Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique - Ridderorde van het Heilig Graf–Landscommanderij België
https://ordredusaintsepulcre.be/Homelie-de-la-Veillee-d-armes-2019
      Homélie de la Veillée d’armes 2019

Homélie de la Veillée d’armes 2019

BRUXELLES - Voici l’homélie prononcée par Mgr Jean-Pierre Delville lors de la veillée d’armes 2019


Homélie de la Veillée d’armes Saint Sépulcre
14 juin 2019
(Mc 15,33-47 - 16,1-8)
Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Chers Frères et Sœurs,
Beste Broers en Zussen,

Dans la conclusion de l’évangile de Marc, que nous venons d’entendre, deux volets sont confiés à notre méditation : la mort de Jésus et l’annonce de sa résurrection (Mc 15,33-47 - 16,1-8). Suivons pas à pas le récit de l’évangéliste.
La mort injuste

D’abord, nous voyons comment Jésus meurt sur le Calvaire, après avoir été injurié sans pitié par les passants. Nous découvrons l’abîme de la mort, spécialement la mort injuste de Jésus. Et nous pensons à tous ceux qui sont proches de la mort. Au cœur de ces souffrances et face à cette mort implacable, Jésus a une parole étrange : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » Serait-ce la fin de la foi en Dieu ? Serait-ce le désespoir total ? En fait Jésus récite le psaume 21, qui commence par ces mots de désespoir, mais qui se termine pas des mots d’espérance et de foi : « Le Seigneur n’a pas rejeté, il n’a pas réprouvé le malheureux dans sa misère (…). On annoncera le Seigneur aux générations à venir. On proclamera sa justice au peuple qui va naître » (Ps 21[22],25.31-32).

Tegenover de dood van Jezus, denken we aan de zovelen die sterven in het Midden-Oosten, en in het Heilig land. Zovelen zijn het slachtoffer van oorlog en onrechtvaardigheid, net zoals Jezus. Voor al deze mensen willen wij bidden. Face à la mort de Jésus, nous pensons à tous ceux qui sont victimes de la mort au Moyen Orient et spécialement en Terre Sainte. Beaucoup sont des victimes de la guerre et de l’injustice, comme Jésus. Nous voulons prier pour toutes ces personnes. Comme chevaliers et dames du Saint-Sépulcre, nous voulons que nos vies soient consacrées au service de ces personnes jusqu’à notre mort. Ainsi la mort ne sera plus le dernier mot de l’existence, mais la porte d’un amour en plénitude, déjà commencé et développé sur cette Terre.

La communauté présente à la croix

Marie était au pied de la croix. On y découvre également trois autres femmes : Marie Madeleine ; Marie, mère de Jacques le Petit et de José ; et Salomé. Elles avaient suivi Jésus sur ce chemin de souffrance, comme nous aujourd’hui réunis dans cette église du Sablon. Elles avaient aussi suivi Jésus depuis la Galilée, durant sa vie publique. Nous aussi, nous suivons Jésus dans notre vie quotidienne. Elles ont de l’audace et de l’affection. C’est aussi le cas d’un homme, Joseph d’Arimathie, membre du Conseil, qui attendait le règne de Dieu, venu à travers Jésus. Il eut l’audace d’aller chez Pilate pour demander le corps de Jésus. Il est dès lors considéré comme le premier chevalier du Saint-Sépulcre. Al deze mensen waren moedig, en trouw. Zij hebben de moed niet laten zakken, en wilden niet opgeven. Zij hebben het lichaam van Jezus opgebaard en hem in een graf gelegd. Daarna bleven ze dicht bij Jezus, ze keken toe en waakten. Toutes ces personnes sont audacieuses et fidèles. Elles n’ont pas voulu baisser les bras, elles n’ont pas abandonné la partie. Elles ensevelissent le corps de Jésus et le posent dans un tombeau.
Dans cette ligne, les évêques de Belgique viennent de publier une lettre pastorale intitulée Je te prends par la main, sur l’accompagnement des malades jusqu’à la mort. Elle invite les membres des équipes d’aumônerie d’hôpital et les visiteurs ou visiteuses de malades à ne pas craindre d’accompagner chaque malade, quelle que soit sa situation, même à l’approche de la mort. Beaucoup de directions d’hôpital nous sont reconnaissantes à ce sujet, d’autant plus que les rankings internationaux insistent maintenant sur la nécessité de l’accompagnement spirituel et sur la qualité du message chrétien face à la mort, surtout en comparaison des discours limités de la société moderne à ce sujet.

La communauté visionnaire au sépulcre

Elles continuent à regarder, à observer, à être à l’affût. C’est pourquoi l’évangéliste Marc nous dit : « Marie Madeleine et Marie, mère de José, observaient l’endroit où on l’avait mis » (Mc 15,47). Le regard va déboucher sur la vision. Celles qui ont accompagné Jésus jusqu’au bout seront les premières qui le verront remis debout, c’est-à-dire ressuscité. Le regard est le prélude à la foi. En regardant, on ouvre son cœur à l’inattendu et à la grâce.
Ces femmes et ces hommes nous sont connus par leur nom. Zij zijn de eerste christenen, de eersten die geloofden dat Jezus verrezen was, dat hij leefde. Zij belichamen het medelijden, het « mee lijden met… ». Zij belichamen de sympathie, en zij belichamen de barmhartigheid, dit grote hart, dit begrip waar de paus zoveel belang aan hecht. Maria gaat ons voor, als eerste van de christelijke gemeenschap. Ce sont les premiers chrétiens, les premiers à croire en Jésus ressuscité et vivant. Ils incarnent la compassion, c’est-à-dire le « souffrir avec ». Ils incarnent la sympathie, ce qui veut dire aussi « souffrir avec » ; ils incarnent la miséricorde, c’est-à-dire le grand cœur, cette vertu dont le pape François ne cesse de dire la valeur. Marie nous précède donc comme première de la Communauté chrétienne.

Le Saint-Sépulcre : de la croix au tombeau de la résurrection

Comme Ordre du Saint-Sépulcre nous sommes pareils à Marie et aux femmes restées présentes sous la croix de Jésus. Elles n’ont pas abandonné le poste. Elles sont restées fidèles malgré la menace des soldats, malgré la peur et malgré l’échec apparent de la mission de Jésus. Dans cette fidélité s’est développée l’espérance de la résurrection. Dans la visite à la tombe s’est développée une nouvelle vision des choses. Jésus nous attend ailleurs que là où nous pensons aller. Il nous attend en Galilée, c’est-à-dire au cœur de nos vies habituelles, pour que nous devenions ses témoins dans le monde. Il nous attend en Terre Sainte, où notre ordre a en charge les chrétiens du patriarcat latin de Jérusalem, qui recouvre de vastes territoires comme Israël et la Jordanie, et qui compte des chrétiens catholiques de toutes origines et de toute race ou culture. Sachons nous engager à leur service. Et osons croire au message pascal de l’évangile, qui est destiné à toute l’humanité.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Agenda
juillet 2019 :

Rien pour ce mois

juin 2019 | août 2019

newsletter