Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/La-Fete-Dieu-au-Saint-Sepulcre
      La Fête-Dieu au Saint Sépulcre

La Fête-Dieu au Saint Sépulcre

JERUSALEM – C’est ce jeudi 4 juin 2015, que l’Eglise a célébré la Fête-Dieu, et que le Patriarche Latin de Jérusalem s’est déplacé avec son clergé et les religieux franciscains de la Custodie de Terre Sainte, pour célébrer la Fête à la Basilique de la Résurrection.


Il est 8h30 et les séminaristes de Beit Jala sont déjà arrivés au Patriarcat pour accompagner le Patriarche avec les frères franciscains à l’Eglise de la Résurrection, où ils allaient passer la matinée en prière.

Chaque année, c’est le premier jeudi qui suit le Dimanche de la Très Sainte Trinité, que l’Eglise célèbre le sacrement qui commémore le Sacrifice par lequel Jésus-Christ, Fils de Dieu, a donné la Rédemption aux hommes. L’Eglise célèbre l’Alliance Nouvelle et Eternelle, faite par le Sang du Christ crucifié, mort et ressuscité ici – Hic – à Jérusalem.

Devant le tombeau du Christ, et à quelques pas du lieu où le Christ s’est donné en sacrifice pour le monde, au Mont Golgotha, de nombreux prêtres, séminaristes, religieux, religieuses et fidèles laïques, locaux et étrangers, ont participé à la Messe Pontificale qu’a présidé Sa Béatitude le Patriarche Twal.

Dans son homélie en italien, Mgr Twal a rappelé l’image classique que donnent les Ecritures et qu’ont utilisée les Pères et Docteurs de l’Eglise, voyant dans la Manne qui est descendue sur le peuple d’Israël au désert une « préfiguration » de la vraie « Manne Céleste » qui est le Corps du Christ Lui-même. « Nous aussi, en ce pèlerinage terrestre, à Jérusalem et à partir de Jérusalem, nous tendons la main vers la patrie céleste et nous sommes nourris chaque jour de ce pain céleste, qui est la sainte communion », a expliqué le Patriarche. « Car aucun chemin, a expliqué Mgr Twal, n’est privé des pièges, des difficultés et des incompréhensions. Mais qui garde la foi, nourrie par cette « manne du ciel » (Dt 8,16), va atteindre l’objectif tant désiré », rappelant que « Notre chemin et notre mission en Terre Sainte, et en tout le Moyen Orient, sont plus difficiles que jamais ».

A la fin de la Messe, tous ont été invité à porter des cierges pour la procession autour du l’édicule du Tombeau, derrière le Patriarche, portant le Très Saint-Sacrement avec émotion.

Enfin, tous ont pu adorer le Très Saint Sacrement et recevoir la bénédiction à trois reprises : une fois devant le Tombeau, une fois à l’autel de l’Apparition et une troisième fois dans la Chapelle du Saint-Sacrement.

Fêter le Corpus Christi là où le Corps du Christ fut cloué sur la croix, mis au tombeau et ressuscité le troisième jour, est certainement une grâce unique que seuls peuvent accueillir les habitants et les pèlerins de la Terre de Jésus.

Firas Abedrabbo pour www.lpj.org

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

newsletter