Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/RIWAQ-Centre-pour-la-recuperation-des-batiments-historiques
      RIWAQ - Centre pour la récupération des bâtiments historiques

RIWAQ - Centre pour la récupération des bâtiments historiques

PALESTINE - Grâce à ses trente ans de recherches, le Centre Riwaq poursuit son ambitieux projet de restauration de centaines de bâtiments historiques et archéologiques en Palestine afin de préserver le patrimoine culturel et l’identité nationale.


Le Centre Riwaq a été fondé à Ramallah en 1991 dans le but de recenser et de restaurer les bâtiments historiques en Palestine, de les protéger, de préserver leur mémoire collective et leur identité nationale.

Pour mettre en œuvre cette stratégie, RIWAQ a lancé une initiative appelée « Registre des bâtiments historiques » qui publie de nombreux livres et cubages qui documentent des milliers d’images et de cartes.

Dr. KHALDOUN BISHARA
Spécialiste de la restauration architecturale et directeur de Riwaq
« Le patrimoine est en danger, parce que nous n’avons pas d’infrastructures pour le gérer ; dans les conseils de village, dans les communes, nous n’avons pas de lois qui protègent les bâtiments historiques. Riwaq a commencé à travailler sur le « Registre national des bâtiments historiques » en 1994, et a fini en 2006. Il comprend tous les bâtiments historiques en Palestine : de Jérusalem à la Cisjordanie à Gaza : 422 entre villes et villages, avec un total de 50 320 bâtiments historiques ».

Avec l’achèvement du Registre national des bâtiments historiques, qui a duré 13 ans, RIWAQ dispose désormais d’une archive complète de données et d’informations, utile pour orienter des centaines d’architectes et de travailleurs spécialisés dans la réhabilitation et la restauration de bâtiments historiques dans les villes et les zones rurales.

Dr. KHALDOUN BISHARA
Spécialiste de la restauration architecturale et directeur de Riwaq
« RIWAQ dispose d’une équipe spécialisée de concepteurs et d’architectes expérimentés qui ont participé à des cours spécialisés et des études en restauration. Mais la meilleure école de restauration continue d’être les bâtiments dans lesquels nous travaillons ».

La ville de Qalandiya, au nord de Jérusalem, est l’une de celles qui comprend des bâtiments historiques qui doivent encore être récupérés. Un exemple : son quartier archéologique d’Al-Haqqiyeh, utilisé à des fins sociales, était auparavant délaissé et sur le point de s’effondrer. Lors de notre visite dans la petite ville de 1700 habitants, l’architecte de RIWAQ, Aya Tahhan, a parlé de l’importance de préserver ce quartier et de lui donner une nouvelle vie.

AYA TAHHAN
Architecte
« Ce bâtiment à usage public, au profit des habitants de la ville, du village et des villages voisins, est un exemple du mode de fonctionnement de RIWAQ. L’objectif est de créer un environnement culturel et social adapté pour changer les opinions des gens sur les bâtiments anciens ».

RAAFAT AWADALLAH
Président du Conseil Municipal - Qalandiya
« En préservant ces bâtiments, nous préservons notre patrimoine, nos origines et notre existence dans ce pays. Si nous perdons ce bâtiment et d’autres bâtiments similaires, nous perdons notre héritage et notre identité ».

Site web => Cliquez ICI

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Découvrez la Terre sainte

Agenda
septembre 2018 :

Rien pour ce mois

août 2018 | octobre 2018

newsletter