Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Musee-de-la-Tour-de-David
      Musée de la Tour de David

Musée de la Tour de David


Qu’il est agréable de s’appeler David à Jérusalem ! La cité de David, l’étoile de David, la tombe de David, la Tour de David… toute la ville semble s’être unie pour me dire « Shalom David ». Inconsciemment, chaque visite placée sous le signe de mon royal et prophétique saint patron a anticipativement suscité en moi un intérêt a priori positif. Et, une fois la visite effectuée, ces pressentiments favorables ont toujours été confirmés par l’expérience. La Tour de David n’a pas dérogé à cette heureuse mécanique.

Vestige de l’antique citadelle, la Tour de David se trouve à proximité immédiate de la porte de Jaffa. Elle fut bâtie par les Juifs au IIe siècle av. J.-C., et connut de nombreuses destructions et reconstructions, suite aux passages des différents occupants de la ville, qu’ils soient romains, byzantins, musulmans, mamelouks ou ottomans. Cette place forte était donc le lieu idéal pour installer le centre d’interprétation qui l’occupe actuellement, et qui retrace les 3000 ans d’histoire de Jérusalem. Il convient effectivement de parler de centre d’interprétation plutôt que de musée car, bien que les vestiges archéologiques de la citadelle soient nombreux, les artéfacts exposés s’avèrent être extrêmement limités, et l’essentiel de l’espace d’exposition consiste en des reconstitutions, des maquettes, des panneaux explicatifs et des illustrations, au demeurant très bien réalisés.

La reconstruction historique n’est jamais évidente au moment de retracer l’histoire d’un lieu ou d’un peuple, et elle s’avère particulièrement délicate lorsque, comme c’est le cas à Jérusalem, plusieurs communautés s’en disputent l’héritage. Force est néanmoins de constater que le travail opéré à la Tour de David est réellement satisfaisant. Les différentes phases de l’histoire de la ville y sont traitées d’égale façon, et son évolution y est présentée de la manière la plus factuelle possible. Seules quelques tournures de phrases de notre excellent guide Yoni laissaient transparaître une appartenance clairement juive, que nous comprenions sans peine comme autant de déclarations d’amour de sa part vis-à-vis de sa ville.

Outre les qualités de la mise en exposition, nous avons pu apprécier une vue imprenable à 360°, du haut de la Tour de Phasaël, où nous avons pu reconnaître bon nombre des lieux que nous avions visités durant les vingt-quatre heures précédentes. Le seul trésor de la citadelle qu’il ne nous a pas été permis d’expérimenter, est sa fonction de lieu de spectacle en plein air. Assurément, l’écrin que représente ces imposantes murailles, constitue, à n’en point douter, un atout majeur pour les spectacles qui s’y déroulent. Probablement, à la faveur d’un autre déplacement à Jérusalem, je me laisserai tenter par l’une ou l’autre représentation qui s’y produira à ce moment-là. Vivement le prochain voyage !

David Colling

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter