Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Une-petite-flamme-a-Gaza-malgre-le
        Une petite flamme à Gaza malgré le conflit et les bombes ...

Une petite flamme à Gaza malgré le conflit et les bombes ...

GAZA – Les bombardements se poursuivent sur la Bande de Gaza après le refus d’un cessez-le-feu par le Hamas, l’autorité au pouvoir. L’armée israélienne, déployée tout autour de Gaza par son arsenal maritime, aérien et terrien, poursuit les frappes. De nombreux enfants perdent la vie. Mais des sœurs de la paroisse espèrent vivement la paix à l’issue de ce conflit.


Entamée depuis presque dix jours, l’opération « Bordure de protection » se poursuit sur la Bande de Gaza. Dans une zone déjà très fermée et étroite, les réfugiés se comptent en grand nombre. Beaucoup ont migré vers le nord, plusieurs ont trouvé refuge dans les bureaux de l’ONU ou d’autres ONG présentes sur le terrain. Ils ont quitté leurs quartiers, parfois déjà en ruine, à la suite d’appels de l’armée israélienne.

Beaucoup de morts sont à dénombrer. Parmi eux, beaucoup d’enfants, donc quatre morts en jouant au football sur la plage. « Toutes les indications montrent, et je trouve cela particulièrement dramatique, que les femmes et les enfants représentent un nombre assez considérable des victimes des frappes actuelles. Actuellement, plus d’un quart des morts sont des enfants », déclarait ainsi le commissaire général de l’UNRWA, Pierre Krahenbuhl, le 14 juillet.

Ce constat est fait par de nombreux médias et ONG qui s’inquiètent de l’accroissement du nombre d’enfants tués dans ce conflit. Le Patriarcat latin de Jérusalem s’est réuni le jeudi 17 juillet pour prier pour tous ses enfants, et pour tous les autres morts. L’espoir est que leur mort ne soit pas vaine, et que la paix revienne.

“Nous savons que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu”

En contact téléphonique régulier avec Mgr Shomali, vicaire patriarcal pour Jérusalem, le père Jorge Hernandez est curé de la petite paroisse latine de Gaza. Il affirmait dernièrement que les gens sont fatigués parce qu’ils dorment très peu la nuit et que les nerfs s’usent à force de vivre dans le stress et l’angoisse.

Pourtant, au milieu de ce chaos, les sœurs missionnaires de la Charité qui soutiennent la paroisse trouvent des motifs d’espoir. Dans une lettre, sœur Maria Laudis Gloriae interroge : « Comment une guerre peut servir et agir pour le bien ? Humainement parlant, nous ne pouvons pas en voir les raisons, mais je crois qu’il y en a pourtant plusieurs ». Elle poursuit en donnant diverses raisons dont la première qui « nous enseigne qu’aimer Dieu et faire confiance à la Divine Providence nous aide à trouver la vraie paix ». Puis elle rappelle que « nous sommes enfants de Dieu et que Lui, comme un bon Père ne nous abandonne jamais ».

Leur mission de soutien et de charité auprès des familles qui souffrent d’avoir perdu leur maison, qui pleurent d’avoir perdu un enfant contribue aussi à faire advenir cette paix en apportant à ceux qui sont chrétiens ou qui ne le sont pas l’assistance que Dieu envoie à son peuple en larmes.

Pierre Loup de Raucourt pour www.lpj.org

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Nouvelles de Terre sainte

Agenda
novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017

newsletter