Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Meditation-de-Mgr-Pizzaballa-sur-l-Evangile-du-premier-dimanche-de-careme
      Méditation de Mgr Pizzaballa sur l’Evangile du premier dimanche de (...)

Méditation de Mgr Pizzaballa sur l’Evangile du premier dimanche de carême

CAREME - En ce temps de Carême, nous vous proposons des méditations de prêtres du Patriarcat, en lien avec l’Evangile du jour


Méditation de Mgr Pizzaballa sur l’Evangile du premier dimanche de carême

5 mars 2017

Premier dimanche de Carême, année A

Le premier dimanche de Carême nous conduit dans le désert, où Jésus est poussé par l’Esprit pour être tenté par le diable (Mt 4,1-11).

Tous les évangiles synoptiques sont d’accord pour mettre l’épisode des tentations immédiatement après celui du Baptême : là-bas Jésus a choisi un style, un visage précis, celui du serviteur humble et obéissant, qui fait de la Volonté du Père son chemin de vie. Et le Père est heureux de ce choix et a consacré Jésus en faisant descendre sur Lui l’Esprit.

A la suite de cela, Jésus ne part pas aussitôt pour sa mission de salut, pour la proclamation du Royaume, mais humblement se laisse porter dans un lieu de solitude et de silence : la mission de Jésus commence dans le désert. Pourquoi ?
Peut-être parce que lors de son Baptême, Jésus avait rencontré le Père, avait entendu sa voix, avait eu la certitude de son amour.

Dans le désert, Jésus rencontre l’homme, l’homme qu’il est Lui-même, avec sa faiblesse, sa fragilité, ses illusions. Ce n’est pas une circonstance fortuite, par conséquent, qui le fait aller au désert, c’est plutôt une grâce. Et d’ailleurs c’est l’Esprit qui y conduit ses pas (Mt 4,1).

Dans le désert Jésus traverse et connaît les régions les plus désolées et les plus sombres de l’âme humaine, les plus éloignées de Dieu, les nôtres : s’Il veut nous sauver, Il doit nécessairement commencer par là.

Parfois, nous passons toute notre vie à éviter l’expérience de la rencontre avec nous-mêmes, pour échapper au désert, pour esquiver ce lieu qui nous permettrait de démasquer les mensonges qui nous habitent, de reconnaître nos illusions, nos fuites, notre fausse image de Dieu.

Jésus commence par là parce qu’il n’y a pas de mission sauf à partir de l’humble connaissance de soi et de la nécessité personnelle d’être sauvé. C’est seulement de cette façon que l’on apprend l’abandon confiant au Père. Dans le désert, donc, Jésus est mis à l’épreuve.

Mais qu’est-ce que la tentation ?

Pour comprendre un peu mieux, nous devons faire un pas en arrière et revenir à la première tentation dont parle la Bible, celle qui est arrivée dans le jardin, où les deux protagonistes sont Adam et Eve (Gen 3).

Dans le jardin, les hommes ont tout, sauf ce qui peut causer leur mort.
Mais le tentateur leur insinue l’idée que cette limitation est un manque, qu’en réalité, Dieu est jaloux de ce qui est à Lui, et que de Lui nous ne pouvons pas attendre la vie en plénitude : il ne reste qu’à le prendre par soi-même.
Voilà ce qui arrive à Jésus dans le désert.

Le diable lui propose de tout avoir, la richesse, le pouvoir, le succès.
En fait, cela ne serait même pas une mauvaise chose.
Le problème est que, pour le diable, cela n’est possible seulement qu’en le prenant par soi-même, sans que ce soit le Père qui le donne. Avoir tout, mais sans demander, sans attendre, sans recevoir.

Une relecture de cette tentation se trouve dans la parabole des vignerons homicides (Mt 21,33 sq) qui pensent qu’ils peuvent obtenir l’héritage au seul prix d’éliminer celui qui est l’héritier. Et la déception tient du fait qu’ils ne comprennent pas que l’héritier est juste venu pour partager son héritage avec nous, pour tout nous donner.
Alors, il devient clair que toutes les tentations concernent Dieu, l’image que nous avons de Lui, notre relation à Lui. La tentation arrive là où nous sommes appelés à faire confiance et à nous abandonner, sans tomber dans la tromperie de la préoccupation dont nous avons parlé dimanche dernier (Mt 6 , 24-34), sans s’isoler dans l’indépendance autonome, laquelle prétend que nous pouvons sauver nos vies par nous-mêmes.
Jésus ne tombe pas dans ce piège : le diable propose toutes ces choses, Jésus choisit la relation et l’obéissance filiale.

Et dans cette relation, Il trouve tout, Il reçoit tout : « Tout m’a été remis par mon Père » comme il est écrit plus loin (Mt 11,27).

Tout ce que, selon le tentateur, Jésus devrait prendre par lui-même, Jésus choisit de le recevoir du Père, et ainsi Il l’aura en plénitude : Il aura la vie, Il aura la gloire, Il aura la seigneurie sur toutes choses ; le Père va donner au Fils la Vie, mais Il va Lui donner justement parce que Jésus saura la recevoir comme un cadeau, tout en restant dans une relation d’obéissance absolue et de confiance. Certain que le Père donnera beaucoup plus que ce que l’on peut espérer et désirer.

Concluons avec deux remarques.

La première est que le diable tente Jésus en citant la Parole de Dieu.
Ce qui veut dire qu’il a aussi la possibilité d’utiliser, d’entendre la Parole de Dieu, mais sans Dieu, contre Dieu. En utilisant la Parole sans écouter la voix de Dieu, sans obéir. La tentation est exactement comme s’affranchir totalement de Dieu, particulièrement dans les choses qui viennent de lui : la Parole, ou de même, dans la vie.

La seconde est de se demander : mais pourquoi le diable fait-il cela ?
Peut-être parce que si Jésus avait suivi ses instructions, Il aurait certainement eu plus de succès, mais Il n’aurait sauvé personne. Il se serait engagé sur le chemin d’un messianisme triomphant, qui aurait permis de résoudre de nombreux problèmes, mais qui aurait esquivé le seul grand problème de l’homme, celui d’apprendre à croire et à faire de nouveau confiance à Dieu, sans réserve, pour toujours.
Jésus dans le désert, nous montre le chemin à parcourir.

+ Pierbattista

Illustration : Tentations du Christ, mosaïque de la basilique de Saint Marc (Venise), XIIème

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

newsletter