Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Qumran
      Qumran

Qumran


Jusqu’à ce qu’on découvre les rouleaux, le site archéologique voisin de Qumrân n’avait guère suscité l’attention. La découverte des manuscrits dans les années 50 par des bédouins va changer la donne et parer d’attraits nouveaux ce site, qui devient un acteur sinon un témoin probable des événements qui ont conduit des hommes à entreposer ou cacher des milliers de manuscrits dans les grottes avoisinantes...

Les tout premiers chercheurs « Qumrâniens » (notamment Roland de Vaux) vont rapidement établir un lien entre les écrits dits « communautaires » – qui constituent environ un tiers du fonds découvert –, les esséniens et le site archéologique. Ces écrits avaient sans doute été cachés au cours du 1er siècle de notre ère, quand les armées romaines de l’empereur Titus (68) avaient détruit le Temple de Jérusalem et pourchassé les communautés juives qui avaient ainsi mis à l’abri leurs documents jugés les plus précieux.

C’est ce grand site archéologique situé à une quinzaine kilomètres de Jéricho et qui surplombe la Mer Morte que nous avons visité avec Sœur Rebecca. On y distingue très bien les lieux des bains rituels, le réfectoire, le scriptorium mais bien des mystères demeurent autour de ce vaste ensemble, de la communauté qui y vivait et des fameux manuscrits retrouvés. Avant la découverte de Qumrân, le plus ancien manuscrit de la Bible connu datait du Moyen Âge. Pour les juifs et les chrétiens, cette découverte a permis de constater que les textes canoniques de référence avaient très peu changé en 2000 ans et que la continuité s’était faite sans heurts.

Nous avons ensuite parcouru encore quelques mètres sous le niveau de la mer pour prolonger cette visite étonnante par un bain délicieux dans les eaux de la Mer Morte (- 400m), constatant combien la richesse de minéraux était bonne pour notre épiderme mais bien moins pour nos yeux et nos langues !

Les bienfaits de la mer Morte ont été découverts il y a 2000 ans, à l’époque d’Hérode le Grand. On raconte que Cléopâtre se plongeait dans des bains de boue de la Mer Morte pour protéger sa peau délicate. Elle est en effet dix fois plus riche en substances minérales que l’eau des autres mers. Les vertus de la Mer Morte ne s’expriment pas uniquement par les eaux. En raison de la forte pression atmosphérique, les ultraviolets sont beaucoup moins nuisibles et l’on peut profiter de bains de soleil bénéfiques pour la peau. L’air est 8% plus riche en oxygène que l’air que l’on respire en bord de mer. Il est donc excellent pour soulager les problèmes respiratoires et les problèmes d’allergies.

Thibault, à quand un séjour au bord de la Mer Morte ?? 😉

Nathalie de Courcel

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter