Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Ordination-episcopale-de-Mgr-Pizzaballa
      Ordination épiscopale de Mgr Pizzaballa

Ordination épiscopale de Mgr Pizzaballa

BERGAMO - L’Eglise de Terre Sainte et celle de Bergame unies dans la joie et l’action de grâce : ce samedi 10 septembre 2016, le frère Pierbattista Pizzaballa ofm, Administrateur Apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem a été ordonné évêque, en la cathédrale de Bergame, dans le nord de l’Italie.


« Je veux être évêque pour tous, pour ceux qui me sont confiés, avant tout. Mais aussi pour ceux qui partagent l’amour et la sollicitude pour le Moyen-Orient, pour les juifs et les musulmans, pour les plus pauvres, pour l’Eglise tout entière » a assuré Mgr Pizzaballa, au terme d’une célébration empreinte de solennité et d’émotion, à laquelle ont participé de nombreux fidèles de Bergame, venus entourer de leurs prières le nouvel Administrateur Apostolique du Patriarcat latin, nommé le 24 juin dernier par le pape François, et ordonné évêque sur sa terre natale.

La messe, présidée par le Cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, concélébrée par le Patriarche émérite Mgr Fouad Twal et Mgr Francesco Beschi, évêque de Bergame, a rassemblé autour de Mgr Pizzaballa une trentaine d’évêques, -venus d’Italie, de Turquie, de Bahrein entre autres-, quelques nonces apostoliques, – d’Israël et Palestine, Jordanie et Irak, Canada-, de nombreux prêtres et religieux, dont plusieurs franciscains de la Custodie de Terre Sainte, et l’actuel Custode, le frère Francesco Patton ofm. Une importante délégation du Patriarcat latin, composée de Mgr William Shomali, de Mgr Giacinto Boulos Marcuzzo, du père David Neuhaus, du père George Ayoub, du père Imad Twal et de plusieurs prêtres, a également fait le déplacement. A noter encore la présence de Mgr Bacouni, archevêque grec-melkite de Haïfa, et de Mgr Moussa el -Hage, au nom de l’Assemblée des Ordinaires Catholiques de Terre Sainte, et celle de Mgr Nektorius, représentant l’Eglise grecque-orthodoxe de Jérusalem, lequel a offert une croix pectorale à Mgr Pizzaballa, signe de l’amitié tissée pendant plus de douze ans entre l’ancien Custode et le Patriarche de Jérusalem Théophile III.

« Sufficit tibi gratia mea »- « ma grâce te suffit » (2 Co 12), telle est la devise épiscopale choisie par Mgr Pizzaballa, lequel, s’adressant à l’assemblée, a parcouru brièvement les étapes fondamentales de son chemin de foi, caractérisé par une continuelle « recherche de sobriété et de sincérité », depuis son enfance heureuse en Italie, ses années de séminaire, son départ pour la Terre Sainte, -une terre qui, a-t-il confessé non sans humour, ne l’avait jamais attiré-, et sa mission de Custode. C’est à présent à l’Eglise de Terre Sainte que Mgr Pizzaballa « confie sa vie », au service des fidèles, et de « ses » prêtres, à qui il s’est adressé en arabe.

« Sur mon blason, a-t-il précisé, je n’ai voulu mettre que deux choses : Jérusalem et la Parole ». Et c’est sur un vibrant appel pour la paix de Jérusalem qu’a conclu Mgr Pizzaballa : « non pas une paix qui soit suppression des différences, annihilation des distances, ni une trêve ou un pacte de non-agression, garanti par des accords ou des séparations. Je demande une paix qui soit un accueil cordial et sincère de l’autre, une volonté tenace d’écoute et de dialogue, des voies ouvertes sur lesquelles la peur et le soupçon cèdent le pas à la connaissance, à la rencontre et à la confiance, où les différences deviennent opportunités de compagnie et non prétextes de refus réciproque » ; avant de promettre un engagement personnel afin que surgisse « pour toute l’Eglise et sur tous les hommes de la terre », la « paix de Jérusalem ».

La situation complexe et douloureuse de la Terre Sainte, ainsi que ses espoirs de paix ont également été évoqués par le Cardinal Sandri dans son homélie : « être évêque de l’Eglise latine de Jérusalem, l’administrant (…) au nom du Saint-Père, (…) est une tâche difficile », a-t-il reconnu « mais une tâche qui pourra être vécue dans la joie et avec une sereine détermination, ancrée dans la Parole de Dieu, et non dans nos projets humains ». « Tant de cœurs en Terre sainte, et surtout sur le territoire du Patriarcat latin, ont soif de justice et de paix, a-t-il poursuivi ; des aspirations qui « avant même d’être revendiquées comme droits doivent être désirées et mises en œuvre, pas seulement avec les juifs et les musulmans, mais au sein même de l’Eglise, et dans les relations avec les autres Eglises ». « L’unique moyen en notre possession pour éviter que les chrétiens ne partent du Moyen-Orient », a encore affirmé le Cardinal, « ou n’en soient chassés en raison de projets obscurs, est de trouver toujours des moyens, anciens et nouveaux, pour être une Eglise en sortie, qui a à cœur la promotion d’espaces de rencontre et de réconciliation ».

Manuella Affejee pour www.lpj.org

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter