Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Le-combat-du-cure-de-Beit-Jala
        Le combat du curé de Beit Jala contre le mur de séparation

Le combat du curé de Beit Jala contre le mur de séparation

BEIT JALA – Alors que la Cour Suprême d’Israël a retardé de 6 mois la décision concernant la construction du Mur de séparation dans la vallée de Crémisan, le père Ibrahim al-Shomali, curé de la paroisse de Beit Jala, s’exprime et livre ses impressions à la fois optimistes et prudentes sur l’espoir que peut susciter un tel report. Il répond aux questions de Radio Vatican.


Qu’est-ce que vous inspire la décision de la Cour suprême ?

Ça veut dire qu’ils ne sont pas convaincus par le tracé actuel du mur de séparation, comme il est proposé par l’armée israélienne. Ça nous donne beaucoup d’espoir et nous espérons que la Cour va choisir l’une des alternatives, pour que les chrétiens restent dans la vallée de Crémisan. Donc nous avons de l’espoir pour la prochaine audience, le 30 juillet prochain.

Qu’est-ce que ça signifie pour les habitants de la vallée de Crémisan ?

Que tout le travail qu’ils ont fait a servi à quelque chose. Notre prière, chaque dimanche, chaque vendredi, a servi pour que non seulement le Seigneur illumine le cœur de la Cour israélienne et de tout le monde, et enfin, pour mettre la pression sur Israël. Mais nous avons aussi un peu peur, car la lettre que doit présenter Israël, c’est le 10 avril et la nouvelle audience sera le 30 juillet, donc peut-être qu’ils ont peur de la visite du Saint-Père, qui est toujours avec la justice et avec la cause de Crémisan et la cause du peuple palestinien. Nous espérons que sa visite ne soit pas juste un prétexte pour retarder la décision finale.

Et justement que représente la visite du Pape François en Terre Sainte ?

Le Saint-Père est le papa de tout le monde, donc c’est lui qui connait les besoins de sa communauté. On a beaucoup parlé au Saint-Père de notre situation et moi-même je lui ai donné une lettre, lors d’une messe à Sainte Marthe, sur la situation chrétienne de la Palestine et spécialement sur les terrains qui pourraient être perdus, si la Cour israélienne le décide. Il est toujours avec nous, il connait très bien notre histoire et il est d’un grand soutien, peut-être pas directement pour le moment, mais je sais très bien, indirectement, qu’il a parlé avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et aussi avec le président palestinien. Et je suis sûr que lorsqu’il rendra visite fin mai, à la communauté chrétienne de la Terre Sainte, il dira à ce moment-là quelque chose et qu’il fera quelque chose pour cette communauté.

Pour dénoncer ce projet, vous avez célébré des messes dans la vallée, qu’est-ce que vous comptez faire jusqu’à la nouvelle audience ?

Nous allons continuer avec les paroissiens à aller sous les oliviers pour prier le Seigneur, pour qu’il nous entende, pour qu’il nous écoute, il l’a déjà fait, mais on va continuer notre prière, jusqu’à la fin de la décision de la Cour suprême. Et on va continuer à parler aussi avec les autorités religieuses et les autorités civiles, pour qu’ils mettent encore la pression sur Israël. Car notre question est une question politique et non pas une question judiciaire. On est convaincu que le juge va suivre ce que va dire l’armée, mais aujourd’hui avec cette décision, on a l’espoir qu’il va peut-être prendre choisir une décision générale pour la paix, pour une communauté qui travaille pour la paix, même avec l’armée israélienne.

Et qu’est-ce qui va se passer si la Cour suprême valide le tracé du Mur de séparation ?

On espère qu’on n’arrivera pas à cette décision. Mais si ça arrive, tous leurs enfants et leurs petits-enfants, vont devoir laisser le pays et aller habiter en Europe ou en Amérique. Quoi qu’il arrive, ils ne pourront pas rester en Terre Sainte. Car la zone de Bethléem, où vit la majorité des chrétiens, c’est 16 km2. Avec cette surface, vous ne pouvez pas cultiver votre terrain ou même construire des maisons, car le Mur de séparation entoure toutes les maisons des chrétiens ou les musulmans qui habitent dans la zone de Bethléem. Donc nous n’aurons plus de futur en Terre Sainte et elle sera vide de ses habitants.

Est-ce que selon vous, ce cas de la vallée de Crémisan montre combien c’est difficile pour les chrétiens de vivre ici ?

Pour nous, nous sommes des citoyens en Palestine, des citoyens à 100% palestiniens et on vit bien avec la communauté musulmane ici en Terre Sainte. Il y a des problèmes c’est vrai, mais notre grand problème, c’est l’occupation. Par exemple, moi je suis prêtre et je ne peux pas aller à Jérusalem avec ma voiture. Lundi et mardi, nous avions une retraite spirituelle à Jérusalem et trois prêtres n’ont pas pu y aller car l’armée israélienne ne leur a pas permis. Donc nos difficultés dérivent de l’occupation israélienne qui limite notre liberté, notre accès à Jérusalem et aux lieux saints et même pour travailler à Jérusalem, on doit trouver du travail à Bethléem. Mais c’est difficile d’y trouver un travail et si on arrive à en trouver un, le salaire est très bas. Donc la communauté a toujours besoin de l’aide de l’Église et de la Caritas diocésaine. Donc si ce Mur est construit, la situation de la communauté sera de plus en plus difficile et s’ils traitent comme ça les curés, imaginez comment ils traitent les laïques et tous les autres.

Source : Radio Vatican & www.lpj.org

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Nouvelles de Terre sainte

Agenda
mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

newsletter