Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/SAINT-SEPULCRE-Cinquante-ans-apres
        Sur le Tombeau vide, François et Bartholomée en prière

Sur le Tombeau vide, François et Bartholomée en prière

SAINT SEPULCRE – Cinquante ans après Paul VI et Athénagoras, et point culminant du pèlerinage du pape François, sa rencontre avec le Patriarche œcuménique au pied du Tombeau vide du Seigneur ressuscité, le 25 mai 2014. Deux mille ans plus tard, Pierre et André font leur la prière de Jésus « Qu’ils soient un… pour que le monde croie » (Jn 17, 21).


Les cloches du Saint Sépulcre sonnent à toutes volées. On attend le Saint Père et le Patriarche. Ils sont encore à la Délégation Apostolique. Le moment de fraternité et d’échange, très chaleureux, aura duré plus longtemps que prévu. Un accord a été signé. En dix points, une déclaration commune qui salue les progrès accomplis vers l’Unité, encourage la « connaissance toujours plus profonde des traditions de l’autre » dans la recherche « de la vérité tout entière que le Christ a donnée à son Eglise », invoquant « l’urgence de l’heure qui nous oblige à chercher la réconciliation et l’unité de la famille humaine » notamment la « situation des chrétiens au Moyen-Orient ».

Finalement, « il Baba » arrive porte de Jaffa. Quelques instants plus tard, l’accolade tant attendue. Emotion et simplicité. Un moment historique, une étincelle d’éternité, dans l’histoire de l’Eglise et de l’humanité. Le Pape et le Patriarche avancent l’un vers l’autre et s’embrassent, chaleureusement, avant de s’aider mutuellement pour descendre les marches pour s’approcher du Sépulcre. Tous deux s’agenouillent, humblement, pour embrasser la Pierre de l’Onction, située à quelques mètres du Tombeau à l’emplacement où le Corps du Christ a été embaumé avant sa mise au tombeau. Les deux frères, Pierre et André, s’approchent ensemble du Tombeau vide. Recueillement devant le Lieu le plus sacré de la Chrétienté. Le chœur grec est bientôt relayé par la chorale latine, accompagnée de l’orgue. Le Christ est ressuscité ! « Kristos Anesti ! » comme le soulignera en grec François, l’évêque de Rome, dans son discours.

Face au Tombeau vide du Seigneur, le pape François a rappelé « la grâce extraordinaire d’être réunis ici en prière » devant le « Tombeau vide » et souligné que l’annonce de la Résurrection est « le fondement de la foi qui nous unit ». Il s’agit là de « la grandeur de notre vocation chrétienne : nous sommes des hommes et des femmes de résurrection, non de mort. »

Face à la mort et à la résurrection, nous sommes tous « chrétiens » a rappelé le Pape. « Quand des chrétiens de diverses confessions se trouvent à souffrir ensemble, les uns à côté des autres, et à s’entraider les uns les autres avec une charité fraternelle, se réalise un œcuménisme de la souffrance, se réalise l’œcuménisme du sang (…). Ceux qui par haine de la foi tuent, persécutent les chrétiens, ne leur demandent pas s’ils sont orthodoxes ou s’ils sont catholiques : ils sont chrétiens. Le sang chrétien est le même. »

Quant au Patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomée, il a rappelé face au Saint Tombeau -« lieu est redoutable » et « porte du ciel. » (Gn 28,17)- que le chemin de l’Amour est « le seul chemin qui mène à l’accomplissement de la volonté du Seigneur ». A la suite de l’ange, il a répété « soyez sans crainte » et a invité « à rejeter une autre forme de peur qui est sans doute la plus répandue à notre époque moderne : à savoir, la peur de l’autre, la peur de la différence, la peur du croyant d’une autre religion ou d’une autre confession. »

Grand recueillement pour cette célébration sans bain de foule. Un moment d’intimité entre les deux Apôtres et leur Seigneur, qui rentrés tous deux ensemble dans le Tombeau, l’ont embrassé longuement dans un seul et même élan.

Pour ce grand moment de prière et d’unité, le pape François et le Patriarche Bartholomée ont été reçus par les trois supérieurs des communautés du Statu Quo (grecque orthodoxe, franciscaine et arménienne apostolique) : le Patriarche grec orthodoxe de Jérusalem, Théophile III, le Custode de Jérusalem, le P. Pierbattista Pizzaballa,OFM. et le Patriarche arménien apostolique SB Nourhan Manoogian. Etaient également présents le Patriarche Latin de Jérusalem Fouad Twal ainsi que les évêques de Terre Sainte, l’archevêque syrien, l’archevêque éthiopien, l’évêque anglican, l’évêque luthérien et d’autres évêques. Une cérémonie où grec et latin entremêlés se sont réconciliés afin que depuis le Sépulcre monte vers le ciel une seule et même prière.

Myriam Ambroselli pour www.lpj.org
Texte de la Déclaration commune : ici (site du Vatican)

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Nouvelles de Terre sainte

Agenda
novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017

newsletter