Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Frere-Pizzaballa-N-abandonnons-pas-la-Terre-Sainte
      Frère Pizzaballa : “N’abandonnons pas la Terre Sainte !”

Frère Pizzaballa : “N’abandonnons pas la Terre Sainte !”

JERUSALEM- Depuis quelque temps, principalement en raison de la peur engendrée par les guerres au Moyen-Orient et les attentats terroristes perpétrés par des groupes fondamentalistes en Occident, les pèlerinages en Terre Sainte connaissent un déclin dramatique. On estime que pour la seule Italie, en l’espace d’un an, c’est une baisse de 40% qui a été enregistrée. Malgré quelques signes de reprise, la peur d’aller vers cette terre bénie reste grande. Le Custode de Terre Sainte exhorte aujourd’hui les pèlerins à ne pas abandonner la Terre Sainte.


Depuis quelques temps, et principalement en raison de la peur engendrée par les guerres au Moyen-Orient et les attentats terroristes perpétrés par des groupes fondamentalistes en Occident, les pèlerinages en Terre Sainte connaissent un déclin dramatique.

On estime que pour la seule Italie, en l’espace d’un an, c’est une baisse de 40% qui a été enregistrée. Malgré quelques signes de reprise, la peur d’aller vers cette terre bénie reste grande.

Sachant interpréter la voix des diverses communautés chrétiennes qui vivent en Israël et en Palestine, je voudrais vous dire : “N’abandonnez pas la Terre Sainte.” Il n’y a aucune raison valable de ne pas vous rentre en pèlerinage sur les Lieux Saints. La sécurité dans les sanctuaires et les zones fréquentées par les pèlerins est garantie. Et nous, chrétiens de Terre Sainte, avons besoin plus que jamais de la présence et du soutien des pèlerins qui viennent de partout dans le monde prier ici.

Vivre en chrétiens en Terre Sainte signifie avoir une vocation particulière et universelle. Voici l’Église latine est essentiellement composée de trois groupes : la communauté des chrétiens Arabes locaux, l’antique groupe des Palestiniens qui incarne en ces lieux la présence chrétienne traditionnelle ; il y a la qehilà de langue hébraïque, une nouvelle église, en ébullition, qui rassemble avec ses spécificités propres, des messianiques juifs et catholiques célébrant la liturgie en hébreu ; et puis il y la communauté internationale, qui comprend de nombreux travailleurs étrangers, en particulier des Philippins, Sud-Américains et Indiens, résidents permanents de Terre Sainte et quelques autres groupes venant d’horizons différents qui, pour diverses raisons et avec des rôles différents, passent des périodes plus ou moins longues ici. A côté de l’Eglise latine, vivent et agissent bien d’autres réalités chrétiennes importantes dont les principales sont l’Eglise grecque orthodoxe, l’Eglise arménienne et l’Eglise copte. Au sein du monde catholique lui même, on retrouve bien des groupes avec des rites différents du latin.

Jérusalem et les Lieux saints chrétiens restent jusqu’à ce jour un signe fondamental de la foi, le témoignage de la vie, mort et résurrection de Jésus, qui en cet endroit précis, réellement se sont accomplis. Tous les chrétiens, même les plus éloignés, se tournent vers la Terre Sainte pour trouver dans ces signes leurs racines et le vrai sens de leur mission dans le monde. En Terre Sainte, vous pouvez lire la vie de Jésus, l’école de l’Evangile. Ici vous pouvez apprendre à regarder, écouter, méditer, profiter du silence de saisir le sens profond et mystérieux de son passage. L’environnement qui entoure Son séjour parmi nous nous renvoie à des lieux, des costumes, des couleurs, des parfums ; les mêmes que Jésus a connu quand il s’est révélé au monde.

En Terre Sainte les chrétiens ont toujours été une minorité, une présence discrète mais au cœur ardent, ils n’ont jamais disparu. Ils sont appelés à donner un haut témoignage de foi, à être une présence vivante, passionnée de sa propre histoire et de ses idées, à ne pas craindre les changements et les rencontres dans la diversité bien mais plutôt à être ouverts, pacifiques, sereins, libres, positifs et, dans le même temps, clairs, enracinés dans leur sentiment identitaire et appartenance, forces de proposition pour l’avenir, consciencieux dans leur conservation des lieux saints, qui sont les dépositaires de la tradition et de la mémoire de l’ensemble de la chrétienté.

Afin de préserver cette présence (et si possible la renforcer), j’ invite une fois de plus les diocèses, paroisses et mouvements à ne pas nous abandonner, voire même de travailler afin qu’un pèlerinage en Terre Sainte puisse être un témoignage de paix et de dialogue. Je suis convaincu que cet appel sera accueilli par de nombreux catholiques italiens (et autres) qui portent dans leur cœur la Terre Sainte. Et que bientôt, dans les rues que Jésus a parcouru, puissent de nouveau grandir la présence de ceux qui se mettent en chemin pour rencontrer Celui qui est venu nous sauver.

Pierbattista Pizzaballa OFM
Custode de Terre Sainte

Source : Terrasanta.net

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
avril 2017 :

Rien pour ce mois

mars 2017 | mai 2017

newsletter