Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique - Ridderorde van het Heilig Graf–Landscommanderij België
https://ordredusaintsepulcre.be/Homelie-de-la-messe-des-defunts-de-la-Lieutenance
      Homélie de la messe des défunts de la Lieutenance

Homélie de la messe des défunts de la Lieutenance

SABLON - Suite aux instructions de la Conférence épiscopale belge, la messe annuelle pour la mémoire des défunts de la Lieutenance a été annulée. Notre Grand-Prieur nous a autorisé à publier l’homélie qu’il avait préparée.


Lectures prévues pour cette célébration
1Co 15,1-5.11
Frères, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée ; cet Évangile, vous l’avez reçu ; c’est en lui que vous tenez bon, c’est par lui que vous serez sauvés si vous le gardez tel que je vous l’ai annoncé ; autrement, c’est pour rien que vous êtes devenus croyants. Avant tout, je vous ai transmis ceci, que j’ai moi-même reçu : le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Écritures, et il fut mis au tombeau ; il est ressuscité le troisième jour conformément aux Écritures, il est apparu à Pierre, puis aux Douze ; puis enfin à l’avorton que je suis. Bref, qu’il s’agisse de moi ou des autres, voilà ce que nous proclamons, voilà ce que vous croyez.

Mt 5,1-12a
Voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait : « Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux. Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage. Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés. Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu. Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux. Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux !

Homélie messe pour les défunts de l’Ordre du S. Sépulcre 14 mars 2020
Cette célébration étant postposée, je livre à votre méditation l’homélie que je comptais prononcer. Si vous souhaitez la lire, merci de d’abord prendre paisiblement connaissance des deux passages de la Sainte Ecriture qui avaient été choisis.

Il y a dans notre pays une loi qui est au-dessus de toutes les lois. C’est la Constitution. On ne la change pas aussi facilement qu’une simple loi. Elle est protégée. Pour une bonne raison : elle reprend les principes fondamentaux du pays, de son fonctionnement, de sa vie. Eh bien, il en va de même dans la foi chrétienne : il y a bien des choses qui relèvent de la foi, il y a bien des nuances ou des variables, mais au cœur, il y a un message unique, un Evangile, une Bonne Nouvelle, très simple, entendue dans la 1re lecture : « Christ est mort et ressuscité pour nous ».

Cet Evangile implique pour les chrétiens une façon de vivre : c’est ce que Jésus décrit au tout début d’un long discours repris dans l’évangile selon S. Matthieu, qui s’appelle le « sermon sur la montagne ». Jésus proclame les Béatitudes : « Heureux les pauvres de cœur, les doux, les miséricordieux, ceux qui pleurent, ceux qui ont faim et soif de justice… » Heureux ! Voilà donc l’invitation lancée par le Christ à ceux qu’il invite à le suivre : découvrir un chemin de bonheur. Il dresse le portrait de l’homme vraiment heureux. Pas l’homme satisfait ou content de petits bonheurs éphémères, de plaisirs ou de fiertés sans consistance. Non, un vrai bonheur, qui rend toute notre vie féconde. Le pape François aime dire que c’est comme la carte d’identité du chrétien. C’est un peu notre Constitution à nous…

Derrière ce portrait, cette carte d’identité, cette Constitution, on voit en filigrane le portrait de Jésus lui-même. Les Béatitudes, c’est le Christ. Il nous donne son autoportrait, mais en même temps il nous invite à le suivre sur son chemin de bonheur, qui est aussi chemin de sainteté. Une invitation pas très à la mode, j’en conviens, mais pourtant essentielle. Car cette sainteté est appelée à rayonner et à être signe d’Evangile dans notre monde.

Chemin donc de sainteté, mais aussi de contradiction avec ses exigences fortes. Oui, les Béatitudes vont à l’encontre de ce que le monde apprécie : la force, la richesse, la victoire du plus fort. Au contraire, la charte fondamentale du chrétien, sa constitution, c’est la pauvreté du cœur, la douceur, la miséricorde, la soif de justice, la quête de la paix, qui donnent du sens à sa vie, qui le rendent heureux, qui contribuent finalement à sa joie. La miséricorde, c’est le « cœur battant de l’Evangile » comme le dit le pape François.

Nous commémorons les défunts de notre Lieutenance. Nous rendons grâce pour leur vie accomplie et nous les confions à la tendresse de Dieu. Il ne nous appartient pas de juger comment ils ont essayé de répondre à cet appel à la sainteté, comment les Béatitudes ont pris corps dans leur vie. L’appel du Seigneur, s’ils faisaient partie de l’Ordre, ils l’ont entendu. Et je présume qu’il y avait dans leur âme cette profonde aspiration, tellement belle, d’avoir un cœur doux et humble, de désirer la miséricorde, d’être tenaillé par la faim et la soif de justice, de mettre le travail pour la paix au premier plan. Toutes choses qui comportent aussi, comme Jésus le rappelle dans les Béatitudes, des larmes, de la peine, de l’incompréhension, des échecs, des critiques injustes. Il y avait chez nos défunts le désir de la sainteté. Et bien nous aussi, commençons par là : laissons-nous envahir par ce désir de sainteté. Et que l’Esprit St nous aide à le déployer, à lui donner corps.

Les défunts de notre Lieutenance ont exprimé, chacun et chacune à sa façon cette quête du bonheur, du vrai bonheur. Ils l’ont fait avec leurs charismes autant qu’avec leurs limites, avec le désir profond de ce bonheur-là, de ce bonheur vrai, celui des béatitudes. Que leur récompense soit grande dans le Royaume des cieux. Amen.

+Jean Kockerols

On complètera utilement cette méditation en lisant les belles pages consacrées par le pape François à la sainteté, dans son exhortation Gaudete et exsultate.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Agenda et évènements

Agenda
avril 2020 :

Rien pour ce mois

mars 2020 | mai 2020

newsletter