Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/La-Basilique-de-la-Nativite-berceau-du-christianisme
      La Basilique de la Nativité, berceau du christianisme

La Basilique de la Nativité, berceau du christianisme

BETHLEEM - La Basilique de la Nativité, un des sanctuaires les plus visités de Terre Sainte, conserve un trésor de foi et d’histoire. Là se trouve l’étable dans laquelle Marie donna naissance à l’Enfant-Jésus : c’est une tradition qui remonte aux premiers chrétiens.


C’est une des plus antiques églises de Terre Sainte, et même, du monde. Un véritable trésor pour l’humanité. Alors que les Lieux Saints ont fait face à de nombreuses destructions, la Basilique de la Nativité fut la seule épargnée.

P. ARTEMIO VÍTORES GONZÁLEZ, ofm
Gardien du couvent franciscain Sainte Catherine “ad Nativitatem”
“En 614, les Perses envahirent la Terre Sainte et détruisirent toutes les églises, à l’exception de celle-ci. Lorsqu’ils virent la fresque représentant les rois-mages vêtus à la mode persane, ils s’arrêtèrent. Puis, en 1009, le Calife Hakim détruisit à son tour toutes les églises, mais à son arrivée ici, il tomba sur un serpent, il prit peur et s’enfuit”.

La première Basilique de la Nativité fut édifiée au IVe siècle, sur ordre de Sainte Hélène, mère de l’Empereur Constantin. Détruite par un fort tremblement de terre, elle fut reconstruite par Justinien deux siècles plus tard.

A l’époque des croisades, entre le XIe et le XIIe siècle, les murs furent décorés de mosaïques faites d’or et de nacre. La porte d’entrée fut réduite afin d’éviter que les turcs n’y entrent avec leurs chevaux. Cette “porte de l’Humilité” fait également référence à respect dû à ce lieu saint.

Au IIe siècle, soit bien avant sa construction, le lieu faisait déjà l’objet de la vénération des chrétiens. C’est pour cela que l’Empereur Hadrien le transforma en un bois sacré dédié à Adonis, profanant ainsi la sainteté du lieu.

P. ARTEMIO VÍTORES GONZÁLEZ, ofm
Gardien du couvent franciscain Sainte Catherine “ad Nativitatem”
“La présence chrétienne continuait. Bien avant que Sainte Hélène ne construisît l’église, les chrétiens vénéraient déjà ce lieu. La construction du temple de Sainte Héléne ne fit que témoigner d’un phénomène déjà existant”.

La Basilique de la Nativité se trouve actuellement soumise à de nouvelles restaurations, avec des travaux de réfection du toit, des mosaïques, des colonnes de la nef centrale, de la facade et des parties endommagées. La structure que nous voyons aujourd’hui impressionne par la qualité du matériel utilisé, le même qui soutient la Basilique depuis presque 1 500 ans. Le bois des architraves du toit est taillé dans du cèdre du Liban, et date de l’époque justinienne.

GIAMMARCO PIACENTI
Restaurateur et président de Piacenti S.P.A.
“C’est la question que nous nous posons : comment cette église a-t-elle pu résister, pendant plus de 1500 ans, supportant des séismes qui ont détruit pratiquement toute la Palestine ? Qui peut savoir ? Peut-être fut-elle conçue et bâtie de manière spéciale ? Oui. D’un point de vue technique, c’est une merveille.”

En juillet 2016, les restaurateurs ont découvert la mosaïque d’un ange, caché pendant des siècles sous une couche de plâtre.

Dans le complexe de la Basilique, sous la nef, se trouvent les grottes qui entourent le lieu de la naissance du Christ. Elles sont dédiées à Saint Joseph, aux saints Innocents, et à Saint Jérôme, lequel y passa plus de 30 ans à traduire la Bible.

Cet escalier donne accès au coeur de la Basilique de la Nativité. C’est là, à quelque pas, que se trouve le lieu de la naissance de Jésus, et la mangeoire où il fut déposé.

GUSTAVO FRANCO
Venezuela
“C’est très important pour moi de célébrer le mystère de l’Incarnation du Fils de Dieu, qui a pris chair, ici. Il est né ici, et a donné sa vie pour nous”.

La grotte de la Nativité et la mangeoire conservent les restes archéologiques du lieu où Jésus passa les premiers instants de sa vie. Ce sont les signes tangibles qui renforcent ce qui ne peut se voir : la foi dans le Fils de Dieu.

IURI DEON
Brésil
“Quand nous étions enfants, à la maison, on nous racontait souvent les histoires sur la naissance de Jésus, et nous imaginions comment tout cela pouvait avoir eu lieu. Etre ici et toucher, voir que c’est quelque chose de réel, concret, est une très grande joie”.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Découvrez la Terre sainte

Agenda
août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

newsletter