Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Homelie-de-Noel-2013-du-Patriarche
        Homélie de Noël 2013 du Patriarche Fouad Twal

Homélie de Noël 2013 du Patriarche Fouad Twal

BETHLÉEM – Vous trouverez ci-dessous l’homélie de la Messe de la nuit de Noël, prononcée par le Patriarche à la Basilique de la Nativité.


Homélie de Noël 2013

« Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. » (Lc 2,14)

Monsieur le Président, M.Mahmoud Abbas, Président de la Palestine,
Monsieur le Premier Ministre, M. Rami Al Hamadallah,
Monsieur Nasser Judeh, ministre des Affaires étrangères pour la Jordanie,
Mesdames et Messieurs les ambassadeurs et consuls, et autres représentants des Eglises,

Chers pèlerins, Chers fidèles,

De la grotte de Bethléem, je vous présente mes meilleurs vœux de joie et de paix.

Monsieur le Président, merci d’être venu aujourd’hui pour célébrer Noël avec nous. Nous prions pour vous et pour votre mission afin de trouver une solution juste et équitable pour le conflit actuel, pour l’unité entre les palestiniens, pour la paix et la prospérité de votre pays.

Nous demandons à Dieu de vous donner la sagesse et le courage. Nous prions également pour tous les dirigeants du Moyen-Orient, plus particulièrement pour Sa Majesté le Roi Abdallah II Ben Al-Hussein, le gardien des Lieux Saints en Palestine.

Chers frères,

La nuit de Noël a été dramatique pour la Sainte Famille, qui n’a pas trouvé de place dans l’auberge (Lc 2,7). Cette nuit historique nous rappelle la longue nuit dans laquelle est plongé notre monde et notre Moyen-Orient.

Le monde vit une longue nuit de conflits, de guerres, de destruction, de peurs, de haine, de racisme et en ces jours du froid et de la neige. De ce Lieu Saint, nous nous rappelons tous les drames de l’humanité sur les cinq continents : des guerres civiles en Afrique au typhon aux Philippines, en passant par la situation difficile en Egypte et en Irak et la tragédie syrienne, sans oublier nos problèmes locaux : les prisonniers, leurs familles qui gardent toujours l’espoir de leur libération, les pauvres qui ont perdu leurs terres et leurs maisons démolies, les familles qui attendent d’être réunies, les chômeurs et tous ceux qui souffrent de la crise économique.

O Enfant de Bethléem, nous sommes fatigués. Face à cette réalité douloureuse, nous prions avec ce chant de l’Avent : « Víde Dómine afflictiónem pópuli túi … Regarde, Seigneur, l’affliction de ton peuple, Envoie, Seigneur, celui que tu dois envoyer, envoie l’Agneau (…), pour qu’il nous délivre lui-même du joug de notre captivité. »

Mais, il ne faut jamais céder au désespoir, parce que Jésus Sauveur nous annonce que la paix est possible, que la flamme de l’espérance restera vive, que la justice, la paix et la réconciliation viendront. De Bethléem est parti le message du Salut ; et c’est vers Bethléem que nous devons regarder. Car en cette nuit, se renouvèle la promesse divine, chantée par les anges : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. » A notre tour, nous sommes invités à l’optimisme et à renouveler notre foi que cette cette Terre, patrie des trois religions monothéistes, pourra devenir un jour un havre de paix pour tous les peuples.

« Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. » (Lc 2,14)

La paix du Christ est une universelle et basée sur la justice. Elle nous fait voir en chaque personne une créature de Dieu. C’est une paix qui redonne la vie. Personne n’est autorisée à nous la voler au nom d’un Dieu qui tue et qui rend vengeance. Pour cette raison, avec les mots du Pape François, « je désire adresser un appel fort à tous ceux qui, par les armes, sèment la violence et la mort : redécouvrez votre frère en celui qu’aujourd’hui vous considérez seulement comme un ennemi à abattre, et arrêtez votre main ! Renoncez à la voie des armes et allez à la rencontre de l’autre par le dialogue, le pardon, et la réconciliation, pour reconstruire la justice, la confiance et l’espérance autour de vous ! « Dans cette optique, il apparaît clair que, dans la vie des peuples, les conflits armés constituent toujours la négation délibérée de toute entente internationale possible, en créant des divisions profondes et des blessures déchirantes qui ont besoin de nombreuses années pour se refermer. » (Message pour le 47ème journée mondiale de la paix).

Nous vivons en Terre Sainte un conflit qui ne semble pas connaître de solution à court terme et qui pèse sur les habitants de la Terre Sainte y compris les chrétiens. Cette douloureuse réalité suscite de nombreuses questions concernant notre avenir dans ce pays, et nous cause beaucoup d’inquiétude. Nous avons besoin de la réponse de la foi. La réponse n’est ni l’émigration ni le repli sur soi-même. Elle consiste à rester ici et à vivre et mourir ici. Notre Terre est Sainte et mérite notre attachement à elle car notre permanence sur cette terre est une vocation divine, une bénédiction, voire un privilège. La flamme de la foi y restera vive comme l’étoile des mages pour nous indiquer le chemin. Nous avons besoin du réconfort venant de notre foi absolue dans la Providence de Dieu : « dans toutes nos détresses, il nous réconforte ; ainsi, nous pouvons réconforter tous ceux qui sont dans la détresse, grâce au réconfort que nous recevons nous-mêmes de Dieu. » ( 2 Cor 1 : 4-5)

La lumière de la foi peut éclairer tous les aspects de notre vie, notre présent et notre avenir. Grâce à la foi, notre vision se fait plus intense, plus profonde, plus sublime et plus vaste que l’œil humain seul ne peut atteindre. Nous voyons un peu, dans un certain sens, comme Dieu Lui-même voit ! Par conséquent, la foi est une sagesse qui nous fait prendre les bonnes décisions en temps opportun. Mais si cette lumière manque, « tout devient confus, il est impossible de distinguer le bien du mal, la route qui conduit à destination de celle qui nous fait tourner en rond, sans direction. » (Lumen Fidei,3). Ce qui renforce notre foi, c’est que Dieu est tout puissant, omniscient, fidèle et nous aime. C’est pourquoi rien ne doit nous faire peur, ni le présent, ni l’avenir, ni les troubles qui affectent notre Moyen-Orient.

O divin Enfant, qui a expérimenté la fuite en Egypte, après la menace d’Hérode qui a tué il y a 2000 ans les enfants de Bethléem, aie pitié de nos enfants, de tous les enfants du monde. Aie pitié des détenus, des pauvres, des marginalisés et des plus vulnérables. En cette nuit, prions pour les évêques et les religieuses de Syrie qui ont été enlevés. Nous prions pour leur retour et que leur dignité leur soit rendue. Rappelez-vous d’eux Seigneur ainsi que de tous les réfugiés. Donne leur un signe d’espérance en un avenir meilleur afin qu’ils puissent revenir dans leur pays et retrouver leur maison.

O divin Enfant, Dieu de bonté et de miséricorde, jette un regard de bonté sur la Terre Sainte et nos peuples qui vivent en Palestine, en Israël et Jordanie et sur tous les peuples du Moyen-Orient. Donne-leur tous la réconciliation pour qu’ils deviennent tous frères – fils d’un seul Père.

O divin Enfant, nous demandons ta paix par l’intercession de ta mère la Sainte Vierge marie, fille de notre terre. Joyeux Noël et que la bénédiction de l’enfant de Bethléem vous comble.

+ Fouad Twal, Patriarche latin de Jérusalem

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Nouvelles de Terre sainte

Agenda
mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

newsletter