Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Nazareth-messe-de-cloture-et-envoi
      Nazareth : messe de clôture et envoi

Nazareth : messe de clôture et envoi

C’est dans la basilique de l’Annonciation que nous avons célébré notre dernière messe en Terre sainte. Voici l’homélie prononcée par Mgr Delville.


Homélie 5 novembre 2017 31e dimanche A

Basilique de l’Annonciation, Nazareth
Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Chers Frères et Sœurs,

C’est une grande joie pour moi de conclure notre pèlerinage à Nazareth, à deux pas de la maison de Marie !

Ce pèlerinage a été un moment très intense, en particulier grâce aux rencontres que nous avons pu faire. Mais si je continue comme cela, est-ce que je ne risque pas, comme les pharisien de l’évangile (Mt 23, 1-12), d’être un peu trop prétentieux ? Est-ce que nous ne risquons pas d’être trop fiers de nos moments de prière et de nos démarches de piété ?

Il est vrai que Jésus n’accuse pas les pharisiens pour leurs prières et leurs paroles, mais pour ce qu’ils font et qu’ils font de travers. Dans le judaïsme en effet, on a l’habitude de préciser dans le détail ce qu’on fait dans la vie pour respecter la loi de Dieu. C’est grâce à ces précisions qu’une culture très précise s’est développée et a permis au judaïsme de résister aux persécutions. Cela signifie aussi des débats internes sur les manière d’observer la loi ; on trouve même dans le Talmud une critique des manières de faire des pharisiens très semblables à celles de Jésus. Ce n’est donc pas le respect de la Loi qui est critiqué par Jésus, mais la manière ostentatoire, orgueilleuse et hypocrite de pratiquer sa religion. Par rapport à cela, Jésus nous invite à vivre notre foi dans l’humilité.

Jésus conclut en effet en disant : « Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé ». Jésus ne loue pas celui qui croit être totalement en règle par rapport à sa foi et à sa pratique de vie, c’est-à-dire les pharisiens de son temps. Il loue l’homme qui reconnaît sa petitesse et ses torts, comme le publicain de la parabole. En effet, la prière de celui-ci est vraie et loyale. Par la prière, nous reconnaissons notre faiblesse, nous sommes authentiques devant Dieu. Nous prenons le temps de nous exprimer et de lui exprimer nos désirs.

Comme le disait hier le gardien du couvent de Nazareth en introduisant la procession aux flambeaux, Marie nous frappe ici à Nazareth par son attitude d’humilité et par sa prière. En effet, malgré l’annonce grandiose qui lui est transmise et qui fait d’elle la mère du Messie, Marie ne s’enorgueillit pas. Elle se reconnaît comme « la servante du Seigneur ». Quand nous sommes ici à côté de sa maison, dont le fond a été taillé dans le rocher, nous reconnaissons la pauvreté de Marie et de son milieu de vie. Nous sommes émerveillés de voir que l’Annonciation n’a pas eu lieu dans un genre de palais, comme le montrent certaines peintures, mais dans une maison taillée à même le roc. Et c’est là, à deux pas de cette chapelle, que Dieu s’est fait homme. Comme le dit l’inscription gravée dans le pavé : « Hic Deus caro factus est » : « Ici, Dieu s’est fait chair ». Marie a accueilli se mystère dans la prière et l’action de grâces.

Ainsi, la prière nous permet de ne pas nous limiter à nos propres désirs, mais de prendre en charge ceux des autres et ceux de Dieu ! Nous prions alors pour les autres, nous nous unissons à eux, en portant devant Dieu leurs besoins ; par le fait même nous devenons sensibles aux besoins des autres. Notre cœur s’ouvre et devient meilleur, grâce à la prière. Enfin, en ouvrant nos cœurs aux autres, nous ouvrons aussi les cœurs à l’action de Dieu, comme l’a fait Marie : Dieu peut agir dans le monde, si les cœurs sont prêts à recevoir sa grâce. Par la prière, nous ouvrons la porte à Dieu et à son action en nous et dans le monde.

Ainsi en nous ouvrant aux besoins des autres, nous ouvrons notre cœur à la mission et au témoignage. Et si nous sommes effrayés par la grandeur de la tâche, le Seigneur nous donne sa grâce, comme il l’a fait à Marie par la voix de l’ange : « Je te salue, Marie, pleine de grâces. Le Seigneur est avec toi ». Elle répond en montrant sa disponibilité : « Qu’il me soit fait selon ta parole ». Nous aussi, reconnaissons toute l’attente de Dieu à notre égard, tous les besoins de notre monde, tous les besoins de notre vie, tous les besoins de notre ville, et portons-les devant le Seigneur comme Marie et comme le publicain de la parabole. Dieu entendra notre prière, il élargira nos horizons, et à nous confiera à chacun sa mission !

Amen ! Alleluia !

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter