Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Les-tombes-de-Jerusalem-pour
      Les "tombes de Jérusalem" pour comprendre la sépulture du Christ

Les "tombes de Jérusalem" pour comprendre la sépulture du Christ

JERUSALEM - La ville de Jérusalem est riche en vestiges de tombes anciennes, remontant avant le Christ, des témoignages visibles que nous donnent à voir comment étaient les sépultures à l’époque de Jésus. Une vidéo du blog de la Custodie nous aide à comprendre le processus de sépulture.


Dans la Jérusalem actuelle, il est un lieu que l’archéologie désigne comme le tombeau de Jésus, le Saint Sépulcre, avec sa longue tradition datant du premier siècle.

Mais comment comprendre l’ensemble du processus de la sépulture de Jésus rapporté par les évangélistes ? Le Père Frédéric Manns, bibliste du Studium Biblicum Franciscanum de Jérusalem tente d’expliquer le rituel en quelques mots.

P. FREDERIC MANNS, ofm
Bibliste, SBF
Nous sommes face à une belle tombe appartenant à la famille du roi Hérode. Tout d’abord nous voyons la pierre qui ferme l’entrée de la tombe...

L’archéologue français Jean Sylvain Caillou explique l’importance du mécanisme de clôture avec la pierre, le même système utilisé pour le tombeau de Jésus.

JEAN SYLVAIN CAILLOU
Institut Français du Proche-Orient,
Je pense que la description de l’Évangile se réfère aux tombes royales, et vient renforcer ainsi l’idée que Jésus a été condamné en tant que Roi des Juifs, qu’Il a été condamné en tant que roi, et qu’Il a été enterré dans une tombe royale.

P. FREDERIC MANNS, ofm
Bibliste, SBF
Cette tombe se trouve dans un jardin. L’Evangile de Jean nous dit que le tombeau de Jésus était dans un jardin. Dans la tradition biblique, le jardin commémore le passage du Cantique des Cantiques dans lequel le marié rencontre la mariée. La mort est une expérience difficile. Dans tous les cas, les Juifs ont cherché à interpréter la mort à la lumière des Écritures.

Nous voici maintenant dans la vallée du Cédron, l’un des nombreux endroits où nous pouvons trouver des restes juifs. En raison des événements qui se sont produits à l’époque du roi Josaphat de Juda, ce lieu s’est fait ensuite appelé prophétiquement la vallée de Josaphat, qui signifie « la vallée où Dieu jugera ».

P. FREDERIC MANNS, ofm
Bibliste, SBF
Voici le tombeau d’une famille sacerdotale. Quand un Juif mourait, on récitait d’abord une bénédiction : Béni sois-Tu, Seigneur, Juste Juge. Ensuite, le corps était lavé et généralement revêtu du dit Talit. Puis, on lui enlevait l’anneau d’or : en réalité on retirait tout l’or, afin que Dieu ne se souvienne pas du Veau d’Or.

P. FREDERIC MANNS, ofm
Bibliste, SBF
Ensuite arrivait le cortège funèbre, avec toujours des femmes qui pleuraient faisant mémoire ainsi de la vie du mort, célébrant ses vertus, ses qualités.

Une des caractéristiques de la préparation du corps était l’onction, ainsi que les différents objets apportés sur le lieu de la sépulture.

P. FREDERIC MANNS, ofm
Bibliste, SBF
Une fois arrivé à l’endroit de la sépulture, le défunt était déposé sur une sorte d’arc et de petits vases contenant de l’huile, du vin et du parfum étaient disposés de part et d’autre. L’huile était utilisée pour allumer les lanternes. Le vin était répandu sur le cadavre pour accélérer la décomposition. Dans l’Evangile, nous trouvons Marie-Madeleine et les autres femmes qui se rendent une seconde fois au tombeau pour oindre le corps de Jésus avec du parfum.

Mais d’où vient la foi en la résurrection des morts, également mentionnée par Jésus lorsqu’en parlant de la destruction du temple, Il avait déclaré qu’il serait reconstruit en trois jours ?

P. FREDERIC MANNS, ofm
Bibliste, SBF
Toutes ces tombes sont du deuxième siècle, mais qu’est-il arrivé au judaïsme à cette époque ? C’est à cette période, que naît la foi en la résurrection des morts. C’était une croyance répandue parmi les Pharisiens et les Esséniens, également adoptée par les chrétiens.

Le Credo de Nicée accentue et réaffirme cette vérité chrétienne : « ressuscité d’entre les morts le troisième jour selon les Ecritures ». Dans le Catéchisme de l’Église catholique, nous trouvons la déclaration suivante : nous croyons fermement - et ainsi nous espérons - que, de même que le Christ est vraiment ressuscité d’entre les morts, et qu’Il vit pour toujours, de même après leur mort les justes vivront à jamais avec le Christ ressuscité et qu’Il les ressuscitera au dernier jour.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Découvrez la Terre sainte

Agenda
novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017

newsletter