Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Pelerinage-des-jeunes-synthese-par-Mgr-Delville
      Pèlerinage des jeunes : synthèse par Mgr Delville

Pèlerinage des jeunes : synthèse par Mgr Delville


C’était une belle initiative que de profiter du congé de Toussaint 2017 pour organiser un pèlerinage de vingt jeunes de la lieutenance belge du Saint-Sépulcre en Terre Sainte ! Les yeux encore pleins des images que nous avons vues, je retranscris quelques impressions qui m’ont marqué.

Pour moi, le premier choc après le trajet en avion fut d’arriver juste au cœur de Bethléem chez les Filles de la Charité à l’orphelinat qu’elles organisent dans l’esprit de saint Vincent de Paul. Les sœurs accueillent des dizaines d’enfants orphelins, parfois des nouveau-nés, qui sont abandonnés par leurs familles. La culture locale ne supporte ni le concept ni la réalité des filles-mères. C’est pourquoi, tant d’enfants sont abandonnés. Les sœurs sont les seules à les recueillir. Elles ne sont que deux, mais des puéricultrices les aident. Elles ont appelés leur institut « La crèche de Bethléem ». Elles aiment dire avec un sourire en coin qu’elles sont vraiment une « crèche vivante ». Oui, la plus vivante de toutes les crèches vivantes ! La joie et l’animation étaient au rendez-vous lors de notre visite ; et les jeunes parents du groupe de l’OESS se retrouvaient subitement à jouer avec des enfants ou à les prendre sur leurs genoux alors qu’ils avaient laissé les leurs au pays. En un instant on condensait l’esprit de notre pèlerinage : un retour aux sources de notre foi, un retour au fond de notre cœur.

Un autre événement qui m’a marqué fut notre visite au Saint-Sépulcre. Une bonne partie d’entre nous y a passé la nuit en prière. Puis nous nous y sommes tous retrouvés pour renouveler notre promesse de fidélité à l’Ordre et à son idéal. Ceci se déroulait dans la chapelle latine, en présence de l’adjoint du père Custode ; ce fut un moment émouvant et profond ; il se prolongea par les vêpres de Toussaint, au début desquelles les célébrants et les membres de l’OESS entrèrent un à un dans l’édicule du tombeau pour vénérer le lieu de la tombe de Jésus, sous les yeux de la foule réunie, qui faisait la file pour entrer. Les chevaliers et les dames, ce jour-là, ont revécu le cœur même de leur engagement au lieu source de l’ordre.

Qu’épingler ensuite ? Tout fut passionnant. Mais je dirai volontiers la forte impression que m’a faite la visite au Jourdain, à l’endroit où Jean Baptiste baptisait. Nous y avons célébré une eucharistie émouvante. L’assaut des mouches pendant la célébration a été compensé par la fraîcheur du bain de pieds dans le Jourdain après la messe. Ensuite la Mer Morte s’est offerte à tous dans la beauté de son étendue bleutée et la douceur de ses flots qui vous portent en surface, comme pour une invitation à faire la sieste sur un coussin d’eau !

Le contact avec l’Église locale a atteint son sommet par notre célébration au lieu de pèlerinage de Notre-Dame de Palestine, le jour de la fête, en présence d’une foule réjouie et sous la présidence de l’administrateur patriarcal, Mgr Pizzaballa. Nous avons ensuite été accueillis chaleureusement au Patriarcat et au Séminaire. J’ai découvert le dynamisme de l’Église locale arabophone. Les témoignages de trois Palestiniens chrétiens, au cours de trois soirées, nous ont éclairés sur la situation complexe, parfois pénible, des chrétiens locaux, qu’ils habitent en Israël, en Territoire palestinien ou à Jérusalem : trois lieux et trois conditions de vie différentes.

Puis la Galilée nous a accueillis avec sa douceur. Célébrer devant le lac de Tibériade, à l’endroit présumé de la multiplication des pains, est une vraie joie ; aller sur le mont Tabor est impressionnant ; se retrouver sur la Montagne des béatitudes est un délice ; et dominer la mer depuis le mont Carmel, est une impression inoubliable. Nous avons prié dans la grotte du prophète Élie : on peut dire qu’il savait choisir ses endroits de prière ! Depuis lors, on y prie Notre-Dame du Carmel, étoile de la mer. Une découverte de plus pour moi.

L’amitié et la convivialité ont marqué de plus en plus ce pèlerinage. On est passé du pèlerinage extérieur au pèlerinage intérieur, que chacun a fait dans son cœur. Celui-là non plus ne s’oubliera pas, même s’il n’a pas bénéficié de photos ! Mais il laisse des traces dans notre vie et ouvre une perspective nouvelle pour chacun de nous.

Merci à tous les membres du groupe : vous m’avez renforcé dans ma foi et dans ma joie !

Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter