Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/La-sollicitude-du-Pape-Francois
        La sollicitude du Pape François pour Gaza

La sollicitude du Pape François pour Gaza

ROME - Le Pape François suit de très près les évènements à Gaza. Il a récemment téléphoné aux présidents israélien et palestinien. Il a également envoyé un message aux gazaouis et a invité les chrétiens du monde entier à prier pour le Proche-Orient.


Entretien du Pape avec les présidents Peres et Abbas

Le pape François a téléphoné au président israélien Shimon Peres et au président palestinien Mahmoud Abbas ce vendredi 18 juillet, les assurant de sa prière et de celle de l’Eglise pour la paix en Terre Sainte.

"Le Saint-Père s’est entretenu téléphoniquement ce matin avec les Présidents Peres et Abbas pour leur partager sa vive préoccupation quant à la phase du conflit touchant la Bande de Gaza. Dans un climat d’hostilité croissante, de souffrances pour les peuples palestinien et israélien, la situation s’aggrave faisant de nombreuses victimes et provoquant un état d’urgence humanitaire critique", annonce le Saint-Siège.

Un communiqué indique que "comme durant son récent pèlerinage en Terre Sainte, puis lors de l’invocation pour la paix du 8 juin, le Pape François a assuré ses correspondants de son incessante prière et de celle de toute l’Eglise pour que vienne la paix dans la région".

"Il partage avec eux, hommes de paix, la conviction qu’il faut continuer à prier et à oeuvrer afin que toutes les parties en cause et tous ceux qui revêtent des responsabilités politiques régionales comme internationales fassent cesser les combats, s’engagent en faveur d’une trêve, avec pour objectif la paix et la réconciliation des coeurs", ajoute le communiqué.

Le Pape envoie un message aux catholiques de Gaza

Le pape François a adressé un message à la communauté catholique de Gaza, et au curé de l’unique paroisse, le père Jorge Hernandez, missionnaire argentin de l’Institut du Verbe incarné, rapporte Radio Vatican en français.
En ces "heures graves", le pape exprime sa "proximité spirituelle", et son "affection" à la petite communauté.
Le message a été transmis au père Mario Cornioli, prêtre à Beit Jala, en Cisjordanie, près de Bethléem. En effet, au cours d’une visite au Vatican, le P. Cornioli a fait part au pape de la "terrible angoisse" des catholiques de Gaza.

Proximité du pape

« Cher frère, j’ai reçu des nouvelles par le père Mario Cornioli : Je suis proche de vous, ainsi que des religieuses et de toute la communauté catholique », écrit notamment le pape. « Ma prière vous accompagne. Que Jésus vous bénisse, que la Sainte Vierge Marie vous protège. Je vous embrasse. Fraternellement, François », ajoute le pape.

Le P. Hernandez est curé de la paroisse de la Sainte-Famille de Gaza depuis 2012. Il est assité d’un vicaire du même institut religieux. Il est le pasteur de quelque 200 catholiques. En tout, les chrétiens de la Bande de Gaza sont environ 3 000, en majorité des chrétiens orthodoxes.

Deux écoles - primaire et secondaire -, propriété du patriarcat latin de Jérusalem, accueillent les enfants. La paroisse est aussi aidée par des Missionnaires de la charité - soeurs de Mère Teresa de Clacutta -, des Sœurs du Verbe incarné, et des Sœurs du Rosaire. Les religieuses s’occupent des malades, des personnes handicapées ou des personnes âgées, sans distinction de religion.

Ce message parvient aux catholiques de Gaza, alors que l’armée israélienne a lancé depuis jeudi soir, une offensive terrestre à Gaza pour démanteler les tunnels et l’arsenal du Hamas.

Le Pape prie pour le Proche Orient

Le Pape François a lancé un nouvel appel pour la Paix au Proche Orient, et ailleurs dans le monde, notamment en Ukraine. Un appel lancé ce dimanche midi, au terme de la prière de l’Angelus.Avec une attention tout spéciale pour les chrétiens de Mossoul en Irak, chassés de leur ville par les djihadistes.

