Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Mont-Thabor
      Mont Thabor

Mont Thabor


Nous quittons notre refuge de Bethléem de bonne heure. Après les vallées sèches et lunaires de la Samarie, nous rejoignons la Galilée, caractérisée par ses décors à couper le souffle, alternant bourgs et vallées verdoyantes. Des cultures riches et variées s’offrent à nous. Le grenier d’Israël semble être à nos pieds. Le puit de Jacob n’est qu’à un jet de pierre. Mais ce sera pour une prochaine fois.

Nous voici enfin au pied du Mont Thabor. Le Thabor ressemble à un autel surélevé, que Dieu aurait construit en son propre honneur. L’ascension peut commencer. Après de multiples lacets et autres épingles à cheveux, nous arrivons à 588m d’altitude au sommet du Mont Thabor. Le panorama à 360° sur les vallées alentour est magnifique et la vue sur la riche vallée du Jourdain est imprenable.

Dans la tradition chrétienne (depuis le IVe siècle), le mont Thabor est lié à l’événement de la Transfiguration de Jésus de Nazareth devant ses trois apôtres Pierre, Jacques et Jean. Au XIXe siècle, des frères franciscains prennent possession des lieux, où ils construisent un monastère, auquel, en 1919, s’ajoutera la construction de la basilique actuelle. L’église est de type basilique catholique romaine de style romano-syriaque.

L’ambiance appelle à la prière et à la méditation. Mes premières impressions offrent un sentiment de chaleur et de calme. Un souffle de paix s’empare de moi.

L’ambiance feutrée provient de la lumière tamisée qui se fraye un chemin via les vitraux opaques d’albâtre. Le jour qui s’infiltre à l’intérieur de l’église est là pour rappeler la lumière divine qui entoure Jésus au moment de la Transfiguration, comme il est écrit dans les Évangiles (Matthieu 17/2).

La crypte en dessous de l’abside renferme nombre d’éléments architecturaux datant de la période byzantine et de l’époque croisée. C’est là que prend place notre office de jour. Le plafond cintré au dessus de l’autel scintille de dorures et de fresques de couleurs vives sur un fond de ciel bleu, comme pour rappeler au pèlerin la proximité de la voûte céleste.

Mais pas de temps pour tergiverser. Le rôle de cérémoniaire qui m’a été assigné requiert préparation et organisation. Pas question de faillir ! Burettes, calice, hosties, livre des lectures, tout est prêt. Ça y est, l’office peut enfin commencer. Nous nous dirigeons en procession vers la crypte.

En ce jour de la commémoration des défunts, Mgr Delville nous enseigne que pour mieux appréhender le monde et ses difficultés, il faut être à même de prendre de la hauteur, à voir de plus haut, du sommet de la montagne. Pour se faire il faut gravir les chemins qui mènent au sommet de la montage, au prix de souffrir en chemin. C’est à travers les épreuves et les souffrances que surgira la source de vie éternelle. Les épreuves sont une purification, un purgatoire, qui nous permet d’entrer dans la vie de Dieu et de l’apprécier à sa juste valeur. Quel meilleur endroit que la Basilique de la Transfiguration au sommet du Mont Thabor pour mettre à profit ses enseignements.

La célébration s’achève. Le lunch chez les Frères Franciscains nous attend.

Puis ... en route vers Nazareth.

Emmanuel Brasseur

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter