indissociables qui engendrent l’espérance. Le premier aspect, c’est qu’au cœur de nos détresses, le Seigneur compte sur notre persévérance et notre fidélité. Le second, c’est que, quoi qu’il advienne, « l’amour de Dieu a été répandu en nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné » (Rm 5,5). En clair, si l’espoir, c’est espérer que ça aille mieux, que ça passe, qu’on retourne à l’état premier, l’espérance, c’est bien plus fort : au cœur même des détresses, c’est cette conviction que l’amour de Dieu est victorieux de tout, y compris des pires réalités. Autrement dit encore : que le mal, la souffrance, la mort même, n’auront jamais le dernier mot. Voilà pourquoi il y a cette ancre dans nos vies, cachée au fond de l’eau, mais si importante.

Cette espérance nous est donné en Christ, en Celui qui dans son mystère pascal a traversé la mort, est ressuscité et a donné l’Esprit à l’Eglise, à tous qui veulent être ses disciples. Voilà pourquoi la commémoration des défunts n’est jamais comme une simple célébration profane du souvenir. Bien sûr, c’est cela aussi. « We shall never forget them » entend-on chaque soir sous la porte de Menin à Ypres. Mais même ceux que nous oublions, nous les inscrivons dans cette espérance chrétienne. Oui, nous en avons l’assurance, « ni la mort ni la vie, (…) ni le présent ni l’avenir, (…) ni les hauteurs, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur » (Rm 8, 38-39)

Alors l’Evangile du veilleur (Lc 12, 35-40) s’éclaire sur ce que peut signifier notre vigilance, notre persévérance, notre fidélité sur ce « chemin raboteux du salut » (Ch. Péguy). 1. C’est un désir continu d’accueillir le Seigneur dans nos vies, qui vient frapper à la porte de nos cœurs. 2. Cette attente se transforme en une attitude fondamentale de service, donc tournée vers autrui. 3. C’est une confiance radicale : oui, il vient, car il est le « Dieu qui est, qui était et qui vient ». Je rappelle la toute dernière parole de la Bible (Ap 22,20) : marana tha. Qui se lit de deux façons : viens Seigneur Jésus ! Mais aussi : le Seigneur vient !

En communion avec l’Eglise du Ciel, en communion avec tous ceux qui nous précèdent, connus ou méconnus, en communion avec l’Eglise pérégrinante sur la Terre, nous vivons, ancrés dans l’espérance « qui ne trompe pas ». Au fond de nos cœurs il y a ce doux murmure : « Viens Seigneur Jésus » !

+Jean Kockerols

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

newsletter