Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem-Lieutenance de Belgique
http://ordredusaintsepulcre.be/Akko-Saint-Jean-d-Acre
      Akko - Saint-Jean d’Acre

Akko - Saint-Jean d’Acre


Akko est le nom hébreu de cette magnifique cité, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, que nous connaissons mieux sous le nom de Saint-Jean d’Acre, du nom de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem qui y créa un grand hôpital pour y accueillir et soigner les nombreux pèlerins de Terre Sainte.

De par sa position sur une péninsule comprenant une baie naturelle et des eaux profondes, la ville a pris une importance internationale de 1104 à 1291 en tant que capitale du royaume des croisés de Jérusalem, après être devenue le principal port de Terre Sainte. Les vestiges de la ville des Croisés sont par ailleurs restés pratiquement intacts, tant en sous-sol qu’en surface, donnant une image exceptionnelle de ce qu’étaient l’organisation de l’espace urbain du temps en ces temps-là.

Après une longue période de déclin pendant laquelle la ville est néanmoins restée le principal port d’entrée pour les pèlerins chrétiens se rendant à Jérusalem, elle a connu un renouveau au XVIIIe siècle en tant que capitale de cette partie de l’empire ottoman. La cité actuelle est d’ailleurs caractéristique des villes fortifiées ottomanes de cette période, avec sa citadelle, ses mosquées, ses caravansérails et ses bains publics.

Dès notre arrivée en bus, nous avons été impressionnés par la taille des remparts et des tours qui entourent toujours la vieille ville. Malgré un dispositif d’audio-guide dernier cri censé nous guider pas à pas à travers l’immense citadelle des croisés, notre groupe fut très vite disséminé, chacun essayant tant bien que mal de capter le signal déclenchant les explications attendues et se perdant dans cet énorme édifice… Malgré ces petits soucis techniques, il nous était cependant impossible de ne pas être ébloui par ce lieu chargé d’histoire et ses pièces aux dimensions hors normes, comme le réfectoire ou la grande salle des chevaliers. Pour quitter la citadelle et retrouver le reste du groupe autour d’une bière locale (au fut !) dans une petite ruelle commerçante de la vieille ville, il nous fallut emprunter un long tunnel souterrain, celui-là même qui fut utilisé pour l’évacuation de la citadelle lors de sa chute en 1291.

Avant une rapide visite de la mosquée Al Jezzar et un déjeuner très attendu, nous nous sommes tous retrouvés aux bains d’Akko, qui jouissaient autrefois d’une belle réputation.

Charles-Antoine Uyttenhove

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

Agenda
décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter