Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Sepphoris-la-ville-de-naissance-de-Sainte-Anne-mere-de-la-Vierge-Marie
      Sepphoris : la ville de naissance de Sainte Anne, mère de la Vierge (...)

Sepphoris : la ville de naissance de Sainte Anne, mère de la Vierge Marie

NAZARETH - Sepphoris est à environ dix kilomètres de Nazareth. Dans le parc national, nous trouvons les ruines de la ville qui, à partir de l’an 55 après Jésus-Christ, était la capitale de la Galilée, habitée principalement par des Juifs.


L’histoire de Sepphoris remonte toutefois au premier siècle avant Jésus-Christ, à la période hellénistique. Le nom "Sepphoris" vient de l’hébreu "Tsippori" parce que la ville est au sommet de la colline "perchée" comme un oiseau. La soi-disant "Perle de Galilée" était une région très développée où des personnes de différentes origines culturelles et religieuses vivaient ensemble pacifiquement.

Les découvertes archéologiques ont mis au jour des vestiges importants de différentes époques, telles que des rues et des colonnes typiques de l’architecture romaine ; un ancien système d’eau ; un amphithéâtre probablement construit par Hérode Antipas, fils d’Hérode le Grand ; et encore, la construction de l’époque des croisés sur une colline d’où on a une vue panoramique fascinante de Sepphoris et de ses environs.

Le site archéologique surprend avec de belles mosaïques trouvées dans tous les coins. La "Maison du Nil" est une ancienne synagogue avec des représentations évoquant la tradition juive : comme l’ange qui a visité Abraham et Sarah, le sacrifice d’Isaac, un zodiaque avec les noms des mois en hébreu et des offrandes quotidiennes. Tandis que dans ce qui devait être une luxueuse villa romaine, les mosaïques montrent des scènes en l’honneur du dieu Dionysos ou Bacchus et encore l’image enchanteresse de la soi-disant "Mona Lisa de Galilée".

On pense qu’au début du christianisme ait vécu là une communauté judéo-chrétienne qui a reconnu Jésus comme le Messie. Sepphoris est également considérée comme la ville qui a donné naissance à Sainte Anne, la mère de la Vierge Marie. Une tradition soutenue par les restes de l’église à trois nefs du temps des Croisades qui lui est dédiée. Les ruines sont situées près du parc national, sur les terres achetées par la Custodie de Terre Sainte en 1841.

Fr. BRUNO VARRIANO, ofm
Gardien et Recteur de la Basilique de l’Annonciation - Nazareth
« Les récits de la naissance de Marie qui nous viennent de la tradition orale sont le Protévangile de Saint-Jacques, qui indique la naissance près du Temple de Jérusalem. Une autre tradition attribue la naissance à Sepphoris, certainement de Sainte Anne et peut-être celle de Marie, mais la narration sûre que nous avons est celle du Protévangile de Jacques ».

Selon le frère Bruno Varriano, à Sepphoris, serait née non seulement sainte Anne, mais aussi Marie. Mais le texte qui fait référence pour nous est le récit du protévangile de Jacques sur la naissance à Jérusalem de la Vierge, qui vise à souligner la proximité symbolique du temple de la ville sainte. Une indication géologique et théologique du lieu de naissance de la Vierge Marie qui aiderait à voir en Marie le "nouveau temple", la mère du Verbe incarné. Il est certain, cependant, que Marie a vécu une grande partie de sa vie à Nazareth.

Fr. BRUNO VARRIANO, ofm
Gardien et Recteur de la Basilique de l’Annonciation - Nazareth
« Sur l’incarnation et le" oui "de Marie, nous avons la convergence de toutes les sources. Bien sûr, une autre maison de Joachim et Anne est à Nazareth. Il y a un consensus à ce sujet parce que Nazareth était un petit village et non une ville hellénistique développée comme Sepphoris. Ainsi, à Nazareth, il y a la synthèse des récits du protévangile de saint Jacques, de l’évangile de saint Luc et certainement de l’archéologie : les mots "khaire Maria", la Domus Ecclesiae, l’église byzantine, l’église franciscaine des croisés et la basilique actuelle. "

Les sources historiques littéraires et les vestiges archéologiques nous permettent de toucher les lieux de la vie quotidienne de Marie et d’en comprendre l’humanité.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Découvrez la Terre sainte

Agenda
novembre 2018 :

Rien pour ce mois

octobre 2018 | décembre 2018

newsletter