Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Manifestation-des-ecoles-chretiennes-a-Jerusalem
      Manifestation des écoles chrétiennes à Jérusalem

Manifestation des écoles chrétiennes à Jérusalem

JERUSALEM- Les écoles chrétiennes ont manifesté ce dimanche à Jérusalem. Toutes les autres écoles arabes du pays s’unissent à partir de lundi à cette grève illimitée, en signe de solidarité.


Elèves et leurs familles, professeurs, représentants catholiques et musulmans, maires de Galilée, membres arabes de la Knesset : ils étaient environ 6 000, de Galilée et de Jérusalem, à s’être rassemblés ce dimanche devant les bureaux du Premier ministre Benjamin Netanyahu, pour dire « non » à la politique « discriminatoire » du gouvernement israélien à l’encontre des écoles chrétiennes. Ces écoles, sous le coup de restrictions budgétaires, sont en grève illimitée depuis le 1er septembre.

Un droit, non “une aumône”

« C’est un droit que nous demandons, non une aumône ! » s’est exclamé Ayman Odeh, musulman et membre de la Knesset, devant la foule des manifestants. « Nous ne voulons pas manger les miettes qui tombent de la table des ministres », a-t-il poursuivi, en référence à l’épisode évangélique de la Cananéenne (Mt 15). L’égalité des droits est en effet l’une des principales revendications des écoles chrétiennes, d’autant que celles-ci peuvent se targuer de leurs excellents résultats. Environ 34% des étudiants arabes effectuant un cursus à l’université sont issus des écoles chrétiennes alors que celles-ci ne représentent que 4% du secteur scolaire arabe. « Une écrasante majorité d’Arabes travaillant dans le domaine de l’High Tech en Israël vient de ces mêmes écoles que le gouvernement essaie de paralyser », affirme Ayman Odeh. « On ne peut prétendre parler de développement et d’égalité d’un côté, et menacer les écoles qui réussissent, de l’autre », a-t-il encore ajouté.

La mobilisation s’intensifie

Les écoles chrétiennes, dites « reconnues mais non publiques » réclament du gouvernement un financement de 200 millions de shekels (50 millions de dollars) afin de pouvoir faire face aux restrictions budgétaires en vigueur depuis 2 ans ; le ministère israélien de l’Education propose quant à lui un financement maximum de 20 millions de shekels (5 millions de dollars). Proposition insuffisante et inacceptable pour ces écoles, au bord de l’asphyxie économique. Plus déterminées que jamais, elles affirment que la mobilisation se poursuivra coûte que coûte, et s’intensifiera, tant que leurs revendications ne seront pas satisfaites.

En attendant, le mouvement fait tâche d’huile : toutes les écoles arabes d’Israël, -qui regroupent près de 450 000 élèves-, ont annoncé à leur tour avoir rejoint le mouvement de grève, en signe de solidarité avec les écoles chrétiennes. A noter enfin qu’une nouvelle réunion entre le ministère et le Bureau des écoles chrétiennes est prévue mercredi 9 septembre.

Manuella Affejee avec Haaretz.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
juillet 2017 :

Rien pour ce mois

juin 2017 | août 2017

newsletter