Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Solidarite-avec-les-Palestiniens-chretiens-et-musulmans
      Solidarité avec les Palestiniens chrétiens et musulmans

Solidarité avec les Palestiniens chrétiens et musulmans

JERUSALEM – Chaque année, l’Assemblée générale des Nations Unies célèbre à la date du 29 novembre la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien. Cette date marque l’anniversaire du Plan de partitionnement de la Palestine pour la Palestine de 1947, également connu sous le nom de Résolution 181. Plus de septante ans plus tard, la question de Palestine n’est pas résolue et a aucun signe de solution ne semble apparaître dans un avenir proche.


Depuis le 29 novembre 1977, l’Assemblée générale observe la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien. Une journée particulière où s’organise de nombreux événements : réunions, projections de films, publications, messages et déclarations de solidarité. Un certain nombre de sujets clefs sont alors abordés, parmi eux la construction de colonies, le droit à l’autodétermination, le droit à l’indépendance et à la souveraineté nationales, le droit de retour des réfugiés et la détérioration des conditions de vie à Gaza.

« Israël continue d’appliquer une politique officielle d’unilatéralisme illégal avec un mépris total pour le droit international et les droits de l’homme des Palestiniens », a déclaré Hanan Ashrawi, membre du Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine, rappelant qu’un tel comportement comprend entre autres « l’entreprise de peuplement illégale et l’expropriation d’Israël de la terre et des ressources palestiniennes ».

Le 19 juillet 2018, le parlement israélien a approuvé la « Loi État-nation du peuple juif » dont l’une des clauses énonce clairement que « L’État considère le développement de la colonisation juive comme une valeur nationale et agira pour encourager et promouvoir sa création et sa consolidation ». La loi fondamentale déclare également « L’État d’Israël est le foyer national du peuple juif, dans lequel il remplit son droit naturel, culturel, religieux et historique à l’autodétermination » mais elle omet de définir les frontières de ce pays.

Le Patriarcat latin, comme l’Assemblée des Ordinaires catholique de Terre Sainte ont appelé le gouvernement israélien à abroger la loi, soulignant qu’elle « ignore totalement le fait qu’il existe un autre peuple, les Arabes palestiniens » et qu’elle « contrevient directement à la Résolution 181 de l’Assemblée générale des Nations unies, ainsi qu’à la propre déclaration d’indépendance d’Israël. »

Combattre la désensibilisation à une réalité brutale

Dans le cadre des manifestations commémorant la Journée de la solidarité et d’une réunion au siège des Nations Unies à New York ce mercredi, la Présidente de l’Assemblée générale des Nations Unies, María Fernanda Espinosa, a exhorté les dirigeants mondiaux, y compris les chefs religieux et autres responsables, de faire du problème palestinien une priorité et de « lutter contre la désensibilisation qui se produit lorsque la souffrance et la mort deviennent une réalité quotidienne et que les médias ne les traitent même plus dans les dernières pages. »

Dans des propos similaires, Sr Bridget Tighe, directrice générale de Caritas Jérusalem, a dénoncé l’occupation israélienne du peuple palestinien, en particulier à Gaza, et la désensibilisation émotionnelle que la population avait développée face à l’horreur. « Ce qui est anormal est devenue la norme », écrit sœur Bridget dans une lettre de la Caritas Jérusalem. « Les enfants de Cisjordanie grandissent en pensant qu’il est normal de passer les points de contrôle surveillés par de jeunes soldats armés de fusils. »

La lettre s’achève avec une invitation à prier pour les peuples palestiniens et israéliens pour qu’ils trouvent le courage de « briser les chaines de la peur et de vivre avec le souci du respect de l’autre et la volonté de redonner une plus grande liberté à chacun ».

De son côté, Mgr Atallah Hanna, archevêque orthodoxe de Sebastia en Palestine, a écrit sur sa page Facebook à l’occasion de cette journée que « la cause palestinienne est celle du peuple palestinien, avec toutes ses composantes, qui se bat pour sa liberté et le rétablissement de ses droits ».

Il a également appelé tous les penseurs, journalistes et intellectuels arabes à « ne pas se dissocier de leurs responsabilités et obligations éthiques, humaines et nationales envers la cause palestinienne, qui est après tout leur cause première et celle de ceux qui croient en la justice, la liberté et la dignité humaine. »

Saher Kawas pour www.lpj.org

NB : La Résolution 181 prévoit la partition de la Palestine mandataire en trois entités, avec la création d’un État juif et d’un État arabe, Jérusalem et sa proche banlieue étant placées sous contrôle international en tant que corpus separatum.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
décembre 2018 :

Rien pour ce mois

novembre 2018 | janvier 2019

newsletter