Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Les-ecoles-chretiennes-a-nouveau-en-danger
      Les écoles chrétiennes à nouveau en danger !

Les écoles chrétiennes à nouveau en danger !

JERUSALEM - Quelques semaines seulement avant la fin de l’année scolaire commencée par une grève retentissante, les écoles chrétiennes en Israël sont en grave “danger d’effondrement financier”, le gouvernement israélien et le Ministère de l’Education n’ayant pas respecté leurs promesses. Le Bureau des Ecoles Chrétiennes en Israël a publié un communiqué le 23 mai 2016 exprimant son mécontentent et sa préoccupation et lance, une fois de plus, un appel.


Communiqué

Résumé

Suite aux 27 jours de grève de toutes les écoles chrétiennes en Israël en septembre 2015 :

  • Le gouvernement israélien n’a pas honoré son engagement de transférer 50 millions de shekels aux écoles chrétiennes
  • Le Ministère de l’Education n’a offert aucune solution à la crise financière des écoles chrétiennes
  • Les écoles chrétiennes en Israël sont en danger d’effondrement financier immédiat.

Contexte

Les 47 écoles chrétiennes en Israël qui appartiennent aux Catholiques, aux Orthodoxes, aux Anglicans, à l’Eglise d’Ecosse, à la Christ Church et aux Eglises Baptistes en Israël étaient en grève durant 27 jours en septembre 2015. Ces écoles chrétiennes rassemblent 33.000 étudiants chrétiens, musulmans, druzes et juifs issus de l’ensemble du pays.

Le Bureau des Ecoles avait annoncé une grève sans précédent après que le gouvernement n’ait cessé de réduire le budget alloué à ces écoles, allant jusqu’à en supprimer 45% lors des 6 dernières années. En outre, le ministère de l’Education a publié une ordonnance qui limiterait la possibilité pour les écoles chrétiennes de recevoir des fonds de la part des parents d’élèves. Ces deux mesures nous empêchent de continuer de fonctionner.

Le ministère de l’Education a ensuite suggéré que les écoles chrétiennes rejoignent le système des écoles publiques israéliennes : une proposition que nous avons rejetée.

Ces mesures causent à toutes les personnes qui entretiennent un lien avec les écoles une forte angoisse, alors que les écoles juives orthodoxes, supposées être dans la même catégorie que nos écoles dans le système israélien, reçoivent tous leur financement du gouvernement tout en gardant leur autonomie.

Cette grève sans précédent avait pris la forme de manifestations, de stands de protestations, de rencontres avec la knesset, de rencontres avec les ministres du gouvernement, et de rencontres avec des officiels et des délégations étrangères. Cela avait été couvert par les media israéliens et internationaux.

La grève a pris fin lorsque le gouvernement et les écoles chrétiennes ont abouti à un accord. Cet accord déclarait que les écoles chrétiennes recevraient 50 millions de shekels avant le 31 mars 2016 pour compenser les restrictions budgétaires imposées les années précédentes. Aussi, l’accord déclarait qu’une commission serait formée dans l’unique but de discuter des manières de résoudre cette crise.

Dernières nouvelles

Aujourd’hui, cela fait plus de 50 jours que le délai est dépassé, et le gouvernement n’a toujours pas transféré la somme de 50 millions de shekels. Une commission spéciale a été formée, dirigée par le docteur Shimshon Shoshani. Cette commission s’est réunie trois fois.

Les conclusions comprenaient la recommandation de rejoindre le système des écoles publiques selon ce qui serait convenu ainsi que l’octroi à toutes les écoles chrétiennes de 3 heures hebdomadaires supplémentaires par classe pour « renforcer et préserver l’identité chrétienne et le style de vie particulier aux écoles chrétiennes ». Il était aussi déclaré que le montant des frais de scolarité que les écoles chrétiennes seraient autorisées à prélever serait déterminé par la commission du ministère de l’Education selon les mêmes réglementations qui ont conduit à la crise dans le premier cas. Les écoles chrétiennes ont exprimé leurs commentaires/leurs réserves sur les recommandations mentionnées et ces commentaires ont été notés dans le rapport.

Pour nous, il est clair que ces recommandations ne viennent pas résoudre la crise financière qui résulte de la politique du ministère de l’éducation durant ces dernières années. Nous regrettons le fait que le Ministère de l’Education essaie encore de forcer nos institutions de rejoindre le système public.

A la lumière de ces recommandations, les écoles chrétiennes en Israël risquent un effondrement financier. Si le gouvernement transfère les 50 millions de shekel rapidement, le risque d’effondrement sera reporté d’une année.

Appel

Nous demandons à tous ceux qui reconnaissent l’importance des écoles chrétiennes en Israël (comme un composant essentiel de la présence chrétienne en Terre Sainte) d’apporter leur aide et leur soutien. Nous vous demandons d’approcher le Premier ministre israélien, le Ministre des finances, le Ministre de l’éducation, le Ministre de l’égalité sociale ainsi que les hauts représentants de ces bureaux et les ambassades israéliennes partout dans le monde en demandant :

  • Que la somme de 50 millions de shekels soit immédiatement transférée
  • Que le gouvernement décide d’une somme fixe à verser annuellement aux écoles chrétiennes pour compenser les coupes drastiques.
  • Sinon, qu’une nouvelle loi soit présentée qui crée un nouveau statut aux écoles chrétiennes qui assurerait des fonds suffisant et prendrait en compte leur particularité et leur pérennité sur cette terre.

Cordialement,

Père Abdel Masih Fahim,
Secrétaire Général

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
février 2017 :

Rien pour ce mois

janvier 2017 | mars 2017

newsletter