Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Les-habitants-de-Cremisan-sont-en-colere-Temoignage-du-cure-de-Beit-Jala
      “Les habitants de Crémisan sont en colère”. Témoignage du curé de Beit (...)

“Les habitants de Crémisan sont en colère”. Témoignage du curé de Beit Jala

BETHLEEM- Les travaux de construction du Mur de séparation ont repris, au sud de Jérusalem. Les bulldozers sont entrés en action ce lundi 17 août à Beir Ona, près de la vallée de Crémisan, où la population ne cache pas sa colère.


“Les bulldozers sont arrivés ce lundi, à 9h du matin, et personne n’avait pris la peine de prévenir les habitants”, déplore le père Aktham Hijazin, curé de Beit Jala. Les ouvriers et leurs bulldozers ont ainsi déraciné une cinquantaine d’oliviers parmi les plus anciens de la vallée, -certains vieux de 1 500 ans-, le tout sous protection de l’armée israélienne.

Plusieurs habitants sont alors allés manifester leur mécontentement auprès des ouvriers et des soldats présents ; le ton est monté, et deux jeunes Palestiniens ont été légèrement blessés.

“Une action contre le passé et le futur des habitants”

“C’est une action contre la justice, contre notre présence ici, contre notre histoire et notre futur, se désole le père Aktham Hijazin. Ces oliviers sont là depuis des siècles et font partie de la vie de ces familles. “Confisquer ces terres, c’est confisquer le passé de ces familles, et l’avenir des futures générations”, précise-t-il.
Mais c’est surtout la présence chrétienne sur ces terres, déjà réduite à peau de chagrin, qui se voit menacée. Nombreux sont ceux, au cours de ces dernières années, qui ont en effet choisi la voie de l’émigration, par manque de perspectives ; “et d’autres familles pensent actuellement à partir elles aussi”, confie le curé de Beit Jala.

“Les habitants de Beir Ona et de Crémisan sont en colère, assure encore le père Hijazin. Les Israéliens leur disent : ‘nous déracinons vos oliviers, mais nous pouvons les replanter ailleurs’. Mais les familles ne veulent même pas en entendre parler ! Ils sont sur leurs terres !”

Une action “qui ne sert pas la cause de la paix”

La prière reste le dernier recours des familles de Crémisan. Une messe sera célébrée chaque jour, à 8h30, sous une petite tente installée à l’ombre des oliviers de la verdoyante vallée. “Nous prions, et nous espérons que l’Eglise et la communauté internationale fassent quelque chose pour protéger la presence chrétienne ici”, conclut le père Hijazin.

Mgr William Shomali, vicaire patriarcal pour Jérusalem, se dit pour sa part “étonné” de “l’entêtement d’Israël”. “Cette persistance à vouloir s’approprier des terres qui ne sont pas les siennes, ne sert en rien la cause de la paix”, affirme-t-il.

Le contentieux judiciaire sur la vallée de Crémisan oppose depuis dix ans maintenant les autorités israéliennes aux familles de la region, dont les terres et les propriétés sont menacées par la construction du Mur de séparation.

En mai dernier, la Cour Suprême israélienne avait donné raison aux familles de la vallée, avant de se rétracter début juillet.

Manuella Affejee pour www.lpj.org

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
septembre 2017 :

Rien pour ce mois

août 2017 | octobre 2017

newsletter