Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Laudato-si-pour-sauvegarder-la-maison-commune
      Laudato si’, pour "sauvegarder la maison commune"

Laudato si’, pour "sauvegarder la maison commune"

ROME - Le pape François a officiellement présenté sa nouvelle encyclique le 18 juin 2015. Intitulée « Laudato si’ » (Loué sois-tu), elle traite de l’écologie humaine, de la préservation de la terre et de la vie. C’est la première encyclique entièrement rédigée par le Pape, après la parution en 2013 de Lumen Fidei qui avait été en grande partie écrite par le pape Benoît XVI.


Le nom donné à l’encyclique en dit déjà long : « Loué sois-tu » est tiré du célèbre cantique des créatures de Saint François d’Assise, nom justement choisi par le Pape actuel le jour de son élection. Le saint d’Assise parle des éléments de la Création comme des frères et des sœurs.

Depuis son élection, le pape François n’a jamais caché son souci pour la planète. Parlant de « maison commune », il parle de la terre comme une « sœur » et une « mère ». « Cette sœur crie en raison des dégâts que nous lui causons par l’utilisation irresponsable et par l’abus des biens que Dieu a déposés en elle », s’exclame le Pape dès l’introduction.

S’adressant à tous, pas uniquement les catholiques, le Pape pose avant tout une question, interpelle : « Quel type de monde désirons-nous transmettre à ceux qui viendrons après nous ? ». C’est pourquoi l’encyclique n’est pas consacrée uniquement à l’écologie et au respect de la planète en tant que tel, mais propose de vivre une « conversion écologique », impliquant une protection de l’homme, et du caractère sacré de la vie. Le Souverain Pontife en parlait déjà dans son exhortation apostolique Evangelii gaudium : « Une écologie intégrale implique de consacrer un peu de temps à retrouver l’harmonie sereine avec la création, à réfléchir sur notre style de vie et sur nos idéaux » (n°71).

Du constat aux solutions

Dans un long discours structuré, le pape François s’attache d’abord à faire un travail de constatation. Dénonçant la culture du déchet, il souffre d’observer que les « efforts pour chercher des solutions concrètes à la crise environnementale échouent souvent, non seulement à cause de l’opposition des puissants, mais aussi par manque d’intérêt de la part des autres. Les attitudes qui obstruent les chemins de solutions, même parmi les croyants, vont de la négation du problème jusqu’à l’indifférence, la résignation facile, ou la confiance aveugle dans les solutions techniques ».

Dans une réflexion qu’il juge lui-même « joyeuse et dramatique », le Pape fait plusieurs propositions, liées à la qualité de vie dans les villes, à l’accueil des plus pauvres, à l’entraide mutuelle. Il revient notamment sur l’idée de bien commun, idée qui justifie de se rapprocher des plus pauvres : « Dans les conditions actuelles de la société mondiale, où il y a tant d’inégalités et où sont toujours plus nombreuses les personnes marginalisées, privées des droits humains fondamentaux, le principe du bien commun devient immédiatement comme conséquence logique et inéluctable, un appel à la solidarité et à une option préférentielle pour les plus pauvres ».
Appelant simplement à « miser sur un autre style de vie », le pape François conclut avec ces quelques mots simples : « Marchons en chantant ! Que nos luttes et notre préoccupation pour cette planète ne nous enlèvent pas la joie de l’espérance ».

Le document est disponible ICI

Pierre Loup de Raucourt pour www.lpj.org

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
février 2017 :

Rien pour ce mois

janvier 2017 | mars 2017

newsletter