« J’ai appris avec préoccupation les nouvelles qui arrivent des communautés chrétiennes de Mossoul en Irak, et d’autres régions du Proche-Orient, où depuis le début du christianisme elles ont vécu avec leurs concitoyens en offrant une contribution significative au bien de la société. Aujourd’hui elles sont persécutées, nos frères et soeurs sont persécutés. Ils sont chassés, ils doivent quitter leurs maisons sans pouvoir rien emporter ». « J’assure toutes ces familles et ces personnes de ma proximité et de ma prière constante », a encore déclaré le Pape. « Très chers frères et soeurs, tellement persécutés, a poursuivi le Pape en improvisant avec émotion, je sais combien vous souffrez, je sais que vous êtes dépouillés de tout. Je suis avec vous dans la foi en Celui qui a vaincu le mal ». « Vous qui êtes sur cette place, et vous qui nous suivez à la télévision, je vous invite à penser à ces communautés dans vos prières. Je vous exhorte aussi à persévérer dans la prière pour les situations de tension et de conflit qui persistent en différents endroits dans le monde, spécialement au Moyen-Orient mais aussi en Ukraine. Que le Dieu de la paix suscite en tous un authentique désir de dialogue et de réconciliation. La violence ne peut être vaincue par la violence. La violence ne peut être vaincue que par la paix. Prions en silence pour demander la paix. Tous en silence ».

Une délégation d’évêques irakiens se trouve ce weekend à Rome. Ils ont rencontré ce samedi Mgr Dominique Mamberti, secrétaire pour les relations avec les Etats. Parmi eux Mgr Ignace Youssef III Younan, patriarche d’Antioche des Syriens, qui a exposé les derniers faits au chef de la diplomatie du Saint-Siège. Mais aussi Mgr Casmoussa, archevêque émérite de Mossoul des Chaldéens, qui se désole que la ville ait été vidée de sa communauté chrétienne après l’ultimatum des djihadistes de l’Etat islamique qui ont pris possession de nombreuses régions d’Irak.

Le grain et la zizanie

Dans sa catéchèse, le Pape est revenu sur quelques paraboles évangéliques, ces « brèves narrations qu’utilisait Jésus pour annoncer le Royaume des cieux ». Parmi celles présentes dans l’Evangile du jour, il en est une « plutôt complexe » : celle du « bon grain et de l’ivraie », qui affronte « le problème du mal dans le monde et met en avant la patience de Dieu ».

Le Souverain pontife raconte que « la scène a lieu dans un champ où le propriétaire sème le grain ». Mais une nuit arrive l’ennemi et sème l’ivraie, « un terme en hébreux qui dérive de la même racine du nom de “Satan” et rappelle le concept de division ». Les ouvriers souhaitent alors arracher la mauvaise herbe, poursuit François, mais le maître les en empêche, craignant que ne soit aussi déraciné le grain.

L’enseignement de cette parabole est double, analyse le Saint-Père. « Tout d’abord le mal qu’il y a dans le monde ne provient pas de Dieu, mais de son ennemi, le Malin. Cette ennemi est rusé : il a semé le mal au milieu du bien, afin que ce nous soit impossible de les séparer nettement. Mais à la fin Dieu pourra le faire ». Au Pape de poursuivre sur le second thème : « le contraste entre l’impatience des servants et la patiente attente du propriétaire du champ, qui représente Dieu. Parfois, nous avons grande hâte de juger, classifier, mettre de ce côté les bons, de l’autre les méchants. Dieu au contraire sait attendre. Lui regarde dans le “champ” de la vie de chaque personne avec patience et miséricorde : Il voit bien mieux que nous la saleté et le mal, mais il voit aussi les germes du bien et attend avec confiance qu’elles arrivent à maturation. Dieu est patient, Il sait attendre. »

« Le comportement du propriétaire est celui de l’espoir fondé sur la certitude que le mal n’a ni le premier ni le dernier mot, explique le Souverain Pontife. Et c’est grâce à ce patient espoir de Dieu que cette même ivraie peut finalement devenir du bon grain. » « Mais attention, prévient François : la patience évangélique n’est pas indifférente au mal ; on ne peut pas faire de confusion entre le bien et le mal. Face à l’ivraie présente dans le monde, le disciple du Seigneur est appelé à imiter la patience de Dieu, à alimenter l’espoir avec le soutien d’une indéfectible confiance dans la victoire finale du bien, autrement dit Dieu. »

Sources : Radio Vatican & VIS (Vatican Information Service).

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Nouvelles de Terre sainte

Agenda
mars 2017 :

Rien pour ce mois

février 2017 | avril 2017

newsletter