Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Notre-Dame-Reine-de-Palestine-Homelie
      Notre-Dame Reine de Palestine : Homélie

Notre-Dame Reine de Palestine : Homélie

BRUXELLES - Ce 15 octobre, la lieutenance de Belgique a fêté Notre-Dame Reine de Palestine. Nous vous proposons l’homélie prononcée par Mgr Jean Kockerols, le grand-prieur de la lieutenance, à cette occasion.


Homélie pour la fête de N.D. de Palestine 2016

Le blason de notre nouveau Cardinal comporte un seul dessin : la Jérusalem céleste, telle qu’elle est évoquée par la finale de l’Apocalypse (21,1-5a). On lui a récemment reproché que dans ce dessin stylisé d’une ville, il n’y ait aucun clocher. C’est une remarque idiote. Car la Jérusalem du ciel n’aura plus d’église. Elle n’en a plus besoin : elle sera toute Eglise, temple du Dieu vivant. Cette cité sainte sera la demeure de Dieu parmi les hommes. Ce passage de l’Apocalypse est d’une espérance inouïe : toute larme sera essuyée, la mort ne sera plus, le monde ancien aura disparu. Voici, dit Dieu, que je fais toutes choses nouvelles.

Cette lecture est tout à fait appropriée pour cette fête : car si elle parle de Jérusalem, cette ville qui a une grande place dans l’Ordre du S. Sépulcre, dans notre cœur et notre prière, elle met cette ville en corrélation avec l’espérance de tous les hommes. Celle de la paix, de la réconciliation. Il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni souffrance. Jérusalem, où tous ensemble ne font qu’un (Ps 122), est le symbole de l’espérance de chrétiens, à la suite d’Israël. Et celle qui porte cette espérance, c’est l’Eglise aujourd’hui, à la suite de Marie, demeure de Dieu parmi les hommes. L’Eglise, au nom de Dieu, doit dès maintenant essuyer toute larme des yeux. L’Eglise est, à la suite de Marie, le signe avant-coureur de la Jérusalem d’en haut. Et elle doit donc voir, avec les yeux de la foi, ceux de Marie, que Dieu dès maintenant fait toutes choses nouvelles. Elle doit en témoigner. Oui, ce qui nous est promis, ce qui adviendra, ce ciel nouveau et cette terre nouvelle, est ce qui avec Marie et l’Eglise advient déjà, en toute humilité. L’espérance est humble : elle a la force des humbles.

Ainsi en appelait le Concile Vatican II : « Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ. » (Gaudium et spes §1)

C’est l’attitude du vieillard Syméon qui nous aide à vraiment comprendre comment nourrir notre espérance (Luc 2, 27-35). Ce n’est pas pour rien qu’au soir de chaque jour que Dieu fit, moines et moniales reprennent en chantant le cantique de Syméon. Le vieil homme avait fait preuve de patience et de persévérance, il avait attendu car il avait mis sa foi dans les promesses de Dieu, selon sa Parole. C’est la première attitude qui nous est proposée en tant que chrétien : mettre notre foi dans les promesses de Dieu et inscrire notre foi dans la patience et la persévérance. Marie nous précède sur ce chemin, quand elle répond à l’annonce de l’Ange : qu’il me soit fait selon ta parole. Confiance dans les promesses de Dieu.

Ensuite, il y a ce regard de Syméon, regard usé, presque aveugle quand on regarde le tableau qu’en a fait Rembrandt. Ces yeux-là ont pourtant vu. Qu’ont-ils vu, si ce n’est un petit enfant, avec des pauvres, des parents qui ne comprennent pour ainsi dire rien à ce qui se passe. C’est la deuxième attitude qui nous est proposée en tant que chrétien : acquérir un regard si pénétrant face à ce qui est petit, humble, discret, a priori insignifiant, et qui pourtant est là pour révéler la présence et l’amour de Dieu parmi les hommes : lumière pour éclairer les Nations, gloire de ton peuple Israël.

Enfin, le vieillard s’en remet à la bonté de Dieu. Il rend l’enfant à sa mère. Ses mains sont ouvertes et vides. Il sait qu’il peut tout remettre en Dieu : maintenant tu peux laisser s’en aller ton serviteur en paix. Après tout ce qu’on a fait et tout ce qu’on a dit, savoir tout confier, joies et peines, succès et échecs, tout remettre entre les mains de celui qui est la source de l’amour.

L’Eglise, à la suite de Marie, témoigne de l’espérance des hommes. Elle fait confiance aux promesses de Dieu. Elle apprend à voir, au-delà du visible. Elle confie tout à Dieu. Car elle sait que lui, le Sauveur des hommes, fait toutes choses nouvelles.

+ Jean Kockerols
Grand prieur de la Lieutenance belge

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

newsletter