Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Messe-votive-de-la-nuit-de-Noel
      Messe votive de la nuit de Noël

Messe votive de la nuit de Noël


Homélie à la crèche de Bethléem 2017 Orphelinat des Sœurs de la charité

Jean-Pierre Delville, évêque de Liège
28 octobre 2017

Chers Frères et Sœurs !

Nous venons d’entendre l’évangile de la naissance de Jésus. Je voudrais souligner ici le contraste entre les deux parties de ce texte. La première nous parle d’une histoire de famille, une histoire mouvementée et un peu dramatique, avec un accouchement improvisé et dangereux (Lc 2,1-7). La seconde nous montre la face merveilleuse de cette histoire, la présence de Dieu dans cette famille bousculée et le rôle de pauvres bergers dans l’interprétation de cette naissance (Lc 2,8-14).

Commençons par l’histoire de famille. Cette histoire du couple de Joseph et de Marie, c’est un petit drame, c’est un vrai roman ! Ils habitaient à Nazareth en Galilée ; mais voilà qu’ils apprennent qu’ils doivent aller à Bethléem en Judée pour se faire recenser dans la ville d’origine de Joseph. Cela tombait mal : Marie était enceinte et elle devait accoucher bientôt. Ce n’était pas le moment de faire un voyage de 129 km à pieds et de monter jusqu’à 1000 m. d’altitude. Qui plus est, Joseph avait appris peu auparavant que sa femme était enceinte alors qu’ils n’avaient pas encore habité ensemble (Mt 1,18-25). Il a d’abord cru qu’il y avait un autre homme dans la vie de Marie. Puis il avait eu une révélation suivant laquelle Marie était enceinte par l’action mystérieuse de Dieu, par l’action de l’Esprit Saint. C’est pourquoi Joseph accepta quand même de prendre Marie chez lui. C’est avec tout cela en tête que cette petite famille arrive à Bethléem. Marie sent que l’accouchement est proche. Elle demande une chambre à l’auberge. Malheureusement il n’y avait pas de place pour eux, c’était plein. Marie a donc dû accoucher dans l’étable et poser l’enfant dans la mangeoire des animaux.

Triste bilan ! Cette histoire ressemble à des situations que nous connaissons aujourd’hui ! Cela ressemble aux histoires des enfants qui sont accueillis dans cet orphelinat. Ils ont été abandonnés par leur famille, parce que les jeunes mamans qui accouchent hors mariages sont durement condamnées. Elles ont été mal vues par leur mari et leur famille. Cela fait penser au couple de Marie et Joseph. Là aussi, il y a eu des soupçons et des doutes entre les époux ; c’est l’histoire d’un couple qui a pensé à divorcer. Cela ressemble à des histoires de séparations ou de divorces telles nous les connaissons. Nous savons que c’est dur à vivre. Qui plus est, ce couple de Marie et Joseph est lancé sur les routes de la vie de façon impitoyable. Ils doivent quitter leur domicile pour des raisons politiques et administratives. Cela nous fait penser aux couples qui vivent dans la précarité et la pauvreté. Cela nous fait penser aux familles victimes de la guerre, qui doivent fuir leur maison et deviennent des réfugiés. Certaines arrivent chez nous et il faut trouver de la place pour les accueillir.

Si on arrêtait l’histoire à ce stade, on serait dans la tristesse et le désarroi. On serait dans le noir de la nuit, dans l’impasse, et dans la banalité du quotidien. Mais voilà qu’arrive un nouvel éclairage sur ces événements. Les acteurs du changement, ce sont de pauvres bergers. Ils ont une révélation faite par un ange de Dieu, qui leur dit : « Ne craignez pas ! Aujourd’hui vous est né un sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire ». Les bergers ont cru à ce message. Ils se mettent en route et trouvent l’enfant. Puis, comme l’écrit l’évangéliste Luc : « Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant […]. Ils repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé » (Lc 2,17.20). Ces bergers ont eu un tout autre regard sur l’enfant né pauvrement et couché dans une mangeoire. Ils ont compris que c’était un sauveur de l’humanité. Au lieu de se plaindre, ils louent Dieu. Au lieu de se taire, ils parlent de ce qu’ils ont vu. Sans eux nous ne saurions pratiquement rien de la naissance de Jésus. Et grâce à eux, nous sommes ici ce soir à écouter ce message d’espérance.

Grâce aux bergers, nous comprenons que Dieu était présent dans la vie de famille de Marie et Joseph, et de leur enfant Jésus, même au cœur des doutes et des épreuves qu’ils ont dû vivre. Cela veut dire qu’à la crèche, nous retrouvons de l’espérance pour toutes nos familles.

Ici aussi dans cet orphelinat, nous vivons le miracle de Noël. Comme disait la sœur directrice, ici c’est une « crèche vivante » ! Ici on accueille les enfants abandonnés. Ici on revit l’accueil que Marie et Joseph ont réservé à l’enfant Jésus. Ici on vit l’amour autour de l’enfant, comme il y a 2000 ans.

Mais il y a plus encore. Le message de la crèche s’adresse à toute l’humanité. « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime », disent les anges aux bergers. L’enfant Jésus est un sauveur pour toute l’humanité. Il nous sauve de nos péchés, c’est-à-dire de nos erreurs et de nos errements. Il nous donne une piste d’amour, valable pour tous.

Alors dans cette rencontre à la crèche, soyons tous comme les bergers à la crèche : nous aussi, pèlerins du Saint-Sépulcre, nous avons pris la route comme les bergers ; nous sommes des gens qui écoutent la voix de Dieu, des gens qui croient en son message, des gens qui se déplacent, qui ouvrent leurs yeux, des gens qui adorent l’enfant Jésus et des gens qui racontent ce qu’ils ont vu. De bergers à la crèche, ils vont devenir des bergers de leur peuple, des bergers de toute l’humanité ! Remercions-les et marchons sur leurs traces ! Amen ! Alleluia !

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter