Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/La-Lieutenance-de-Belgique-a-Paris-377
        La Lieutenance de Belgique à Paris

La Lieutenance de Belgique à Paris

PARIS - Dans le cadre du temps du Carême et de la Passion, la Lieutenance de Belgique a organisé une journée à Paris le vendredi 6 mars 2015, avec pour thème la vénération de la Sainte Couronne d’Épines.


La Sainte Chapelle

Sous un ciel radieux, notre première étape devait être celle de la visite de la Sainte Chapelle, chapelle palatine de la fondation royale, construite spécialement pour abriter les reliques de la passion du Christ ramenées par Baudouin Ier de sa croisade, mis en gage chez les vénitiens pour couvrir ses frais, gages remboursés par Saint-Louis.

Construite en moins de trois ans dans un gothique rayonnant, sa légèreté sans le moindre arc boutant et sans la moindre fissure après quasi huit siècles, est la preuve de la grande maîtrise des architectes du gothique ; la Cathédrale Notre-Dame était déjà en construction depuis 80 ans et sera terminée 50 ans après ce chef d’œuvre qu’est la Sainte Chapelle, inaugurée en avril 1248.

L’on y accède par la chapelle basse, réservé aux serviteurs du palais, dont la décoration date de la restauration du XIXè siècle. Deux escaliers étroits en colimaçon conduisent à la chapelle haute réservée à la royauté et à sa cour.

La très grande érudition de notre guide Sylvie capte totalement notre attention en nous offrant une exceptionnelle découverte des lieux et de la lecture des superbes vitraux dont ceux du côté nord-est viennent de bénéficier d’une restauration et d’une protection thermoformée.

Retenons de ces vitraux le choix « légendaire » et même irréel de scènes iconographiques pour être dans la Jérusalem céleste, des costumes typiques du XIIIè dans le rappel des croisades comme aussi des croix assurant la structure de certains vitraux, des références à la mère de Louis IX, Blanche de Castille, avec les nombreux châteaux dorés, omniprésents dans, en autre, un vitrail inondé de soleil.

La lecture des vitraux, de gauche à droite et de bas en haut, la grande diversité dans les formes des panneaux de soutient, les diverses scènes de martyr, appel à se sacrifier pour sa foi, notion importante dans le quotidien du roi Louis IX, …dans un festival de couleurs aux dominantes de bleus et de rouges.
20 artisans-verriers furent occupés durant 4 ans à leur réalisation.

La Sainte Chapelle, transformée en salle d’archives après la Révolution, différents panneaux des vitraux furent répartis dans différents musées, suite à la dépose d’un tiers de ceux-ci. Au milieu du XIXè siècle, importante restauration des vitraux, remonte d’une partie de ceux déposés et copie des disparus suivant les techniques et la chimie utilisée au XIIIè siècle.

Seule la rosace est plus contemporaine et date du XVè, avec ses flammes, rappel du style gothique flamboyant, et de la présence de plus de couleurs vertes.

Les reliques avaient été déplacées sur ordre de Louis XVI, sentant venir les dangers du futur, dans la Bibliothèque Nationale avant d’être confié aux Chanoines du Chapitre de la Cathédrale Notre-Dame en 1805 par Napoléon Ier.

Les Invalides

Notre consoeur Nathalie et son époux notre confrère Bertrand, nous reçoivent ensuite royalement pour un délicieux déjeuner dans le superbe cadre de leur appartement donnant sur la place Vauban, dominée par la coupole des Invalides.

Notre-Dame

Il est 3 heures quand la procession des dames et chevaliers suivie du clergé va dans la chapelle statutaire des Chevaliers du Saint Sépulcre de Jérusalem prendre possession des saintes reliques et d’ensuite devant l’autel de la Cathédrale Notre-Dame, exposer la Sainte Couronne d’Épines, un morceau de la Croix et un Clou à la vénération de plus de 2000 fidèles recueillis dans un respectueux silence.

Chants, psaumes, paroles d’accueil et bonne paroles conduisent à la longue vénération de tous ces fidèles, marqués de l’intense émotion de ce grand moment dans leur cheminement de Foi.

Les chevaliers et dames s’impliquent à bien ordonner la lente progression des deux queues formées par les fidèles pour venir embrasser la Sainte Couronne d’Épines au pied de l’autel.
La Sainte Couronne, déposée sur un coussin porté par un prêtre entouré de deux chevaliers de l’Ordre qui, à l’aide d’un tampon de coton, assurent la désinfection de l’enveloppe de la relique.

Durant une heure et demie, cette cérémonie se déroule dans un intense recueillement ponctué par l’un et l’autre chant du chantre de la Cathédrale. Et puis vient la fin de la célébration avec la procession des membres de l’Ordre composant le cortège qui reconduit les Saintes Reliques vers le coffre-fort.

Notre confrère , Mr Renaud de Villelongue, se dévouant sans compter à la Cathédrale, nous fait ensuite les honneurs du chœur dont sa déploration de style baroque et ses belles stalles, de la chapelle capitulaire et enfin du trésor de la Cathédrale.

Saint-Leu et Saint-Gilles

Et il est grand temps de rejoindre à pied l’église capitulaire St-Leu-St-Gilles pour la célébration eucharistique avec la présence des membres des deux lieutenances. C’est un beau point d’orgue à une journée vécue intensément.

Merci à S. Exc Mr Pierre Murret-Labarthe, le Lieutenant de l’Ordre en France de son accueil.

Michel Donnay de Casteau

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Nouvelles de Terre sainte

Agenda
octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017

newsletter